Regard sur le Streaming…

streamingLe site Sony Music France indique que « Le premier regard d’amour » est disponible en téléchargement et en streaming.

C’est quoi le streaming ?

Apparu il y a déjà quelques années sur internet, le streaming permet une lecture en continue d’un contenu audio ou vidéo sans avoir à réaliser un téléchargement préalable. Si le streaming s’est notamment popularisé en permettant aux internautes de visionner, souvent illégalement, des films ou séries sur la toile, il existe également sous une forme plus encadrée depuis l’apparition des plateformes de partage de vidéos que sont Youtube, Dailymotion et autres…

Doucement mais surement, la possibilité de visionner ou d’écouter gratuitement un contenu (en échange du visionnage d’une publicité dans la majeure partie des cas) a pris le dessus sur la logique d’achat, qu’il soit matériel ou virtuel (disque ou digital pour l’audio, Blu-ray/DVD ou VOD pour la video). Conscients de cette réalité, des services tels que Spotify, Deezer, Apple Music ou encore Tidal… sont apparus en proposant, en l’échange d’un abonnement payant, d’accéder de manière illimitée au contenu de leurs catalogues. Dès lors, le streaming payant est devenu une alternative à la consommation classique.

Qu’est-ce que ça change ?

Si aux Etats-Unis, le streaming est déjà le premier mode de consommation payant en matière de musique devant le physique et le digital, ce n’est pas encore le cas en France. Pour autant, sa fulgurante ascension laisse augurer d’une issue comparable dans l’hexagone.

Principale conséquence, cette nouveauté a relancé tout un secteur. En permettant à tous d’accéder à des millions de titres et projets en échange de la somme de 10e, le streaming a mis un frein à l’essor du téléchargement illégal. Même si elles prennent désormais différentes formes, les ventes sont de retour. 

Nouveau contexte, donc nouvelles règles… Sans nulle doute, cette manière inédite de consommer va entraîner une nouvelle manière de vendre. C’est la loi de l’offre et de la demande. Désormais, il ne s’agit plus d’inciter à acheter, mais à écouter. […] D’ores et déjà, les artistes ont adapté leurs stratégies. Leur musique doit aujourd’hui se propager au maximum, sans obligatoirement entraîner l’achat.

La comptabilisation pour les certifications

Depuis le mois de juillet 2016, le streaming est officiellement comptabilisé pour les certifications GFK (disques d’or, de platine, de diamant…) sous un modèle de comptabilité extrêmement compliqué expliqué par le SNEP.

Pour faire plus simple, environ 1 500 streams équivaudraient à une vente…

Cette prise en compte récente du streaming dans les chiffres a permis à de très nombreux artistes d’accéder à des distinctions, au point que certains militent déjà pour un retour du disque d’or à 100 000 ventes. Un rétro-pédalage qui ne serait pas totalement dénué de sens afin que ces récompenses conservent leurs caractères exceptionnelles.

Source : Booska-P (Yago, 23.09.2018)

Publicités

L’enfant de l’Irlande (Danny Boy)

204403230.jpg

Le Londonderry Air est un hymne irlandais. Cette mélodie populaire au sein de la diaspora irlandaise est également utilisée par l’Irlande du Nord comme hymne avant certaines compétitions sportives (comme aux Jeux du Commonwealth). Les paroles les plus célèbres de cette mélodie sont celles de Danny Boy.

Outre les nombreux enregistrement orchestraux, Danny Boy a été interprétée par un très grand nombre d’artistes : Judy Garland, Johnny Cash, Mario Lanza, Bing Crosby, Andy Williams, Sam Cooke, Elvis Presley, Harry Belafonte, Tom Jones, Nana Mouskouri, etc.

Mireille Mathieu a repris cette célèbre ballade, en 1991, sous le titre : L’Enfant de l’Irlande, sur un texte de Jean-Marie Moreau dans l’album Mireille Mathieu (1991 – Dessin   Jean Marais). La chanson se trouve également dans l’album 3 CD Amoureusement vôtre…

Source : Wikipedia (adaptation RicoSouvenirs)

R-8925527-1483435552-22263.jpeg

Am Ende bleibt die Liebe

aqwCapture1

« Auld Lang Syne » est une chansons écossaise plus connue des francophones sous le nom de « Ce n’est qu’un au revoir ». En français et en anglais, ce chant est souvent repris à la nouvelle année ou à la fin de réunions amicales ou de certaines cérémonies maçonniques, ainsi que par un cantique catholique (Restons toujours unis !).
Elle fait également partie des nombreux et variés volkslieder (chants populaires) ré-harmonisés par Beethoven dans son recueil « Douze chants écossais », dans une harmonisation pour soprano, ténor et basse, avec accompagnement de violon, violoncelle et piano. (*)

Mireille Mathieu nous donne sa version allemande de ce chant – ou plutôt celle des auteurs compostieurs Bruhn/Buschor – puisque « Am Ende Bleibt die Liebe », loin d’être un dernier mot d’amour, nous en assure la pérennité. Le texte allemand diffère entièrement de la version classique connue sous le titre : « Nehmt abschied, Brüder ».

