Mireille Mathieu sort un double album lyrique

3235308191_1_6_QrLt51GMcLa Demoiselle d’Avignon a dédié son 44e album à « sa petite maman » et à son père, ancien marbrier, ancien tailleur et ténor amateur, qui aimaient tant l’opéra.
Mireille Mathieu vient de sortir un double album intitulé « Mes classiques ».
Ce 44e disque de 18 titres, elle en a eu l’idée à la mort de sa « petite maman », comme elle l’appelle affectueusement, Marcelle, à 94 ans, en mars 2016. « Je me suis souvenue des dimanches où mon père, tailleur de pierre et ténor amateur, entonnait les grands airs de Carmen, chantait Tosca, maman lui soufflait les paroles, toute mon enfance a été bercée par ces musiques. Quand elle nous
a quittés, j’étais plongée dans un profond chagrin et pour m’en sortir je me
suis attelée à ce projet : enregistrer ces airs familiers ». « Mes classiques »  est dédié à ses parents qui aimaient tant l’opéra. Son père marbrier à Avignon a sculpté la pierre tombale du Prix Nobel de littérature, Albert Camus qui repose dans le petit cimetière bucolique de Lourmarin (Vaucluse).

Dans le studio mythique des Beatles

Des mois de travail, de déchiffrage des partitions (« comme je ne lis pas les notes, je faisais des flèches d’indien » explique Mireille), de répétition, des textes du parolier Claude Lemesle sur le célèbre « 1er concerto pour piano »
de Tchaïkowsky, l' »Ave Maria » de Schubert, « la Barcarole » d’Offenbach mais aussi Mozart, Fauré, Brahms, Haendel. L’enregistrement s’est déroulé à Prague avec un orchestre symphonique de 90 musiciens et le mixage dans le mythique studio londonien d’AbbeyRoad, où plane toujours l’ombre des Beatles.

En rockeuse et perfecto entre Johnny et Sardou

Mireille Mathieu a assisté en octobre dernier à l’Hommage National rendu à Charles Aznavour dans la Cour des Invalides. « C’était un grand Monsieur élégant qui incarnait la chanson française dans le monde entier. Il restera dans le coeur de nous tous ». Johnny aussi nous a quittés « J’avais chanté entre lui et Michel Sardou dans une des émissions des Carpentier, ils étaient sur des Harley Davidson et moi, au milieu, en rockeuse et perfecto avec une guitare plus grosse que moi !  » se souvient Mireille Mathieu. Autre disparition qui l’a marquée, il y a quelques jours, celle de Francis Lai. « Il avait été mon premier accordéoniste, un homme merveilleux, humble, simple, un compositeur oscarisé à Hollywood pour ses musiques de films « Un homme et une femme » et « Love Story ».
Comment à 72 ans, arrive-t- elle à faire des tournées internationales, enchaîner les voyages, enregistrer? « J’adore chanter mais j’ai une grande discipline de vie, je dors 9h par nuit, je ne fume pas, je ne bois pas à part un peu de champagne de temps en temps ou de Bordeaux et surtout je vocalise pendant des heures tous les jours. »
Cet été, elle était en Russie, lors de la Coupe du Monde de football. Mais elle n’a pas pu assister à la finale parce qu’elle enregistrait à Prague. « J’ai vu le match devant la TV, je connais tous les prénoms des joueurs Kylian (Mbappé), Antoine (Griezman), je criais pour les encourager et à la fin, j’ai chanté « La Marseillaise » à tue-tête dans ma chambre d’hôtel. On a gagné, vive la France! »

200 millions de disques vendus à travers le monde

Dans « Mes classiques », ce double CD lyrique, Mireille chante en 7 langues, allemand, anglais, allemand, russe, italien, espagnol, latin. En 2019, elle fêtera ses 55 ans de carrière par une tournée, notamment en Russie et en Ukraine. La Demoiselle d’Avignon a enregistré 1200 titres et vendu 200 millions de disques à travers le monde depuis son premier passage à l’Olympia en 1965.
Source : Midi Libre
Publicités

De Tchaïkovsky à Mozart

img040cTchaïkovski, Brahms, Schubert, Mozart… pour la première fois en 54 ans de carrière, Mireille Mathieu se frotte à des airs d’anthologie de la musique classique, avec la complicité de Claude Lemesle, l’un des grands paroliers de la chanson française.

