Mireille Mathieu in Aachen (06.Mai 2018)

Publicités

Welttournee – Versucheiner Bilanz

41868573942_b34064f49a_c

(Pour lire le texte en français, cliquez ici.)

Der deutsche Teil der Welttournee ist an sein Ende gekommen. Wolfgang, der in Essen (Deutschland) lebt, gibt uns einen Gesamteindruck, den er gewinnen konnte. (hierzu auch sein Kommentar bezüglich des Konzerts in Düsseldorf/hier klicken).
ligne
Danke Rico für Dein Resumé des Konzerts in Aachen (hier klicken).
Nach allem, was ich lese und verstehe, hast Du das Konzert, die Tournee und die Auftritte von Mireille ähnlich erlebt wie ich.
Das betrifft besonders Mireilles Stimme, ihre sehr entspannte Art im Umgang mit dem Publikum und ihre wunderbare Zusammenarbeit mit dem Chor und dem famosen Orchester.
Nach dem, was ich im Konzert in Düsseldorf erlebt und in den Kritiken, die alle positiv waren, gelesen habe, gab eszwei unterschiedliche Arten von Konzerten: in den Mehrzweckhallen begann das Konzert mit einer Filmvorführung – wie 2014 im Olympia – über Mireilles Karriere und in den (klassischen) Konzertsälen, wie der Elbphilharmonie und der
Tonhalle in Düsseldorf z. B., die für Konzerte mit « großen » Stimmen und klassische Musik bestimmt sind, ein Intro des Orchesters und « Il faut croire ».
Dann, vielleicht auch ein wenig intimer auch Lieder wie « Die Tage der Liebe », wundervoll neu orchestriert und als Zugabe « Hinter den Kulissen von Paris ».
Was Mireilles Stimme betrifft ist zu erwähnen, dass sie an ihr enorm gearbeitet haben muss, da alle Schwächen, die es in jüngerer Zeit hin und wieder gegeben hatte, verschwunden sind. Zudem unterstützen der Chor und das Orchester ihre
Stimme in fantastischer Weise, was die Wichtigkeit und den Anteil eines gut geleiteten Orchesters bestätigt.
Das Ergebnis war überwältigend. Bravo Mireille!
Dann ihre entspannte Art, die du auch beschreibt, gab dem Publikum das Gefühl eines Konzerts unter Freunden – in tiefer
Freundschaft.
Mireille erschien mir weniger angespannt als in einigen vorherigen Konzerten, was sich vielleicht auch noch einmal positiv
auf ihre Stimme auswirkte.
Sie war wirklich von einem guten Team umgeben: den fabelhaften Musikern, Lichtregie, Technik und so weiter. Alles das hat zum großen Erfolg dieser Tournee beigetragen.
Die « Schlüssellieder (Perlen) » dieser Tournee, alle super gut präsentiert, waren für mich, der ihre Schlager weniger
mag, fast alle Stücke – zu beginnen mit « Una canzone », « La Paloma ade », « _Je t’aime avec ma peau », « Une Histoired’am our » und natürlich das meisterlich vorgetragene « Hymne à l’amour »….bis zum gesamten zweiten Teil des Konzerts mit den beiden erstaunlichen Interpretationen von « Die Tage der Liebe » und  » Meine Rose », von « Amour défendu über
« Je ne regrette rien », « Maman la plus belle »nicht zu vergessen die Perle auf der Bühne « Prends le temps » das Mireille mit einem « Ich liebe Sie » beendet, und « Hinter den Kulissen » als Zugabe: das war ein musikalischer Hochgenuss!
Mireilles Bühnenpräsenz war umwerfend. Die Konzertsäle gut gewählt.
Eine unvergessliche Tournee.
Ich bin glücklich dabei gewesen zu sein.
Es bleibt der Wunsch und die Hoffnung, dass Mireille diesen Weg noch lange fortsetzen kann und mag.
Bis bald.
Amitiés. – Wolfgang.

Welttournée – En guise de conclusion

mmDUSSELDORF2018

Mireille Mathieu à Düsseldorf – Tonhalle 4 mai 2018

La Welttournee en Allemagne est arrivée à son terme. Wolfgang qui habite à Essen (Allemagne) nous donne l’impression générale qu’il en a tiré. (Voyez aussi son commentaire précédent, relatif au concert donné à Düsseldorf [cliquez ici]).

