Mes Tops – 32 : Comme un personnage de Sempé

Comme un personnage de Sempé.jpg

On se croit irremplaçable
Mais on est finalement
Qu’un infime grain de sable
Entre les griffes du vent
Il arrive aussi qu’on gagne
Mais on perd au prochain coup
On déplace des montagnes
Qui ne sont que des cailloux

« Comme un personnage de Sempé » est une des chansons de Sylvestre que je préfère, un autoportait très lucide de sa condition de chanteuse dans un milieu professionnel redoutable… (Sylan)

Anne Sylvestre

Anne Beugras, plus connue sous le nom d’Anne Sylvestre, est née à Lyon le 20 juin 1934, d’un père bourguignon et d’une mère alsacienne. Sa petite soeur est autre l’écrivaine Marie Chaix. Elle débute sa carrière en 1957, au cabaret La Colombe et se fait ainsi connaître à Paris où elle se produit dans divers cabarets et music-halls.

En 1959, sort son premier disque mais c’est la chanson « Mon mari est parti » (1961) qui lui permet de se faire remarquer. Elle est surnommée la « Brassens en jupons » : les textes et la guitare en sont certainement pour quelque chose. En 1960, elle reçoit le prix de l’Académie de la Chanson française, elle recevra de nombreux autres prix au long de carrière.

Qu’elle chante la terre, la nature, ses racines, les femmes, les hommes ou qu’elle s’engage sur des thèmes de société (le viol, l’avortement, les sans-abris, la misère), Anne Sylvestre navigue entre l’humour et le sérieux. Il en est de même pour ses fabulettes : thèmes imaginatifs, éducatifs voire engagés.

Lisez l’article complet sur le site Universal.

Sempé

Je suis un humoriste, et dans ce terme, auquel je tiens beaucoup, il faut entendre le fait que je ne m’exclus pas de l’humanité que je dessine. Je suis proche de mes personnages, ils sont mes semblables. En me moquant d’eux, je me moque de moi-même. (Jean-Jacques Sempé)

Né le 17 août 1932 à Bordeaux, Sempé est devenu l’un des plus célèbres dessinateurs de la planète. Il commence par quelques dessins humoristiques publiés vers l’âge de 21 ans, à partir duquel il travaille comme illustrateur pour divers périodiques, dont Paris-Match, Punch et L’Express. Dans les années cinquante, Sempé met en scène un personnage récurrent, Nicolas, dans les bandes dessinées qu’il livre au journal Le Moustique. René Goscinny lui suggère de consacrer une série à part entière à ce personnage. « Le Petit Nicolas », publié dans Le Moustique à partir de 1954, devient le réceptacle de nombreux souvenirs d’enfance de Sempé. Les scénarios sont signés par un certain Agostini, pseudonyme sous lequel se cache en réalité René Goscinny. À partir de 1960, « Le Petit Nicolas » est accueilli par la revue Pilote, sous la forme de romans écrits par Goscinny et illustrés par Sempé.

Source : Bedethèque & Goutte d’eau

Publicités