Mes Tops – 46 : Laisse courir tes doigts

Laisse courir tes doigts.jpg

Laisse courir tes doigts sur le piano
Laisse venir à toi les airs nouveaux
Accueille comme une amie
Quelque tendre harmonie
Pour la chérir bientôt
Avec des mots…
Laisse courir encore comme autrefois
Couraient sur un beau corps tes jeunes doigts…
Ajoute une émotion
Un éclair de passion
Laisse courir tes doigts sur ta chanson

Tous les chanteurs de la seconde moitié du XXe siècle (ou presque) ont dit de lui qu’il avait été l’initiateur, le déclencheur, celui qui leur avait ouvert la voie en faisant basculer la chanson dans la modernité. Des centaines de chansons qu’il a écrites et composées, ce ne sont pas une ni deux, mais plusieurs dizaines qui sont passées à la postérité et entrées dans l’imaginaire collectif comme une sorte de bande-son de notre histoire. (France Culture)

En octobre 1992, paraît un album, Mon cœur s’envole, treize nouvelles chansons où Trenet renoue avec un style qui lui est désormais éternel : le rythme, l’ironie, la tendresse, l’envol. Quand reviendront les cigales ou Nagib auraient pu se situer avant-guerre. Mais la maîtrise du genre acquise par Trenet lui permet, en jonglant avec les mots et les images, de bâtir des mélodies indémodables. Il voulait quitter la scène avec la légèreté d’un poète : «Je m’envolerai», disait-il. Charles Trenet s’est éteint paisiblement, dans la nuit de dimanche du 18 au 19 février 2001. (Trenet.chez.com)

Repères : « La mer », « L’âme des poètes », « Mon cœur s’envole vers toi », « Moi  j’aime le music-hall », « Le jardin extraordinaire », « Le soleil a rendez-vous avec la lune », « Mes jeunes années ».

Publicités