Merci pour ton résumé du concert à Aachen (cliquez ici).
D’après ce que je lis et comprends, tu as ressenti le concert, la tournée et la prestation de Mireille presque de la même façon que moi.
Cela concerne en particulier la voix de Mireille, sa manière assez « détendue » avec le publique, son merveilleux travail avec le chœur et un orchestre formidable.
D’après ce que j’ai vécu et lu dans les critiques (d’ailleurs toutes favorables), il y avait deux modèles de concerts : dans les salles multifonctionnelles, le début avec une projection sur l’écran de ses débuts de carrière – comme l’Olympia de 2014 – et dans les salles concert-concert (classique) comme l’Elbphilharmonie, la Tonhalle de Düsseldorf et autres salles destinėes aux grandes voix et soirėes d’opéra…, un début intro suivi de « Il faut croire ». Puis, peut- être, aussi le style plus classique, avec par exemple « Die Tage der Liebe » et un rappel dont a été gratifié Düsseldorf  avec Hinter Den Kulissen Von Paris.
Quant à la voix de Mireille, elle doit l’avoir énormément travaillée, car elle a sensiblement remédié aux faiblesses relevées naguère. De plus, l’orchestre et chœur portaient merveilleusement sa voix, confirmant ainsi l’important complémentarité du maestro pour la bonne réussite d’un concert.
Le résultat en était surprenant. Bravo Mireille !

Puis sa décontraction, que tu décris aussi, a laissé au publique le sentiment d’un concert entre amis – en pleine amitié.
Mireille me semblait moins nerveuse/tendue que dans certains concerts récents, ce qui a peut-être contribué aussi a l’effet positif de sa voix. Elle me semblait bien « entouré » pour les musiciens, la lumière la technique, etc. Tout cela fait le grand succès de cette tournée.

Comme chansons clés et super bien présentées, moi qui aime moins ses Schlager, je peux les citer quasi toutes. A commencer avec un Una canzone, La Paloma Ade, Je t’aime avec ma peau, Une histoire d’amour et bien sûr le magistral Hymne à l’amour… ainsi que toute la deuxième partie et les deux chansons allemandes « classiques » : Die Tage Der Liebe et Meine Rose. De l’Amour défendu à Non, je ne regrette rien et Maman la plus belle du monde, sans oublierbien sûr, Prends le temps que Mireille finit en disant au public : « Je vous aime ! » et Hinter Den Kulissen Von Paris en rappel, c’était vraiment un délice musical.
La présence de Mireille était éblouissante. Les salles bien choisies.
Une tournée mémorable.
Je suis heureux d’avoir assisté.
Et espérons que Mireille saura et pourra continuer ce chemin encore longtemps.

A bientôt. Amitiés. – Wolfgang.

MM à Aix-la-Chapelle (Aachen)

31964220_1863111533728638_7389112042990338048_n (2).jpgDimanche 6.5.2018. – A six heures précises, ou presque, les lumières se sont éteintes et le rideau rouge découvrait un orchestre surmonté d’un écran géant en guise d’ouverture du concert de Mireille dans la ville de Charlemagne. Le film sur fond musical nous présentait des images de Mireille donnant rétrospectivement le ton au concert qui, refoulant toute morosité, sera à la fois évocateur du passé, souriant, rythmé et émouvant. Et l’hommage discret à Johnny Stark trouvera son prolongement tout au long du concert, la majorité des chansons interprétées datant de la grande période Stark, plus particulièrement celle où la formule du concert n’avait pas encore entièrement pris le dessus sur celle music-hall.

Mireille s’est ensuite avancée souriante vers le public, et émue de se retrouver dans une salle qui l’avait déjà accueillie lors des tournées précédentes a entamé sa première chanson : « Il faut croire » version française de « Glauben ». J’ai beaucoup apprécié sa petite robe grise dont la coupe nous est devenue familière, tout en souplesse et parée d’éclats miroitants sous la lumière des projecteurs et de riches dentelles rappelant les tatouages des temps anciens.

