Emmanuel Bonini – Portrait

45647415_330562054386548_3090378674852069376_nEmmanuel Bonini, auteur de plusieurs biographies : Joséphine Baker, Dalida, Tino Rossi, Sylvie Vartan, Jean-Jacques Goldman, Brigitte Bardot, Edith Piaf, Mireille Mathieu. Son dernier ouvrage : « La véritable Romy Schneider » est sorti en août 2018.

Né le 5 mars 1965 en Corse (Rosazia), Emmanuel Bonini est un auteur français d’origines corses et guyanaises qui cultive le goût des voyages et de rencontres qui serviront à la construction de son oeuvre. Une oeuvre constituée de biographies rédigées sur base de nombreux témoignages et dont « La véritable Joséphine Baker » (2000) reste un ouvrage de référence.
En 2011 paraît « Brigitte Bardot, par amour… et c’est tout », qui rassemble des propos recueillis par l’auteur sur base de ses rencontres et de la correspondance échangée avec la star. Emmanuel Bonini vit à Paris.

Voyez son site : https://emmanuelbonini.wordpress.com

Source : Emmanuel Bonini

vive les livres

Publicités

Piaf, la vérité – Emmanuel Bonini

 plv.png

Biographe spécialisé dans les personnalités du spectacle, Emmanuel Bonini a déjà publié chez Pygmalion, dans la collection La Véritable : Joséphine Baker, Romy Schneider, Dalida et Mireille Mathieu, et chez Flammarion Sylvie Vartan. Sa plume et son talent d’investigation ont fait de ses biographies des ouvrages salués unanimement par la presse.

Livre paru en septembre 2008 – Editions Pygmalion.

Présentation

 
Pour voir les autres vidéos WebTVCulture sur cet ouvrage,
cliquez sur l’image plus bas.
 
piaf,la vérité,emmanuel bonini,2008,livre

Wim Van Moerbeke – Pianiste

Wim Van Moerbeke.jpgWim Van Moerbeke interprète sur YouTube la nocturne n° 8 de John Field – cliquez sur la photo ou ici :  
http://www.youtube.com/watch?v=GxJjaUHOFRU.

Le piano Clementi sur lequel cette nocturne est interprétée date de l’année de composition de celle-ci, à savoir 1821. Il s’agit donc d’un instrument historique récemment restauré. 

L’utilisation de la pédale revêt une importance capitale pour l’exécution des nocturnes de Field. L’accompagnement, réservé à la main gauche et généralement dessiné en ondulations d’arpèges ou d’accords brisés, ne nuit jamais à la liberté de la ligne mélodique (cf. Guide de la musique de piano – Fayard).

Issu d’une famille musicale brugeoise, Wim Van Moerbeke a étudié la musique classique depuis son plus jeune âge, notamment à Gand, Bruxelles, Weimar et Salsbourg. Il a également enseigné dans différents conservatoires.
Wim a donné des concerts, entre autres, à l’ambassade du Vénézuela à Londres, au concertgebouw de Bruges, au Museu Oscal Niemeyer de Curitiba (Brésil) et à la Sala Darsena de Lignano (Italie). Il a participé, en 2012, au Festival Lisztomanias de Châteauroux (France). Ses activités sont actuellement concentrées sur l’interprétation de pièces célèbres sur des instruments historiques. C’est ainsi que le public a déjà pu apprécier ses interprétations de Liszt sur un Erard (piano à queue) pareil à celui qu’utilisait Franz Liszt et que Wim van Moerbeke a fait restaurer récemment.  

Voyez aussi la page : CHOPIN – NOUVELLE ETUDE N° 1 (cliquez sur le titre).
 
***

Le prochain concert de piano donné par Wim Van Moerbeke en Belgique est fixé au 29 mars 2014, à 19 heures.

Wim jouera sur un Pleyel de 1839 !

Lieu :
Ryelandtzaal (salle Ryelandt)
Achiel Van Ackerplein 2 (Place Achille Van Acker 2)
8000 Bruges
 
Programme :
 
Frédéric Chopin : Préludes opus 28, n° 1-7
Frédéric Chopin : Sonate n° 2, opus 35 (sonate organisée autour de la Marche funèbre)
John Field : Nocturnes 12 et 14
Clara Schuman : 3 romances
 
Tickets : wimvanm@gmail.com
Prévente : 15 euros – à partir du 1er mars 2014 : 20 euros

Wim Van Moerbeke 2013.jpg

Klik op de foto en luister naar de Sonate nr. 8 van John Field gespeeld door Wim Van Moerbeke
op een Clementi van 1821.
N.B. – Op de foto speelt Wim op een ERARD vleugelpiano.

