Streaming « Olympia » – Ballon d’essai ?

upl

On y voit enfin plus clair. Ce n’est pas la vidéo mais les chansons de l’Olympia 2005 que l’on retrouve dans le streaming proposé par Abilène. 26 chansons du concert peuvent ainsi être écoutée séparément et sans autre image que le dessin du DVD…

Les chansons auraient été remastérisées. C’est possible, mais les interprétations n’ont pas été corrigées – et c’est tant mieux. J’en veux pour preuve « Mon Credo » où Mireille omet, après 2:46, le passage : Je crois que tout l’amour du monde est quand tu es là….

Si vous souhaitez que Mireille bénéficie des royalties liées au streaming, n’hésitez pas à écouter toutes les chansons proposées, d’autant qu’à vous cela ne coûte rien.

Il ne m’étonnerait  pas qu’un possible succès de ce streaming annonce la possible sortie d’un CD « Olympia 2005 ». Est-ce un ballon d’essai qui vient d’être lancé ?

Pour écouter toutes les chansons sur YouTube, cliquez ici : « Olympia 2005 »

 

Publicités

MM à l’Olympia 2005 – Streaming

olympia rem.JPG

Remastérisé : La remastérisation, le remastering ou le rematriçage, désigne le processus de fabrication d’un nouveau mastering pour un album, un film, ou toute autre œuvre de création audiovisuelle. La remastérisation peut désigner une étape du processus de conservation et restauration des films. Dans le cas d’un remixage, la remastérisation en devient l’étape finale.

C’est quoi le streaming ?

Apparu il y a déjà quelques années sur internet, le streaming permet une lecture en continue d’un contenu audio ou vidéo sans avoir à réaliser un téléchargement préalable. Si le streaming s’est notamment popularisé en permettant aux internautes de visionner, souvent illégalement, des films ou séries sur la toile, il existe également sous une forme plus encadrée depuis l’apparition des plateformes de partage de vidéos que sont Youtube, Dailymotion et autres…

Doucement mais surement, la possibilité de visionner ou d’écouter gratuitement un contenu (en échange du visionnage d’une publicité dans la majeure partie des cas) a pris le dessus sur la logique d’achat, qu’il soit matériel ou virtuel (disque ou digital pour l’audio, Blu-ray/DVD ou VOD pour la video). Conscients de cette réalité, des services tels que Spotify, Deezer, Apple Music ou encore Tidal… sont apparus en proposant, en l’échange d’un abonnement payant, d’accéder de manière illimitée au contenu de leurs catalogues. Dès lors, le streaming payant est devenu une alternative à la consommation classique.

Source : MédiDreams &  Booska-P (Yago, 23.09.2018)

Regard sur le Streaming…

streamingLe site Sony Music France indique que « Le premier regard d’amour » est disponible en téléchargement et en streaming.

C’est quoi le streaming ?

Apparu il y a déjà quelques années sur internet, le streaming permet une lecture en continue d’un contenu audio ou vidéo sans avoir à réaliser un téléchargement préalable. Si le streaming s’est notamment popularisé en permettant aux internautes de visionner, souvent illégalement, des films ou séries sur la toile, il existe également sous une forme plus encadrée depuis l’apparition des plateformes de partage de vidéos que sont Youtube, Dailymotion et autres…

Doucement mais surement, la possibilité de visionner ou d’écouter gratuitement un contenu (en échange du visionnage d’une publicité dans la majeure partie des cas) a pris le dessus sur la logique d’achat, qu’il soit matériel ou virtuel (disque ou digital pour l’audio, Blu-ray/DVD ou VOD pour la video). Conscients de cette réalité, des services tels que Spotify, Deezer, Apple Music ou encore Tidal… sont apparus en proposant, en l’échange d’un abonnement payant, d’accéder de manière illimitée au contenu de leurs catalogues. Dès lors, le streaming payant est devenu une alternative à la consommation classique.

Qu’est-ce que ça change ?

Si aux Etats-Unis, le streaming est déjà le premier mode de consommation payant en matière de musique devant le physique et le digital, ce n’est pas encore le cas en France. Pour autant, sa fulgurante ascension laisse augurer d’une issue comparable dans l’hexagone.

Principale conséquence, cette nouveauté a relancé tout un secteur. En permettant à tous d’accéder à des millions de titres et projets en échange de la somme de 10e, le streaming a mis un frein à l’essor du téléchargement illégal. Même si elles prennent désormais différentes formes, les ventes sont de retour. 

Nouveau contexte, donc nouvelles règles… Sans nulle doute, cette manière inédite de consommer va entraîner une nouvelle manière de vendre. C’est la loi de l’offre et de la demande. Désormais, il ne s’agit plus d’inciter à acheter, mais à écouter. […] D’ores et déjà, les artistes ont adapté leurs stratégies. Leur musique doit aujourd’hui se propager au maximum, sans obligatoirement entraîner l’achat.

La comptabilisation pour les certifications

Depuis le mois de juillet 2016, le streaming est officiellement comptabilisé pour les certifications GFK (disques d’or, de platine, de diamant…) sous un modèle de comptabilité extrêmement compliqué expliqué par le SNEP.

Pour faire plus simple, environ 1 500 streams équivaudraient à une vente…

Cette prise en compte récente du streaming dans les chiffres a permis à de très nombreux artistes d’accéder à des distinctions, au point que certains militent déjà pour un retour du disque d’or à 100 000 ventes. Un rétro-pédalage qui ne serait pas totalement dénué de sens afin que ces récompenses conservent leurs caractères exceptionnelles.

Source : Booska-P (Yago, 23.09.2018)