Anne Vanderlove – Hommage

avTriste nouvelle en ce jeudi. La chanteuse Anne Vanderlove, devenue célèbre en 1967 avec « Ballade en novembre », est décédée à l’âge de 75 ans, annonce sa famille.

La chanson française perd Anne Vanderlove. La chanteuse est décédée à l’âge de 75 ans, annonce sa famille dans un communiqué transmis à l’AFP. « Anne est morte dans la nuit de samedi à dimanche chez nous, dans le Finistère, auprès des siens » indiquent sa compagne Sandrine et son fils Charles. Née Anna Van der Leeuw le 11 décembre 1943 à Scheveningen, aux Pays-Bas, mais ayant grandi en Bretagne, l’artiste avait commencé sa carrière musicale en 1965 en se produisant au cabaret « Chez Georges » à Paris avant de connaître un vif succès en 1967 avec « Ballade en novembre », complainte folk amoureuse qui lui valut le surnom de « Joan Baez française ». Elle avait participé en 1970 à l’enregistrement de l’album mythique de Gérard Manset, « La Mort d’Orion », mais la suite de sa carrière fut en dents de scie suite à un conflit avec la maison de disques Pathé-Marconi.

« Pour moi, la chanson est aussi importante qu’un livre. C’est une parole où je prends position pour l’enfance, contre les extrémismes religieux, pour la liberté… Je suis surprise de me rendre compte que certains titres, j’aurais pu les écrire aujourd’hui » confiait-elle à l’occasion de la parution d’une compilation regroupant 23 de ses plus beaux textes.

Source : Chartinfrance

Chanson de novembre & Montréal-Mirabel

Chante avec moi, ça va

La chanson de Virginia

Publicités

Quincy Jones

DSC09788

DSC09787Lettre et photo publiées dans le programme « Palais des Congrès » (1990)

qj

Thriller, Billie Jean, Fly Me To The Moon ou encore You don’t own me : c’est lui !  Quincy Jones était en concert le 27 juin à l’AccorHotels Arena à Paris, entouré de prestigieux invités. Il était accompagné tout au long de la soirée d’artistes prestigieux et d’un orchestre symphonique ! [n.d.r. Mireille Mathieu a été aperçue dans la salle].

Quincy Jones enflamme l’AccorHotels Arena pendant plus de deux heures

En plus d’un orchestre symphonique, Quincy Jones était accompagné tout au long de la soirée d’artistes prestigieux : Véronique Sanson, Ibrahim Maalouf, Selah Sue, Richard Bona, Salif Gueye, tous ont répondu présents au compositeur de génie. Pendant plus de deux heures, les spectateurs ont eu le plaisir d’écouter les chansons les plus connues que Quincy Jones a composées ou produites et réarrangées pour l’occasion. Parmi ses oeuvres emblématiques, son premier classique et célébrissime « Soul Bossa-Nova », composé en 1952 en 20 minutes. Et bien sûr, ceux qu’il a produits pour Michael Jackson « Off The Wall », « Bad » et « Thriller », l’album le plus vendu de tous les temps.

Soixante-dix ans de carrière

En soixante-dix ans de carrière, Quincy Jones a arrangé, composé, produit et orchestré pour les plus grands artistes américains: Louis Armstrong, Sarah Vaughan, Ray Charles, Barbra Streisand, Dinah Washington, Stevie Wonder, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Frank Sinatra, Michael Jackson et tant d’autres encore.
Il s’est également illustré dans la composition de musiques de films qui ont marqué leur temps, La couleur Pourpre  (1986), de Steven Spielberg, The Wiz (1978) ou encore Le Prêteur sur Gage (1964) de Sidney Lumet, et de séries au succès international, L’Homme de fer, avec Raymond Burr.
A ce jour, il a remporté 27 Grammy Awards et détient le record de 79 nominations pour cette compétition.

Source : Nostalgie

The European Songbook (suite)

dmia« Der Mond ist aufgegangen » a été sélectionnée par l’Allemagne dans la catégorie des chansons traditionnelles pour The European Songbook dont je vous ai parlé hier. Vous pouvez écouter plus bas cet « hymne » interprété par Mireille Mathieu. Il se trouve sur le 33 tours « Die schönsten Vokslieder ».