Plus haut : 33 tours et CD sur lesquels vous trouverez la chanson.

(*) Source : Wikipédia

So will ich mit dir leben (1981)

dlef

« So will ich mit dir leben » est la face B du 45 tours « Die Liebe einer Frau ».
La chanson se trouve sur les CD « Lieder Traüme » (Ariola) et « Die Grosse liebe zur Musik » (Shop24Direct), ainsi que sur 33 tours allemand, « Die Liebe einer Frau », sorti en 1981.
Ce 33 tours contient les titres suivants :

frontblog1063

01 – Die Liebe einer Frau
02 – Bei mir bist du zu Haus
03 – Paris ist nicht mehr, was es war
04 – So will ich mit dir leben
05 – Worte
06 – Niemand
07 – Die Welt ist neu
08 – Nachts, wenn du alleine bist
09 – Noch immer
10 – Vielleicht bin es ich, die dich verlässt

depositphotos_24119667-stock-illustration-a-letter-in-the-mail

Wolfgang. – Une belle chanson, bien rhytmėe. Même le texte est bien écrit.
Avec « Paris ist nicht mehr, was es war » qui sert tout les clichés, mais d’une manière très sympa, et les adaptions de titres internationaux, adaptés pour Mireille, pour moi il s’agit d’un album bien conçu. C’était l’époque ou Streisand sortait son album « blanc »: « Guilty » avec Robin Gibb – pour moi, c’était l’album « blanc » de Mireille. L’époque où elle a chanté « Une femme amoureuse » – LA preuve d’une voix hors commun. Un bel album, bon souvenirs d’un temps révolu… 😉

Wolfgang. – Ein schönes Lied, sehr rythmisch. Selbst der Text ist gut geschrieben. Mit « Paris ist nicht mehr, was es war », das zwar alle gängigen Paris/Frankreich-Clichés biedient, dies aber auf eine sehr sympstische Weise tut und all den anderen deutschen Adaptionen der internationalen Hits der Zeit für mich ein gelungenes Album. Es war die Zeit, in der Barbra Steisand ihr « weißes » Album « Guitlty » mit Robin  Gibb veröffentlicht hatte. Dieses Album war seinerzeit für mich Mireilles « weißes » Album :-).
Eine Zeit in der Mireille « Une femme amoureuse » sang – DER Beweis für eine außergewöhnliche, einzigartige Stimme… Gloreiche Zeit… 😉

Seit ich Dir gehör

$_57 (1).JPG

Pour compléter l’article « Du warst meine Liebe » (cliquez ici), j’ai mis en ligne sur YouTube « Seit ich Dir gehör », une chanson qui n’y est pas encore répertoriée. D’autres bonnes chansons de Mireille ne s’y trouvent pas non plus. N’hésitez pas à me faire savoir lesquelles y sont pour vous tristement absentes.

Anthony Murphy. – Thanks for putting this together. Mireille Mathieu is the best singer in the world love from the U.K.

Andrès. –  C’est incroyable la transformation de MM, c’est une autre personnalité quand elle chante (autant elle est réservée dans la vie courante, autant elle se donne à fond dans la chanson) : c’est le Hulk de la chanson. Les Allemands peuvent lui dire merci, elle rend leur langue très belle pour les mélomanes.

Ce_soir_je_t'ai_perdu_(2)

117688866-2

En 1990, Mireille publie un nouvel album français chez Carrère. Cet album est le second après L’américain à être sorti après la mort de son mentor Johnny Stark. Cet opus, constitué de 9 titres, contient 4 nouvelles chansons, 3 anciens succès de Mireille et 2 chansons réenregistrées en 1990 (Celui que j’aime et Mon Dieu). Il est l’un des derniers albums de Mireille à être sorti en format 33 tours, cassette audio et l’un des premiers à sortir également en CD. (Antho158/Wiki)

P. R. Price. – Although I do not speak French, I greatly admire the recordings of Mireille Mathieu. She communicates over language barriers with her recordings. Of course, it helps to have an exceptional and well trained singing voice, to choose good songs, to have very good musical arrangers, and to work with top professional musicians and supporting singers. She also tends to sing a variety of different types of songs. This CD is an example of these trends. It was released in about 1990 and includes several of her 1960-70’s French hits (« Amour defendu », »Paris en Colere », and « Celui que j’aime »), a Piaf song (« Mon Dieu »), her French hit « Une femme amoureuse » (a reframing of Steisand’s « A Woman in Love ») and five other songs. One of the songs, « Parler d’autre chose » (Speak of Other Things) could be called a rock song. The title song « Ce soir je t’ai perdu » (Last Evening, I Lost You) is a haunting song of lost love, a genre at which Ms. Mathieu excells. It also was one of her French hits. Overall, a very good CD.

Source : amazon.com