L’Ave Maria de Schubert

mcmal (2)560l.jpgMireille était récemment l’invitée d’Olivier Bellamy, sur Radio Classique, pour y présenter sont nouvel album « Mes Classiques ».

Olivier Bellamy n’anime pas seulement une émission quotidienne, il est aussi l’auteur de plusieur livres, dont une biographie de Martha Argerich et « Un hiver avec Schubert », un livre présentant une quarantaine de textes consacrés au grand compositeur autrichien né à Vienne en 1897 et mort à l’âge de 31 ans.

Voici ce qu’il écrit à propos du célèbre Ave Maria :

uh.jpg   Cette foi [de Schubert] s’exprime tout naturellement dans son « Ave Maria » dont Yehudi Menuhin disait que c’était une mélodie qui parlait directement au cœur et qui faisait naître chez tout individu un sentiment d’élévation spirituelle. C’est pour cette raison qu’il la jouait plus souvent qu’une autre dans les hôpitaux pendant la guerre. Sur ces gueules cassées par les éclats d’obus et ces visages durcis par les privations coulaient aussitôt des larmes de consolation.
Schubert c’est aussi rendu compte du pouvoir mystérieux de cette mélodie qui était née spontanément sous sa plume. En accompagnant Vogl qui la chantait en Haute-Autriche, il a pu juger de son effet immédiat. « Cela provient, je crois, de ce que je ne m’efforce jamais au recueillement, écrit-il à ses parents en 1825, et qu’en outre je ne compose jamais d’hymnes ou de prières de ce genre sans être dominé par ce sentiment qui, alors, est sincère et véritable.  » Et à son frère Ferdinand il ajoute : « La manière dont Vogl le chante et dont je l’accompagne, comme nous semblons dans un tel moment ne faire qu’un, est quelque chose de nouveau, d’inouï pour les gens.
Cet Ave Maria qui continue son tour du monde, de Barbara Hendrickx à Céline Dion, et que l’on peut entendre à l’angélus du soir d’une église de Copacabana (à midi, c’est l’Ode à la Joie de Beethoven), quand le soleil disparaît derrière la montagne du Corcovado et que la caïpirinha commence à couler à flots.

Source : « Un hiver avec Schubert » – Olivier Bellamy

Publicités

« Mes Classiques » – Ave Maria

avma

Après Tchaikovsky et « Le premier regard d’amour », voici Schubert et son célèbre « Ave Maria ».  Une mélodie qui se chante avec le cœur. Dans quelle mesure l’interprétation de Mireille vous a-t-elle convaincus ?

Avis sur YouTube (sélection)

  • Un sublime clip avec une Mireille Mathieu tout en retenue. (Antho158)
  • Quel cadeau vous nous offrez MADAME avec cet album… Je reste impressionné par la technique et la puissance de votre voix malgré le temps qui passe… (G. Jarlaud)
  • Superbe interprétation de Mireille, très émouvant. (Stéphane Grégoire)
  • Merveilleuse interprétation de Mireille tout en finesse et émotion. N’en déplaise à certains, elle demeure la plus grande chanteuse française qu’il nous reste. J’espère que l’album aura le succès qu’il mérite. Mireille vous manquez à votre public français. En espérant une scène en France pour défendre ce disque. (jipem751)
  • Que dire sinon vivement du disque. J’espère que les médias vont en parler. (Patrick Hossard)
  • Merveilleuse et grande Mireille MATHIEU. Un sublime Ave Maria ! Grand MERCI, chère Mireille MATHIEU, pour ce grand moment d’émotion. (Olivier Lavigne)
  • L’AVE MARIA de SCHUBERT revisité par MIREILLE tout simplement MAGNIFIQUE. Que dire de l’ensemble symphonique de PRAGUE et de la magnificence des Lieux. GRANDIOSE. (Bernard Genand)

5a8be-2332323243-16Paolo. – Personnellement je n’ai pas du tout aimé le premier regard d’amour, mais l’Ave Maria me ravit. Mireille a su éviter les pièges qu’un tel morceau présente. Elle s’en sort très bien la technique est efficace ; j’attends donc le reste de l’album avec impatience .
Dernièrement j’ai réécouté « Dank sei dir Herr » que Mireille avait chanté à l’Olympia en 2002, c’était déjà très bon, alors croisons les doigts…
Petite critique toutefois sur le mixage, il me semble que la voix est légèrement trop mise en avant. Attendons le CD et surtout le vinyle pour se forger un avis plus net. J’ai également constaté un bruit de fond avec quelques grésillements et un très léger souffle sur la bande son. Je pense que la matrice n’a pas été totalement nettoyée volontairement, pour ne pas effacer les nuances de la voix de Mireille et de l’orchestre. Belle réussite en tout cas.

Andrès. – Ce qui m’étonnait dans le CD classique de MM, c’est que l’on nous proposait à écouter qu’un seul titre : toute la publicité ne se faisait que sur cette seule chanson. Je n’étais pas très optimiste pour la suite : ce n’est pas encore le cas avec ce second titre, l’optimisme renaît. Bravo MM !

Wolfgang. – Etonnante Mireille! Oui, elle m’a convaincu avec cette deuxiėme publication. L’orchestration rėussie, digne, la voix bien placėe. Mireille chante ce morceau trės bien et à SA maniėre. Je connais d’autres interprėtations que j’aime bien. Celle-là s’y ajoute à 100 pour 100 ! Le cadre, les images sont superbes aussi. Bravo Mireille. J’attends le disque…
Bon weekend de l’Allemagne.

MPA. – Très déçu par le premier titre, ce nouvel extrait tend à faire renaître nos cœurs de fan, sachant que ce projet est dédié à sa maman perdue récemment, il faut bien admettre qu’ une telle interprétation est loin d’ être anodine, de plus chantée par une fervente croyante.

Le CD/33 tours « Mes Classiques » sortira le vendredi 9 novembre.