Mes Tops – 26 : La déclaration d’amour

la déclaration (2)

France Gall a été l’une des muses de Serge Gainsbourg, interprète de ses titres ambigus Les Sucettes à l’anis, Poupée de cire, poupée de son, ainsi qu’une icône des années yéyé. Au déclin du mouvement, au début des années 1970, la chanteuse doit se renouveler. C’est alors qu’elle rencontre Michel Berger, lors d’une émission de radio. Le parolier, qui souhaite tracer son sillon dans la musique, lui écrit La déclaration en 1974, « juste deux ou trois mots d’amour, pour te parler de nous ». Le début de la gloire pour la chanteuse et le compositeur : ensemble, à la scène, ils multiplient les tubes et feront la comédie musicale Starmania.

France Gall : Premier disque, première chanson. J’attendais tellement de cette première fois que quand il m’a joué la chanson au piano, j’ai été… comment dire… un peu déçue. Je rêvais d’une chanson rythmique, et me voilà avec une sensuelle déclaration. Le jour du studio, j’étais un peu tendue. Après une ou deux prises, Michel était content. Dans la foulée, il me demande d’écrire un texte parlé sur l’ad lib de la fin comme si j’avais fait ça toute ma vie. Ecrire ! Il s’est rendu compte qu’il manquait un solo de guitare à 2 heures du matin. Effondré, il ouvre la porte du studio et croise un guitariste qui travaillait à côté et qui rentrait chez lui. En un quart d’heure, la guitare de Jean-Pierre Castelain s’imprimait sur la bande seize-pistes où le piano de Michel, omniprésent, donne à lui seul le balancement bien particulier de cette chanson. Premier cadeau. Le public a été là tout de suite.»

Source : Gala

Repères : « Sacré Charlemagne », « Poupée de cire, poupée de son », « Christiansen », « L’Amérique », « Ella Ella », « Si maman si », « Débranche », « Cézanne peint ».

Publicités

Mireille la « snipeuse »

fgmmLe site « Le Gossip » affiche : Mireille Mathieu «  snipeuse », sa terrible pique à France Gall qui l’avait provoquée ; l’article continue ainsi :

Une chose est sûre, faut pas trop chercher Mireille Mathieu, et France Gall l’a appris à ses dépens. Elle lui avait envoyé une petite pique. Pierre Billon s’est confié lors d’un entretien accordé au magazine «Closer», nouvelle étape de la promotion de son dernier livre, « Johnny, quelques part un aigle », où il livre plusieurs anecdotes. Et en marge de cet entretien, il a été question de Mireille Mathieu, qu’il a qualifié de « snipeuse ». A France Gall qui lui dit que musicalement, il y a un océan’, entre elles, elle rétorque : oui, l’Atlantique. Et cela pour lui rappeler qu’elle « seule à du succès aux Etats-Unis.

5419762422ricosMouais…. J’ignore si Pierre Billon cultive l’art du mensonge, mais ma mémoire est assez bonne pour oser affirmer que cette phrase a été prononcée dans des termes quelque peu différents à la télévision, au « Jeu de la Vérité ». Ni France Gall ni Michel Berger n’étaient là. Je me suis quand même soucié, malgré ma certitude, de trouver une source qui le confirme. Je n’ai pas dû chercher bien loin puisque dans la « La véritable Mieille Mathieu » d’Emmanuel Bonini, j’ai retrouvé ce passage :

41BECVEKGKL.JPGA « Jeu de la vérité », Mireille Mathieu  « y va de tout son naturel pour leur faire à tous une nique royale. Notamment lorsqu’un téléspectateur lui demande son avis sur une récente déclaration de Michel Berger : « Il existe peu de grandes vedettes en France, France Gall a un boulevard devant elle. » La « petite » rappelle au préalable qu’elle et France Gall partagèrent la même loge dans la tournée d’Hugues Aufray, vingt ans plus tôt. Puis elle répond en substance qu’elle apprécie et respecte Michel Berger, et que si son épouse a un boulevard devant elle, elle, Mireille Mathieu, a un océan. »