Deux autres chansons allemandes interprétées entre autres par Mireille figurent dans la sélection autrichienne : « Stille Nacht » pour la catégorie « Faith » (chant religieux) et « Aber Heidschi bumbeitschi » dans la catégorie « Folksong » (voyez les vidéos plus bas). Vous les trouverez sur les CD « Mireille Mathieu Noël », « Und wieder wird es Weihnachtzeit », « Du lieber Weihnachtsmann » et « Wunderschöne Weihnachtzeit ».

Remarque : La France n’a pas encore communiqué le titre des chansons françaises sélectionnées.

Chansons retenues par l’Allemagne pour le European Songbook :

1: LOVE: “SAH EIN KNAB EIN RÖSLEIN STEHEN” – (Heinrich Werner / J.W. Goethe)

2: NATURE & SEASONS: “GEH AUS MEIN HERZ UND SUCHE FREUD” – (Paul Gerhardt)

3: FREEDOM & PEACE: “DIE GEDANKEN SIND FREI” – (Volkslied / Ferdinand Freiligrath)

4: FOLKSONG & TRADITIONALS: DER MOND IST AUFGEGANGEN (ABENLIED) – (J. A. Peter Schulz / Matthias Claudius)

5: FAITH: “VON GUTEN MÄCHTEN (WUNDERBAR GEBORGEN)” – (Dietrich Bonhoeffer)

6: CHILDREN: “GUTEN ABEND, GUT’ NACHT (WIEGENLIED)” – (J. Brahms / Georg Scherer)

Chansons retenues par l’Autriche pour le European Songbook :

1: LOVE – “Weus’d a Herz hast wia a Bergwerk” – (Music: R. Fendrich)

2: NATURE & SEASONS – “In die Berg bin i gern” – (Folksong)

3: FREEDOM & PEACE – “Brennan tuats guat” – (Music / Lyrics: H. von Goisern)

4: FOLKSONGS & TRADITIONALS – “Kein schöner Land in dieser Zeit” – (Music: A. W. v. Zuccalmaglio)

5: FAITH – “Stille Nacht” – (Music: Franz Gruber)

6: CHILDREN – “Aber Heidschi bumbeitschi” – (Folksong)

European Songbook

eus.pngLa Belgique a sélectionné six chansons nationales pour le premier European Songbook. 

European Songbook est une organisation danoise à but non lucratif qui souhaite publier tous les quatre ans un ouvrage contenant des chansons emblématiques de l’Union européenne choisies par les citoyens. Les chanson ont été réparties en six catégories. Tous les États membres à l’exception de Chypre ont participé à l’initiative.

La Belgique a choisi pour chaque catégorie :

1: LOVE (amour) :  “Ne me quitte pas” – (Jacques Brel / Gérard Jouannest & Lyrics: Jacques Brel)

2: NATURE & SEASONS (nature et saisons) :  « Mijn vlakke land » (« Le Plat-Pays ») – (Jacques Brel / Ernst Van Altena)

3: FREEDOM & PEACE (liberté et paix) : “Ik hou van u” – (Lars Van Bambost / Wim De Wilde / Stijn Meuris)

4: FOLKSONG & TRADITIONALS (folsksong et chanson traditionelle) : “Bruxelles” – (J. Brel)

5: FAITH (foi) : “Dominique” – (Soeur Sourire)

6: CHILDREN (enfants) :  ”Vrolijke vrienden” – (Bob Davidse)

27 pays participent à l’EU songbook. 24 pays ont dévoilé leurs choix nationaux ; la France et l’Italie et la Roumanie doivent encore le faire.

La première édition de l’EU songbook est prévue pour décembre 2019. L’organisation espère pouvoir publier un nouveau songbook tous les 4 ans. Elles aussi seront choisies par les citoyens européens.

Source : VRT Nieuws

Liste des pays et des chansons sélectionnées :  cliquez ici.



