Mes Tops – 44 : Les mains d’Elsa

Les mains d'Elsa.jpg

Les mains d’Elsa
(Poème de Louis Aragon)

Donne-moi tes mains pour l’inquiétude
Donne-moi tes mains dont j’ai tant rêvé
Dont j’ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d’émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m’envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D’une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d’inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s’y forme
S’y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

Le poète évoque ici une personne de son domaine intime, la femme qu’il a aimée puis épousée. Angoissé, il attribue à Elsa une fonction protectrice. Il la prie, la sollicite et l’implore, jusqu’à la transfigurer.

Marc Ogeret naît le , dans le 6e arrondissement de Paris. Il commence à chanter des chansons de Félix Leclerc et de Léo Ferré aux terrasses des cafés vers 1954. Pierre Prévert, frère de Jacques Prévert, le remarque et lui donne sa chance. Ogeret commence à faire les cabarets (Chez Agnès Capri, puis La Colombe). Il reçoit le prix de l’Académie Charles-Cros en 1962 et le prix de l’académie de la chanson en 1963. En 1964, il passe en première partie de Georges Brassens à Bobino. Vingt ans plus tard il est fait chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

En 1967, il est vedette d’un spectacle consacré à Aragon et enregistre le disque Marc Ogeret chante Aragon, son disque le plus vendu.

Marc Ogeret est décédé le 4 juin 2018 à Semur-en-Auxois.

Sources : Wikipédia & Echange

Publicités

Mes tops – 1 : L’Etrangère

ym

RicoSouvenirs ne se limite pas au répertoire de Mireille Mathieu. Faute d’actualité importante concernant la star du Midi, le blog poursuit ses activités avec une nouvelle rubrique : « Mes tops ». Je sélectionnerai, si l’idée vous plaît, 50 chansons françaises qui font parties de mon univers musical francophone. Dans de nombreux cas, une chanson par artiste ne suffira pas, c’est pourquoi j’indiquerai également deux trois autres chansons qui me plaisent particulièrement de cet artiste.

Aujourd’hui, c’est « L’Etrangère » interprétée par Yves Montant qui ouvre la série. Il en existe de nombreuses versions, mais celle-ci me paraît être la meilleure. Le texte est de Louis Aragon, qui est un des poètes que j’apprécie le plus, sans doute grâce à de grands interprètes de la chanson française qui m’ont donné envie de mieux le connaître (Léo Ferré, Jean Ferrat, Marc Ogeret, Isabelle Aubret…).

La poésie est la smusique des mots, de même que les doigts pincent les cordes de la guitare, que l’archet frotte celles du violon, les mots mis côte à côte sonnent, tintent, résonnent et chantent. Le talent du poète fait le reste. (Jacky – Poetica.fr)

Repères : « A bicyclette », « De Shanghai à Bangkok », « En sortant de l’Ecole » et « Quand tu dors près de moi ».