31957191_10215764786857952_6717413887001493504a_n (2)Si la tournée 2018 peut-être considérée à part entière comme une réussite, c’est aussi non seulement grâce à la présence indéniable et sa voix bien posée, mais aussi grâce à la prestation dynamique et nuancée de l’orchestre placée sous la direction de Thierry Bienaymé qui a succédé en 2017 à Jean Claudric qui était jusque-là le chef d’orchestre attitré de Mireille. Thierry Bienaymé serait, aux dires de ceux qui l’ont approché, un « monsieur d’une extrême courtoisie, d’une gentillesse à toute épreuve et d’une timidité qui le rend encore plus attachant ». A noter qu’on retrouve son nom avec celui de Jean Claudric et Roger Loubet pour l’orchestration des chansons de l’album « Mireille Mathieu chante Piaf ». (Orchestre : 1 accordéon, 1 flûte, 1 batterie, 2 claviers, 2 guitares, 2 violons, 1 alto (?), 1 violoncelle, 3 choristes.)

32082581_1862330103806781_2032158819710140416_n (3)Voici la liste de chansons interprétées ce dimanche 6 mai : Il faut croire – Tous les enfants chantent avec moi – La Paloma Ade – Martin – Je t’aime avec ma peau – Tara-Ting Tarata-Tong – Une histoire d’amour – Una Canzone – Es Geht Mir Gut Chéri – L’Hymne à l’amour – An Einem onntag In Avignon [entracte] Mon Crédo – Santa Maria – Un dernier mot d’amour – Der Pariser Tango – La voix de Dieu – Hinter den Kulissen von Paris – Une vie d’amour – Medley (Over The Rainbow, Sakura, Solamente Una Vez, Molly Roy, Ochi Chernye, Lascia ch’io pianga) – Meine Rose Akropolis Adieu – Amour défendu – Non, je ne regrette rien – Maman, la plus belle du monde – Prends le temps.

Sans tenir compte du medley, 10 chansons ont été interprétées en allemand et 14 français, ce qui me paraît un rapport tout à fait correct. Wolfgang signalait dans son commentaire de Düsseldorf une très belle interprétation de « Die Tage Der Liebe ». Mireille ne l’a pas interprétée à Aachen et c’est bien dommage. Il n’y a pas eu de chansons interprétées en rappels non plus, mais le triomphe était bien assuré !

Une mention particulière pour « Amour défendu », la plus belle version que j’ai entendue jusqu’à présent ; « Un dernier mot d’amour », qui se prête mieux à la « nouvelle » voix de Mireille et quelques autres interprétations parfaites comme : les chansons d’Edith Piaf, « Una Canzone » et « Maman, la plus belle du monde » que je m’étais pourtant juré de ne pas aimé. Je pense ici particulièrement à ma voisine luxembourgeoise dont le flot de larmes (communicatives) m’a sérieusement inquiété un sacré moment.

31958003_1863111713728620_320516220841361408_naEst-ce dû aux bons conseils de Thierry Bienaymé ou Mireille aurait-elle, enfin, oublié les conseils d’un célèbre professeur de chant (clin d’œil nostalgique à mes articles de 2005), toujours est-il que la voix m’a semblé parfaite du début à la fin. Par rapports aux derniers concerts auxquels j’ai pu assister, la prestation m’a ébloui. Mireille m’a aussi semblé – pour autant qu’on veuille admettre qu’elle l’a été – moins affectée qu’autrefois. Il est ressorti une impression de concert entre amis qui portent l’artiste dans le cœur plutôt qu’une face au public où il faut prouver son excellence. Et après tout, cette décontraction bienvenue était peut-être due a fait que Mireille savait que la Welttournée 2018 était gagnée à la veille du dernier concert à Hanovre, et que « son » public venait en grande partie pour évoquer des souvenirs, écouter des airs qui sont devenus de grands classiques de son répertoire, même si la plupart d’entre-eux sont légers et font moins penser aux grandes heures de l’opéra qu’à celles de bals populaires rondement menés par le savoir-faire de l’orchestre et de l’artiste. Saluons en passant le beau travail travail des éclairagistes et des techniciens du son.

Si la salle Euro(con)gress n’affichait pas complet, le public était cependant nombreux et généreux par ses ovations répétées, ses cadeaux inattendus et de nombreux bouquets de fleurs accompagnés des drapeaux français, allemand et européen.

Merci à Jean-Luc pour les photos.