A Tours, souvenirs d’un photographe

docu1Ce week-end, le cabaret Chez Nello de Tours, complet, accueillait le photographe Hugues Vassal pour la première représentation de son spectacle « Dans l’intimité des stars. »

Comment décrire un spectacle qui va vous entraîner avec la complicité d’Anthony Fraysse, Lucille Payet et William Brocheriou dans les souvenirs de ce grand photographe, qui tout au long de sa longue carrière a côtoyé les plus grands du showbizz, qui a eu mille vies, cofondateur de l’agence Gamma, photographe officiel de la cour d’Iran, premier photographe à rentrer en Chine populaire après la révolution, qui a une photo sur l’apartheid exposée à l’ONU de New York mais qui là, pour environ plus de 2h30 va nous conter, comme un ami qui vous invite au coin du feu sa vie de photographe accompagnant les stars parfois jusqu’à la maternité comme Sylvie Vartan.

Photographe à France dimanche c’est Edith Piaf qui fut la première à lui offrir le statut de photographe des stars, il évoque cette période non sans une certaine émotion, en début et fin de spectacle un peu pour boucler la boucle.

C’est donc les mains pleines de photos qu’Hugues Vassal va ouvrir comme un album et nous faire partager toutes ses rencontres parfois brèves parfois plus longues, 5 ans avec Mireille Mathieu par exemple mais aussi des anecdotes plus tragi-comiques comme le crash de l’appareil l’emmenant en Afrique avec Daniel Guichard et le tout ponctué des chansons interprétées par Anthony Fraysse et Lucille Payet accompagné de William Brocheriou au piano, guitare, saxo véritable homme orchestre de ce spectacle.

Lorsque l’écran s’éteint et que la salle se rallume, on sent le spectateur très ému de toutes ces anecdotes et d’avoir partagé l’univers qu’a connu ce grand Monsieur qui vous donne rendez-vous pour son prochain spectacle chez Nello le dimanche 22 septembre à 14h30. Réservations au 06 66 47 13 87.

Source : Roger Pichot – InfoTours.fr (publié le 20 mai 2019)

Voyez aussi le site de Hugues Vallas (cliquez ici)

Hv

Le pire n’est pas toujours certain…

mmsmrs

mmsmrs5

mmsmrs1

mmsmrs3

L’Américain Reeve Schumacher démontre selon moi que si le pire n’est pas toujours certain en matière de représentation de notre Demoiselle, il n’est désormais pas bien loin.

Deux questions

Le fait que l’artiste soit sympa et fan de Mireille suffit-il à lui donner du génie comme l’affirment certains fans sensibles à la personnalité qu’il dégage ?

S’il s’agissait là d’œuvres signées Barthès ou Ruquier ne crierions-nous pas au scandale, à l’impertinence, à l’irrespect ?

Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de La Fontaine (1621 – 1695)

rs

Lettre adressée à Mireille en 2017.

l

Pierre Cardin prépare sa succession

pc«Je suis le plus vieux des couturiers»: à 96 ans, Pierre Cardin se sent «jeune» mais admet pour la première fois qu’il prépare sa succession et compte sur trois stylistes de ses ateliers pour continuer à dessiner des vêtements futuristes.

« Comme vous voyez, j’existe« , plaisante l’homme aux yeux bleus derrière des lunettes à monture noire, habillé en costume, cravate et baskets, évoquant des souvenirs, des projets qui ne manquent pas, et aussi la crise des « gilets jaunes« , selon lui « mal gérée« .

« Fatigué en ce moment« , le couturier ne se rend plus tous les jours dans les ateliers au-dessus de la boutique Pierre Cardin face au Palais de l’Elysée mais continue à dessiner « toujours, toujours, toujours« . « C’est ma raison d’être, ma réalité, ma drogue.« 

Il attrape un crayon et de quelques traits assurés, esquisse des manches papillons puis un danseur.

Le couturier éludait jusqu’ici les questions sur l’avenir de sa maison, en perte de vitesse en France mais toujours populaire en Asie et aux Etats-Unis. Mais trois mois après la mort de la star Karl Lagerfeld, il a accepté que soit tourné un biopic sur sa vie et avoue penser à sa succession.

« Quand je serai mort, il y aura des successeurs évidemment (…) J’ai trois petits jeunes gens très bien. Je ne veux pas qu’ils me répètent.« 

« J’ai tout réussi« 

Le couturier, dont l’univers des licences s’étend au monde entier, n’a toutefois pas dit son dernier mot.

Il prépare un défilé en mai pour ses licenciés dans le palais Bulles, sa résidence futuriste face à la baie de Cannes, et s’apprête à accueillir le 26 juillet Mireille Mathieu au Festival de Lacoste, qu’il a fondé dans le sud de la France.

