Piaf, il y a 55 ans…

Edith Piaf

Il y a 55 ans, Édith Piaf s’éteignait « sous le ciel de Paris »

Le 10 octobre 1963, la voix d’Edith Piaf s’éteignait à 47 ans, au terme d’une existence hors du commun. 50 ans après, la « Môme » reste « LA » chanteuse française de référence à l’aura inégalée.

Première Française à conquérir l’Amérique, connue dans le monde entier pour justement « La vie en rose », Piaf a captivé le public. Par sa voix, mais aussi son intensité, accrue par l’économie de moyens déployés sur scène: un simple geste pour chaque chanson, une petite robe noire et un rond de lumière.

Son grand amour a été le boxeur Marcel Cerdan, disparu tragiquement en avion en 1949, alors qu’il venait la rejoindre à New York. Pour lui, elle avait écrit quelques temps auparavant le prémonitoire « Hymne à l’amour » (« Si un jour la vie t’arrache à moi… »).

Contrairement à ce qu’elle a affirmé, Edith Giovanna Gassion n’est pas née dans une rue populaire de Paris le 19 décembre 1915 mais dans la maternité d’un hôpital tout proche. Son enfance n’a pas été non plus marquée par quatre ans de cécité comme elle l’a dit, avant d’être guérie soi-disant miraculeusement grâce à Sainte-Thérèse-de-Lisieux, vénérée pendant toute sa vie par la chanteuse.

Si sa vie personnelle et professionnelle est semée d’épreuves, de drames et de tragédies (décès de sa fille Marcelle à deux ans, de sa mère dans le caniveau après une overdose…).

Monument de la chanson et « rock star » avant l’heure, Edith Piaf meurt d’une hémorragie interne dans le sud de la France, le 10 octobre 1963, usée par les addictions, de lourdes interventions chirurgicales et une polyarthrite rhumatoïde.

Les funérailles religieuses lui sont refusées car elle était remariée. Des dizaines de milliers d’admirateurs accompagnent son cercueil jusqu’au cimetière du Père-Lachaise, au coeur de Paris, un engouement qui ne faiblira pas jusqu’à aujourd’hui pour ce génie d’interprète qui a parfois fait de l’ombre à ses autres talents: auteure méconnue, elle a pourtant écrit 80 chansons, dont « La vie en rose » et « L’hymne à l’amour ».

Pygmalion, manageuse avant l’heure, Edith Piaf a déniché et fait éclore de nombreux talents : Yves Montand, Georges Moustaki, Paul Meurisse, Les Compagnons de la chanson, Charles Dumont, Charles Aznavour…

Source : DH-AFP (extraits)

piafembo1

Pour écouter l’interview d’Emmanuel Bonini sur WebTV Culture, cliquez sur l’image.
flb

piafembo

Publicités