Mes Tops – 20 : La plus belle pour aller danser

la plus belle pour aller danser.jpg

« La plus belle pour aller danser » est un tube initiatique puisque c’est avec cette chanson que tout va commencer en 1964 pour Sylvie Vartan. Un tube international, qui tranche sur la production yéyé française de l’époque. « La plus belle pour aller danser » a été enregistré à Nashville avec un producteur américain, des musiciens américains et les choristes d’Elvis Presley : les Jordanaires, ce qui donne à la chanson un relief assez épatant !

On l’a oublié depuis longtemps, mais le texte de  » La plus belle pour aller danser  » est signé Charles Aznavour qui, dans l’anthologie yéyé, a déjà écrit ceci :  » La plus belle pour aller danser » fait partie de la musique d’un film crétino-ado de Michel Boisrond qui s’appelle « Cherchez l’idole ». L’héroïne de « La plus belle pour aller danser » sait absolument ce qu’elle veut, dans un texte qui, malgré les apparences de l’innocence, a une incroyable résonance érotique. Les mots de cette chanson renvoient à une situation sexuelle que les robes en mousseline de Sylvie Vartan n’ont pas suffi à voiler…

Ce soir, je serai la plus belle.
Pour aller danser. Danser.
Pour mieux évincer toutes celles que tu as aimées.

D’emblée, on sait qu’on a affaire à une jeune fille qui est dans le combat : elle va évincer l’adversaire.

Ce soir je serai la plus tendre 
Quand tu me diras 
Tous les mots que je veux entendre 
Murmurés par toi

Elle a quelque chose en tête et elle part gagnante…

Mais arrive le passage le plus bitch :

Je fonde l’espoir que la robe que j’ai voulue 
Et que j’ai cousue 
Point par point 
Sera chiffonnée 
Les cheveux que j’ai coiffés 
Décoiffés par tes mains 

L’histoire dans  » La plus belle pour aller danser « , c’est quand même celle d’une jeune fille qui sort le soir pour aller offrir sa virginité à l’homme qu’elle s’est choisi. Il y a dans cette chanson un féminisme qui ne dit pas son nom ! Mieux : un érotisme qui échappe complètement à celle qui la chante. La robe qu’elle a cousue  » point par point  » et qu’elle espère voir découdre, c’est une métaphore de sa virginité qu’elle réserve au bien aimé. Idem pour la coiffure, éminemment sexuelle. Une coiffure de femme défaite, c’est une coiffure de femme qui s’abandonne…

Cette charge érotique est précisée plus loin :  » Tu peux me donner le souffle qui manque à ma vie. Dans un premier cri. De bonheur.  » Avec  » un premier cri de bonheur « , on fait référence à la perte de virginité sur laquelle on insiste d’ailleurs :  » si tu veux ce soir cueillir le printemps de mes jours.  » Cela signifie l’envie d’un premier passage à l’acte… Passage à l’acte qui est d’ailleurs fantasmé par le personnage.

 » La plus belle pour aller danser  » est une chanson sur le fantasme féminin du sexe.

Quand la nuit referme ses ailes 
J’ai souvent rêvé.
Que dans la soie et la dentelle  
Un soir, je serai la plus belle 
La plus belle pour aller danser

Dans l’imaginaire de ces années-là, qu’est-ce qu’il y a de plus sexuel que la soie et la dentelle ? Rien.  » La plus belle pour aller  » a un double fond, une cachette secrète, car c’est une chanson écrite pour une fille de 20 ans par un homme de 40 ans… C’est une chanson qui, deux ans plus tard, va peut-être influencer Gainsbourg, plus pornographe qu’Aznavour, lorsqu’il fera chanter ceci à France Gall : Hé oui,  » La plus belle pour aller danser « , c’est l’antichambre des  » Sucettes  » !

Source : RTBF.be

Repères : « L’homme en noir », « Qu’est-ce qui fait pleurer les blondes », « La Maritza », « Irrésistiblement », « Comme un garçon », « Nicolas ».