Le Brooklyn Museum de New York va lui consacrer à partir de cet été une rétrospective, qui insistera sur son caractère avant-gardiste et son influence au-delà de la mode.

 » J’ai réussi tout ce que j’ai touché. J’ai été favorisé par la vie », estime celui qui est à la tête d’un empire allant de la mode à la restauration en passant par les parfums, l’hôtellerie et les voyages, présent dans 140 pays.

La clé du succès? « J’ai toujours été indépendant et libre, les autres c’est Arnault, Pinault« , dit-il en citant les propriétaires des principales maisons de luxe LVMH et Kering. « Je suis dans ma vérité, même si je me trompe. Je ne me suis pas trompé. J’ai cru en Cardin.« 

« Il faut être professionnel. J’ai appris à faire une boutonnière à la main pour pouvoir donner des ordres intelligents« , se vante cet ancien comptable, qui contrôle toujours les comptes de son empire.

« Gilets jaunes » dans les parages

Les affaires ne vont pas très bien pour sa boutique et son restaurant Maxim’s, situés dans la zone où ont régulièrement manifesté les « gilets jaunes« .

« Ils ont leurs raisons, je ne vais pas les juger, je les comprends. Mais ce serait ridicule de dire que je suis jaune, vous ne me croiriez pas. » « Il aurait mieux valu leur donner 150 euros de plus (…) regardez l’argent qu’on a perdu! » Il rejette pourtant leur revendication d’augmenter l’impôt sur la fortune: « S’il n’y a pas de riches, il y a encore plus de pauvres« .

Maryse Gaspard, l’ex-mannequin fétiche du couturier qui dirige la société Pierre Cardin, dévoile quelques nouvelles créations au style reconnaissable: pantalons bicolores, robes trapèzes au décolleté carré, vestes noires intemporelles et futuristes décorées de ronds en vinyle ou robes du soir drapées en crêpe synthétique pour les femmes « modernes » qui voyagent.

Sur son bureau trônent la maquette d’un centre culturel qu’il veut construire, de l’eau de sa source en Toscane dans une bouteille qu’il a dessinée, le magazine Time de 1974 dont il fait la une, habillé d’une serviette avec son fameux design graphique autour des hanches… Il montre des photos de lui avec Fidel Castro ou Benazir Bhutto, feuillette les pages jaunies d’Orphée de Jean Cocteau que Christian Dior lui a offertes et signées quand il avait quitté la maison.

« Le tailleur bar (vêtement emblématique de Dior), c’est moi qui l’ai fait« , déclare-t-il. Il ne suit plus ce que fait Dior – « Ce n’est plus comme avant, et heureusement« – ni d’ailleurs les autres marques, à deux exceptions: Jean Paul Gaultier, qui a fait ses débuts chez Pierre Cardin, et la jeune star montante Jacquemus, dont il a vu le défilé en juillet 2018.

Robes peintes sur les corps

« Jean Paul Gaultier avait 17 ans quand il est rentré chez moi; je l’avais lancé, j’y croyais et j’y crois toujours. C’est le seul que j’aie un peu soutenu.« 

« Je suis pudique dans ma mode, lui, il est plutôt provocant. C’est son style, c’est déjà beaucoup« , ajoute-t-il. « Le talent, c’est de la personnalité: après les dix premières lignes, on sait que c’est du Victor Hugo ou du Camus, du Mozart.« 

Y a-t-il des choses qui n’ont pas encore été faites? « Les robes peintes sur les corps, c’est pour demain. Si j’avais 20-30 ans, c’est ce que je mettrais au point. »

Il définit l’élégance en un seul mot: « la sobriété« . Pour les femmes qu’il a habillées, Jeanne Moreau (dont il a aussi partagé la vie pendant quatre ans), Charlotte Rampling ou Maïa Plissetskaïa, « j’ai essayé de ressortir en elles ce qui était intériorisé avec la simplicité« .

« J’ai 20 pantalons qui sont les mêmes, même tissu, même ligne; les vestes, c’est pareil. C’est mon style. A part les baskets« , élément sportswear qu’il a adopté parce que c’est « confortable« .

Source : RTBF