 

Wim Van Moerbeke, afkomstige uit een Brugse muzikale familie, begint al op jeugdige leeftijd te musiceren en op te treden. Hij studeerde in Gent, Brussel, Weimar, Salzburg en gaf les aan verschillende conservatoria.
Wim concerteerde o.m. in de Venezolaanse ambassade in London, het concertgebouw Brugge, het Museu Oscar Niemeyer in Curitiba (Brazilië), Sala Darsena in Lignano (Italië). In 2012 trad hij op tijdens het Festival Lisztomanias in Châteauroux.
Hij concentreert zich op de uitvoering van muziek op historische instrumenten. Hierdoor laat hij het publiek opnieuw genieten van Liszt uitgevoerd op een piano waar ook Liszt zelf op speelde. Wim’s recent gerestaureerde Erard vleugelpiano is één van deze historische instrumenten.

Bron : Wim Van Moerbeke – Davidsfonds Sint-Michiels & Sint-Andries

 
Op 29 maart 2014 (19.00 u) speelt Wim Van Moerbeke op een historische Pleyel vleugelpiano van 1839.
 
Waar ?
Ryelandtzaal
Achiel Van Ackerplein 2 (in de Ezelstraat)
8000 Brugge

Programma :

Frédéric Chopin : Preludes opus 28, nrs. 1-7
Frédéric Chopin : Sonate nr. 2, opus 35 (met o.a. de marche funèbre)
John Field : Nocturnes 12 en 14
Clara Schumann : 3 romances 
 
Voorverkoop : 15 euro – vanaf 1 maart 2014 : 20 euro

Info : www.wimvanmoerbeke.be

Gréco chante Brel

C82CD6259798D9FF6EF9182C82330C9E.png

GRÉCO CHANTE BREL
[DEUTSCHE GRAMMOPHON]

Tout destinait Juliette Gréco à enregistrer un jour un disque de chansons de Jacques Brel. Mais Gréco connaissait et aimait trop la musique de Brel pour que l’enregistrer fut une simple formalité ou une évidence. Au contraire, elle en a fait à la fois une œuvre de fidélité, par amitié pour l’auteur qu’elle a connu, mais aussi une véritable interprétation…

NOUVELLE VIDÉO EXCLUSIVE

Construit presque comme un documentaire, ce film de présentation,
réalisé par Jean-Marc Lubrano, vous plonge avec franchise
et transparence, à travers les rues de Bruxelles, dans une amitié
Juliette Gréco/Jacques Brel étonnante,
encore très vivante, essence même de son nouvel album…

Source : Juliette Gréco Channel (cliquez ici)

Voyez aussi : http://www.qobuz.com/album/greco-chante-brel-juliette-greco/0060253757393?ectrans=1

Le démon blond

ricorétro,hockey,lnh,guy lafleur,démond blong,1975ricorétro,hockey,lnh,guy lafleur,démond blong,1975Hockey : l’Armée rouge contre le Canadien de Montréal.
  
L’inoubliable 31 décembre 1975. Ceux qui y étaient, ceux qui ont vu ce match en parlent encore comme du plus grand duel de l’histoire du hockey, un match d’anthologie dont on se souvient encore trente ans plus tard. Le hockey à son meilleur, tout en finesse et rapidité, sans aucune animosité comme ce fut le cas pour les autres rencontres entre les équipes de la LNH (Ligue nationale de Hockey) et les Soviétiques. Ce qui est considéré comme l’un des plus beaux matchs de l’histoire n’a pas fait de vainqueur (une nulle 3 à 3), mais continue d’alimenter les discussions dans les salons et les bars trois décennies plus tard.

 Guy Lafleur

Parmi les joueur il y avait Guy Lafleur, « Le Démon Blond ». Il est le tout premier joueur de la LNH (Ligue nationale de Hockey) à marquer plus de 50 buts en une saison durant six années consécutives.
Outre ses nombreux jeux dignes d’anthologie, il fit les manchettes ave Mireille Mathieu préférée (Mme Mathieu semblait apprécier ce sport rapide et viril) : cette dernière, assistant à un match au Forum de Montréal et ne pouvant plus se contenir, vint presque enjamber la bande afin de donner un bisou à cet athlète qu’elle admirait tout autant… Guy marqua trois buts magnifiques ce soir la, un tour du chapeau en toute révérence de gentleman.