Publicités

« Avec toi… » Sylvie Vartan

avtMot de l’éditeur

« Avec toi… », l’album Hommage à Johnny Hallyday de Sylvie.
.
Sylvie et Johnny. Pour plusieurs générations de Français, ces deux prénoms restent à jamais indissociables, comme emblématiques d’un âge d’or de la musique, celui des débuts d’un Rock hexagonal, dont ils furent les pionniers et les premières idoles, à l’aube des 60’s, entraînant dans leur tourbillon toute une bande de copains, les fameux Yéyés…
.
Si bien qu’à la disparition de Johnny, le 5 décembre 2017, c’est un torrent d’images des deux anges blonds qui a consolé, tant bien que mal, une mémoire collective endeuillée par la perte de l’Idole des jeunes, comme autant de souvenirs apaisants d’une époque heureuse et insouciante.
.
Tous ces souvenirs, Sylvie les porte à jamais au fond de son cœur, comme autant de moments tendres, puissants et inoubliables. Si bien que lorsqu’elle chante à guichets fermés au Grand Rex au printemps 2018, il lui est inconcevable de ne pas rendre à Johnny un hommage à la hauteur de l’artiste et de l’homme flamboyant qu’elle a connu et follement aimé, et elle lui dédie une large partie de son spectacle.
.
«J’avais envie de chanter ses chansons, d’entendre ma voix sur ses mots… C’était très émouvant pour moi». Sylvie Vartan.
.
L’émotion doublée de plaisir, qu’elle éprouve à reprendre les chansons de Johnny, finit par la convaincre de lui consacrer tout un album studio : il sera sobrement intitulé «Avec toi…».

.
L’album « Avec toi » paraîtra le 30 novembre prochain. Disponible en deux formats : CD digipack avec un livret de 16 pages et VINYLE gatefold avec livret de 8 pages.

 

ldt1

ldt

L’Album posthume

sv1En ce jour de Toussaint nous songeons à ceux qui ne sont plus là pour nous illuminer de leur présence. 

La Dernière Heure (journal Belge) a consacré ce 30 octobre un article à Sylvie Vartan, où l’artiste explique pourquoi elle n’écoutera pas l’album posthume de Johnny Hallyday. N’ayant moi-même pas encore pu écouter cet album, je rejoins Sylvie Vartan : qualifier un album de « posthume » est quelque chose d’affreux.

sv2

Sylvie Vartan n’a pas le cœur à écouter l’album posthume de celui qui fut son époux durant quinze ans, a-t-elle confié via les médias français.

L’union de Johnny Hallyday et de Sylvie Vartan donnera lieu à la naissance de David, en 1966. Si la chanteuse âgée de 74 ans agrémente sa tournée d' »incontournables » de son ex-mari, c’est tout naturellement qu’elle reprend ‘Sang pour Sang’. « Elle est emblématique pour lui et moi parce que c’est notre fils qui l’a écrite. C’est l’une des chansons qui a le plus marqué sa discographie, apparemment la plus plébiscitée… évidemment jusqu’au dernier disque« , poursuit-elle dans Midi Libre. Ce dernier disque, ‘Mon pays c’est l’amour’, ne lui en parlez pas! L’a-t-elle écouté? « Non, je n’ai pas eu le cœur à la faire« , répond-elle à nos confrères. « Je connais tellement les moindres détails de sa voix qu’il m’est difficile de faire abstraction de ce que véhicule ce disque, c’est-à-dire le dernier. Posthume en plus, c’est quoi ce mot? C’est affreux. Cela me glace. Je n’ai pas du tout envie d’écouter. Je n’ai pas le courage de le faire », déclare-t-elle, avant d’ajouter qu’elle le fera « peut-être dans quelque temps, mais comme ça à chaud, c’est impossible ».

Choisir les titres interprétés par Johnny pour sa tournée? Cela lui a semblé « difficile« , « parce qu’il a fait tellement de chansons extraordinaires« , explique-t-elle à Europe 1. Comment a-t-elle choisi alors? Elle a sélectionné des chansons « qui lui parlaient« . Il n’y a donc aucun titre issu de l’album posthume de Johnny Hallyday. « Je ne peux pas célébrer Johnny mort. Je ne peux pas penser que c’est son dernier album, que c’est la dernière fois que j’entends sa voix. (…) Il savait lui-même que ce serait son dernier disque. C’est insupportable pour moi. Je ne l’accepte pas« , conclut-elle.

Pour lire l’article complet, cliquez ici .

ource : DH.be – 30.10.2018 – L.DC