Dans les bacs vendredi, le 44e album studio français de la Demoiselle d’Avignon qui a fêté ses 72 ans en juillet, regroupe 18 titres en sept langues (français, allemand, russe, italien, espagnol, latin, anglais) avec souvent des paroles inédites. Claude Lemesle a ainsi mis en chanson le célèbre concerto pour piano numéro 1 opus 23 de Tchaïkovski. Aucun parolier n’avait travaillé avant lui sur ce thème emblématique composé entre novembre 1874 et février 1875.

Premier extrait de cet album classique qui permet à Mireille Mathieu de démontrer une nouvelle fois l’étendue de son registre vocal, « Le Premier regard d’amour » évoque la maternité. Claude Lemesle, 72 ans, signe les paroles de quatre autres titres abordant des sujets inédits sur des compostions de Verdi, Brahms ou Tárrega. Intitulé « Mes Classiques« , l’album a été entièrement enregistré avec les 90 musiciens et choristes de l’ensemble symphonique de Prague, et remasterisé aux mythiques studios Abbey Road de Londres.

Mireille Mathieu reprend aussi « Ave Maria » de Franz Schubert ou encore la version originelle d' »Amazing Grace« , célèbre cantique chrétien anglo-saxon composé en 1835 par le Britannique William Walker. « Mon enfance a été bercée par de grands airs d’opéra. Mon papa avait une voix ténor. A la maison, il chantait souvent Carmen, Tosca et beaucoup d’autres« , a confié à l’AFP Mireille Mathieu, qui reprend aussi des airs de Fauré, Handel, Offenbach et Cesar Franck.

« Comme une thérapie« 
Très affectée par la mort de sa mère en 2016, la chanteuse s’exécute quand un proche lui conseille « d’écouter et de chanter des œuvres classiques. Cela a été très bénéfique, comme une thérapie…« . « Il y a longtemps que je rêvais de chanter du classique. Ce disque m’a donné la possibilité d’aller encore plus loin sur le plan vocal. L’expérience a été très enrichissante et gratifiante« , dit Mireille Mathieu qui a donné carte blanche à Claude Lemesle pour les textes et adaptations.

Pour les deux clips qui accompagnent l’album, le président tchèque Milos Zeman lui a ouvert le château des rois de Bohème, à Prague. Pas de retour sur scène programmé pour le moment en France, mais une série de concerts en Allemagne, en République Tchèque et en Russie, notamment à Moscou.

Élevée en septembre au rang de Docteur Honoris Causa de l’Université d’État des sciences humaines de Moscou, Mireille Mathieu partageait avec Charles Aznavour le titre d’ambassadeur de la chanson française. « Grâce à mes chansons, j’ai l’immense chance depuis plus de cinquante ans de représenter notre belle langue à travers le monde. Je vais continuer seule désormais…« , promet-elle, un brin de tristesse dans le regard.

« Made in France« , son précédent album avec des reprises de chansons populaires françaises, est sorti en 2017. Depuis ses débuts le 28 juin 1964, Mireille Mathieu, aînée d’une famille modeste de 14 enfants, a vendu 200 millions de disques selon Sony Music, dont 55 millions de singles et a enregistré plus de 1.200 chansons, en 11 langues.

Source : La DH – AFP – 08.11.2018 – 12:33


Tchaïkovsky en chanson

tcClaude Lemesle, l’un des paroliers de Mireille Mathieu, a mis en chanson spécialement pour elle l’un des plus célèbres thèmes de Tchaïkovski, le concerto pour piano numéro 1 opus 23 jamais chanté jusqu’ici, a-t-on appris dans l’entourage de la chanteuse.
.
Premier extrait d’un album classique attendu dans les bacs le 9 novembre, le titre intitulé « Le Premier regard d’amour » est disponible depuis lundi sur les plateformes de téléchargement.