Guy Damien Lafleur C.Q., O.C. (né le 20 septembre 1951, à Thurso, Québec (Canada) est un joueur professionnel de hockey sur glace. Surnommé le « Démon blond » est considéré comme l’un des plus populaires et meilleurs joueurs à avoir joué au hockey professionnel. En 2007, il est classé 13e meilleur joueur de l’histoire de la Ligue nationale de hockey (LNH).
Après sa carrière, différents hommages lui sont décernés. Le trophée remis par la Ligue de hockey junior majeur du Québec au meilleur joueur des séries éliminatoires porte le nom de « trophée Guy Lafleur ».
Aujourd’hui restaurateur, il est propriétaire d’un restaurant nommé « Bleu Blanc Rouge » à Rosemère depuis le 4 août 2008. Ses fils, Martin et Mark possèdent également un restaurant nommé « Mikes Signature Guy Lafleur » à Berthierville depuis 2002.

Source : Wikipédia, cliquez ici pour le Club de hockey canadien et ici pour Guy Lafleur.

ricorétro,hockey,lnh,guy lafleur,démond blong,1975

Yves. – Février 1975. Mireille est à Montréal où, pendant trois semaines, elle remplit à craquer la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts (elle partira ensuite en tournée dans tout le Canada, puis chantera en avril au Carnegie Hall de New York).
Les amateurs de hockey ont la surprise, en regardant un match des Canadiens de Monréal un samedi après-midi, d’apercevoir Mireille parmi les spectateurs.
À l’issue du match, Mireille est présentée à Guy Lafleur, puis au reste de l’équipe. Je ne vous dis pas les photos publiées dans les journaux le lendemain. Il n’y en avait que pour la rencontre Mireille Mathieu-Guy Lafleur, fervent admirateur de la demoiselle d’Avignon.
Cette rencontre a d’ailleurs donné à un producteur de Radio-Canada l’idée d’une émission de 30 minutes intitulée justement « Conversation » où nous voyions Mireille et Guy en tête-à-tête dans un restaurant (l’émission contenait notamment trois chansons du récital de Mireille : Un million d’enfants, Follement heureuse et Un jour tu reviendras).
Fait cocasse : Il y avait de toute évidence une forte sympathie entre Mireille et Guy, mais, dès que la caméra commençait à tourner, la conversation était visiblement plus ardue entre ces deux êtres timides. C’est peut-être ce qui a incité le producteur de l’émission à ajouter des extraits du spectacle de Mireille et des films d’archives où l’on voyait Guy Lafleur au jeu.

 
Elle @ Yves. – Yves, votre commentaire est apprécié mais j’ai l’impression d’avoir déjà lu ce passage quelque part. Si cela en est le cas, il serait bien sage d’en citer la source qui viendrait soit d’une biographie (de Guy Lafleur?) et/ou d’un article journalistique. 🙂
 
Yves @ Elle. – Mes commentaires sur la rencontre entre Mireille et Guy Lafleur ne sont pas tirés d’un livre. Je me souviens avoir vu Mireille à la télévision, ce samedi après-midi de février 1975, alors qu’elle assistait à un match des Canadiens, j’ai vu les très nombreuses photos dans les journaux les jours suivants, j’ai regardé l’émission « Conversation ». Et c’est Guy Lafleur, dans une émission que lui consacrait Jacques Boulanger dans les années 1980, qui a raconté à quel point Mireille et lui étaient intimidés devant les caméras, alors que le courant passait très bien entre eux deux. Mireille et Guy se sont retrouvés dans une émission que Sonia Benezra a consacrée en octobre 1995 à Mireille, qui était de passage à Montréal pour la promotion d’une compilation.
Elle @ Yves. – Merci pour ces précision, Yves. J’ai lu un livre biographique de Lafleur qui relatait la même chose et en des termes drôlement semblables aux vôtres! Faut croire que nous avons tous lu les mêmes articles et suivis les mêmes émissions! Oui. je me souviens de l’émission de Benezra…