Co-écrite par Claude Lemesle et Christophe Andréani, la chanson évoque la maternité. Le thème musical a été composé par Tchaïkovski entre novembre 1874 et février 1875. Auparavant, aucun parolier n’avait travaillé sur cette oeuvre majeure du compositeur russe.

Claude Lemesle, 72 ans, signe les paroles de quatre autres titres de cet album classique de Mireille Mathieu, abordant des sujets inédits sur d’autres thèmes célèbres de Verdi, Brahms, Mozart et Tárrega, joués par l’Ensemble Philharmonique de Prague.

« Made in France », le précédent album de Mireille Mathieu, regroupant de grandes chansons populaires françaises, est sorti en 2017.

Source : RTL INFO – 17.09.2018

Sarah Vaughan

svLa chanteuse de jazz américaine, Sarah Lois Vaughan, est née le  à Newark dans le New Jersey et morte le 3 avril 1990 à Hidden Hills en Californie.

Née dans une famille aussi religieuse que musicienne, elle apprend le chant et l’harmonium dans un contexte religieux. Elle se consacre au chant lorsqu’elle gagne le concours d’amateurs du Théâtre Apollo à Harlem, dix ans après Ella Fitzgerald qui vient la féliciter. Elle est notamment influencée par Charlie Parker et Dizzy Gillespie, alors membres de l’orchestre de Billy Eckstine qui introduit le bibop dans la musique de big band.

En 1949, elle signe chez le label Columbia et y enregistre abondamment. Dans les années 1960, sa voix perd légèrement en virtuosité mais gagne en profondeur. Elle enregistre au cours de ces années avec des orchestres symphoniques. En 1982 elle enregistre pour Pablo Records un album très personnel, Crazy and Mixed Up, et afin de maitriser toutes les étapes dans la création de cet album, elle endosse le rôle de producteur.  Son rêve, dira-t-elle, c’est « de faire ce qu’elle veut sans interférence de la part de la maison de disques ». À partir de 1982, les enregistrements et concerts se font plus rares.

Source : Wikipédia (résumé RicoSouvenirs)

La chanson « The Man I Love » est extraite du CD/33 tours « Sarah Vaughan sings Georges Gershwin ». A noter que le CD contient plus de titres que le double 33 tours. Ne connaissant pas bien l’artiste, j’ai préféré la découvrir en acquérant le 33 tours de manière à éviter l’overdose qui pourrait dérouter tout néophyte. La chanson plus bas vous donnera une idée du ton de l’album. C’est du nanan pour ceux qui apprécient ce genre de musique et plus particulièrement Gershwin.

ella-fitzgerald-sings-the-george-ira-gershwinElla ou Sarah ? RG-Tommy répond sur Amazon.fr : … On ne peut rêver Gerswhin plus magnifiquement interprété! Certes, on peut préférer les Gershwin d’Ella Fitzgerald, il s’agit là non pas de l’interprétation – les deux Dames sont extraordinaires – mais du timbre de la voix. Entre les deux, mon cœur balance… Chez Sarah, il y a ce velouté de la voix semblant sortir d’un écrin serti de diamants. Graves et aigus sidérants. Avant le CD, j’avais le double album vinyle qui me fascinait, avec le numérique, je suis littéralement envoûté par cette voix qui est l’une des plus belles du monde!

– Voyez l’article consacré à Ella Fitzgerald en cliquant ici.

– Pour plus d’informations sur ce CD « Sarah Vaughan » , cliquez ici : Amazon.fr.

– Pour le CD « Ella Fitzgerald sings Gershwin », cliquez, plus haut, sur la pochette du CD.

Premier album depuis 13 ans ?

4284935-mireille-mathieu-lors-de-la-cloture-de-l-950x0-1aLe site Mélody TV écrit dans son article intulé : « Mireille lance un nouvel album, le premier en France depuis 13 ans » qu’après 200 millions de disques vendus à travers le monde, et 54 ans de carrière, Mireille MATHIEU dévoilera son nouvel album le 9 novembre prochain. Le premier en France depuis 13 ans, si l’on exclu ses reprises de PIAF ou ses compilations « Made in France » et « Une vie d’amour« , portées par différents inédits dont « Ce n’est rien« , écrit et composé par Jean CLAUDRIC et par YCARE.

Mais les fans qui attendaient un disque de compositions originales risquent d’être déçus… En effet, intitulé « Mes classiques« , l’opus revisitera les plus grands airs composés par TCHAÏKOVSKIMOZARTBRAHMSSCHUBERTFAURÉHAENDEL… Accompagnée par les 90 musiciens de l’Ensemble Symphonique de Prague, Mireille MATHIEU interprètera en 7 langues différentes des chansons écrites par des paroliers de renom, tel que Claude LEMESLE.

Sans titreEst-ce à dire que les albums allemands « Herlichst, Mireille », « Wenn mein Lied deine Seehle kusst », « Das Liebe Lebt », « Na bei dir », « In meinen Hertzen, ne sont pas sortis en France ? N’oublions pas qu’il y a aussi eu la reprise des albums « Ennio Morricone », « Mireille Mathieu chante Noël » et »Olympia 67-69″ ?

Si faut entendre par là le premier album français, rappelons que celui-ci a des allures internationales, pour ne pas dire universelles, puisqu’il s’agit de « grande musique » et que Mireille y chanterait en 7 langues. Il s’agirait dès lors non du premier mais du énième album sorti en France depuis 2005, le premier nouvel album se faisant encore attendre.

Cela dit, vu la publicité qui lui est fait dans les médias en France comme à l’étranger, cet album pourrait faire parler beaucoup de lui s’il est aussi réussi que la promotion le laisse entendre et permettrait à Mireille d’étendre son rayonnement sur d’autres marchés que ceux des pays visités régulièrement ces dernières années. 

La possible confusion des genres

mmcpsd1Je vous avais fait part dans l’article « Mes Classiques – Dank Sei Dir Herr » de la remarque d’un gestionnaire de chaîne YouTube qui appelait une précision. Je n’avais pas mentionné la suite. Je vous la livre ce dimanche avec un commentaire s’y rapportant. 

Un proverbe anglais dit « Don’t judge a book by the cover », ne juge pas un livre par sa couverture… Si nous découvrons déjà la pochette du futur album et la liste des titres, nous ne pouvons – pour l’instant – écouter ces morceaux. Il y a une telle attente, une telle impatience, voire une excitation chez ses vieux fans qu’ils confondent (peut-être) ce à quoi ils rêvent et… la réalité !
Quand on écoute Mireille Mathieu chanter L' »Ave Maria » de Schubert lors de l’inauguration de la cathédrale russe à Paris, c’est mauvais. « Epouvantable ! » m’a dit un de mes amis, ancien chanteur d’opéra et professeur de chant. Il y a beaucoup de titres qu’elle n’est plus capable de chanter, alors qu’il s’agit d’un répertoire de variétés : « Chanter », justement, les titres sur la musique de Morricone, « New York, New York ». Elle a rechanté
Une femme amoureuse il y a quelques mois mais en sautant le passage le plus difficile et en ayant fait baisser la tonalité. C’est tout à fait normal vu son âge. Dès lors, comment s’attaquer à un répertoire bien plus difficile ? Je n’imagine pas Mireille Mathieu à 72 ans chanter bien « Voi che sapete« .
Cet album ravira ses fans de différent pays, en manque de nouveautés depuis le dernier album de 2005 ( le reste n’a été que des compils avec juste un nouveau titre pas si terrible « Ce n’est rien ») mais je ne pense pas que le public normal se jette sur cet album… J’appelle « public normal » les gens qui ont deux oreilles et peuvent dire : »Ca, c’est bien ! », « Ca, c’est mauvais » et « Ca, c’est très mauvais! »…

Ma réaction

Est-il possible pour un fan, si vieux ou si jeune soit-il, de ne pas tenter d’imaginer ce que sera le prochain album de Mireille ? Il est vrai que ceux qui n’entendent pas grand chose à la musique classique n’auront pas grand chose à s’imaginer, car comment deviner la façon dont MM interprétera des mélodies que l’on ne connaît pas ? Les autres ne seront pas dupes d’un imaginaire mettant une chanteuse de variétés, aussi bonne soit-elle, à la hauteur des grandes divas qui ont cultivé laborieusement l’art du chant tout au long de leur carrière (Felicity Lott, Kiri Te Kanawa, Jessye Norman, Régine Crespin, etc.).

Les fans attendent-ils autre chose qu’un album honorable par lequel Mireille met quelques pages du répertoire classique à la disposition de ses fans comme il est de bon ton de le faire dans le domaine des variétés qui visent autre chose que la chansonnette ?  Tout cela avec sa voix, sa personnalité et vraisemblablement les précieuses directives d’un conseiller musical. Mireille Mathieu n’est ici innovatrice en rien, Nana Mouscouri, Helmut Lotti, Barbra Streisand et bien d’autres l’ont devancée en cela. Ceux qui attendent autre chose ne manquerons pas d’être déçus.

Je n’imagine pas juger la voix de Mireille sur base de certaines vidéos d’enregistrements publics de Mireille diffusées sur YouTube. C’est pourquoi je ne les affiche sur le blog que quand elles me donnent entière satisfaction. Ces enregistrements n’ont rien de professionnel ; de plus, le son ainsi et l’image sont généralement de médiocre qualité car issus d’amateurs qui confondent diffusion publique (qualité nécessaire) et souvenirs personnels (qualité suffisante). Mais j’admets cependant ne pas souvent avoir apprécié dans le passé les interprétions classiques de Mireille, estimant subjectivement, je l’admets, que sa voix ne s’y prêtait pas.

La question qui se pose, et peut-être la plus intéressante est de savoir comment s’attaquer à un répertoire difficile quand on a dépassé l’âge où les divas du classique ont généralement pris la retraite. Nous le saurons le 9 novembre et aurons tout le plaisir ou le déplaisir d’en parler comme le ferait tout « public normal ». En attendant, tout est permis quand on rêve…

c3142-460110102-90Ange. – C’est un peu fatigant ce genre de discussions, je dois avouer qu’on s’en fiche un peu qu’elle soit à la hauteur des thèmes choisis, avec la carrière qu’elle a, et la voix qu’elle a encore, et qu’elle a eue autrefois, on ne va pas jouer les maîtres d’école avec elle, on aime une artiste aussi pour ce qu’elle tente et pas seulement pour ce qu’elle réussit, elle a voulu ce disque, elle l’a fait, elle aurait certes dû le faire depuis longtemps au lieu de chanter toutes ces chansons dont la plupart n’arrivent pas à la cheville de son talent, alors mieux vaut tard que jamais, attendons de voir, l’art n’est pas la perfection, c’est autre chose de bien plus mystérieux.

Daniel B. – Eh bien tout est dit et bien dit! J’avoue appréhender quelque peu cet album… Sony aura sans doute veillé un tant soit peu au grain et l’on peut espérer un résultat propre. Il est certain d’or et déjà que la musique classique sera largement dévoyée. Comme vous le dite, ce ne sera pas la première fois. D’autres l’ont fait. Un public existe pour ce genre de populisme musical et nul doute que Sony a fait son étude de marché et que la promo sera rondement menée. A titre personnel, c’est un choix que je regrette déjà avant d’avoir entendu le résultat, dont il ne faut pas être bien devin pour en pressentir les failles. Christian Bruhn avait fait travailler à Mireille des chants traditionnels allemand. Le résultat fut à l’époque bien plus qu’honorable. Ce temps-là n’est plus et si la voix a encore de la puissance, le manque de justesse récurent et les détails bâclés lors des prestations live que j’ai pu voir me font craindre le pire. Sur un album, on rectifie (melodyne) , mais bon… wait and see…

Source : YouTube (cliquez ici)