Succès allemands

1113kaa

So wie du bist – Der Zar und das Mädchen – Wenn ich dich verlier – Mein Leben mit dir – Ich shau’in deine Augen – Zurück zur Zärtlichkeit – Zu spät für Tränen – Tu es aus Liebe – Und immer wieder Zärtlichkeit – Nur für dich – Adios sagt man – Alles nur ein Spiel – Wenn es weh tut – Au revoir heisst nicht Adieu – Liebe heisst für mich mit dir zu leben – Zuhause wartet Natasha – Wie soll ich leben ohne dich – Nur du – Und der Wind wird ewig singen – Das Echo der verlor’nen Zeit – Du musst gar nichts von Liebe sagen.

Publicités

Mireille Mathieu et la chanson allemande

ll

Les Allemands ne sont certainement pas les plus grands faiseurs de hits au monde mais le pays compte tout de même quelques gros succès internationaux à son actif, des artistes cultes et de référence qui ont marqué l’histoire de la musique de ces dernières décennies.

Beaucoup de grandes vedettes francophones des années 60 et 70 ont adapté leurs chansons en allemand. Pas pour la beauté de la langue de Goethe, évidemment, mais pour des raisons bien plus prosaïques. L’amie Mireille Mathieu n’a pas dérogé à la règle et est même devenue une grande star en Allemagne, encore régulièrement invitée dans les émissions de variétés. On vous régale ici avec un petit medley des ses chansons en version teutonne, lors d’une Schlager party en plein air à l’ambiance de feu. Ca dure plus de dix minutes mais quand on aime, on ne compte pas.

Source : La Libre – ISABELLE LEMAIRE Publié le 

Mireille, mystérieuse. Мирей Матье. Женщина-загадка

1508136195

Фильм-концерт о жизни и творческом пути легенды французской эстрады Мирей Матье. Съёмочной группе удалось снять эксклюзивное интервью со звездой, членами её большой семьи и побывать на родине артистки в Авиньоне. Рассказ из « первых уст » проиллюстрирован уникальной фото- и видеохроникой. Певица делится со зрителем историей своего успеха и очень личными воспоминаниями…

Un film russe de 50 minutes sur le parcours de Mireille Mathieu, légende de la scène française. L’équipe de tournage a pu filmer une interview exclusive avec la star. La chanteuse partage avec le public l’histoire de son succès et de ses souvenirs très personnels …

Ce soir je t’ai perdu (1990)

img700.jpg

DISCORICOptf.jpg
Reprise du 29.11.2010

CE SOIR JE T’AI PERDU
1990
ABILENE MUSIC / CARRERE
Photo : Dominique Isserman

TITRES

1. Ce soir je t »ai perdu (Jean-Maire Moreau / François Feldman)
2. Vis ta vie (Félix Gray / Didier Barbelivien)
3. Maitresse d’école (Didier Barbelivien / Didier Barbelivien)
4. Une femme amoureuse ((Eddy Marnay / R.H. et B.A. Gibb)
5. Mon Dieu ((Michel Vaucaire / Charles Dumont)
6. Parler d’autre chose ((Jean-Pierre Lang / Didier Barbelivien – Bernard Estardy)
7. Celui que j’aime (Charles Aznavour / Charles Aznavour) 
8. Amour défendu (Traditionnel  / Paroles : Eddy Marnay)
9. Paris en colère (Maurice Vidalin / Maurice Jarre

Certains se plaignent parfois du côté ringard qu’on les chansons de Mireille. La question que je me pose dès lors est de savoir si Fançois Feldman, Félix Gray, Didier Barbelivien, Charles Dumont, Charles Aznavour et Eddy Marnay sont des auteurs-compositeurs talentueux pour leur propre répertoire et ringards pour celui des autres… Ce sont en effet ces noms là que l’on trouve derrière les titres de ces neuf chansons.

Il est certain que cet album plaira à la majorité des fans, même si ceux-ci se demanderont où se trouve la logique. En effet pourquoi mettre une fois de plus, sur un album qui ne passe pas pour être compilation, des titres comme « Une femme amoureuse »« Amour défendu » et « Paris en colère ». Pour « Celui que j’aime » c’est autre chose puisque l’orchestration est tout à fait différente de la version originale. Cette nouvelle version m’a d’ailleurs emballé après deux trois écoutes. Quant à « Une femme amoureuse », j’ai beau réécouter et comparer cette version, je n’ai toujours pas compris en pourquoi il est indiqué « REMIX Dominique Blanc ». Peut-être que « REMIX » signifie ici autre chose que remixage ?

Est-ce que je me trompe en pensant que cet album voulait surtout être commercial, dans le but probable d’endiguer la baisse popularité de Mireille qui s’annonçait en France ? Le but devait nécessairement être publicitaire aussi, puisque c’est en 1990 que Mireille donnait une série de concerts au Palais des Congrès de Paris et dont vous trouverez un compte rendu en cliquant ici.

Mon impression d’ensemble est très favorable, d’autant que j’aime beaucoup les interprétations de « Vis ta vie », Maîtresse d’école », « Mon Dieu » et « Celui que j’aime ».

ligne rouge.jpg

Le professeur es-musique Philippe du site « Aujourd’hui je reviens » apporte les précisions suivantes :

1.  La photo affichée initialement n’était pas celle du CD mais du 45 tours : il manquait « PUB TELE » dans le coin droit. OK, c’est changé et confirme ce que j’avançais : le CD visait avant tout de faire la pub pour notre Mimi.
2. Il y a eu, en plus du CD, un 33 tours, un 45 tours, un maxi 45 tours, un mini CD (3 titres) et une K7.
(Notre maestro signale qu’il n’a pas la K7 dans sa collection. Je sais que pour lui c’est un véritable drame. Donc, si vous en avez une qui prend la poussière sur votre étagère, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour rendre un homme heureux… C’est la période des fêtes après tout.
3. La pochette du 33 tours a un signe distinctif en haut à droite : il y a « ALBUM PUB TELE ».

De tout cela l’important est de retenir que « Ce soir je t’ai perdu » est le seul disque de Mireille sorti dans autant de versions. De tout cela je garde aussi le souvenir que j’ai acheté un dizaine de mini CD dans l’espoir que l’un d’en trouver un qui ne reste pas collé dans la pochette. Ma poubelle s’est régalée. La FNAC m’a signalé après cette inutile quête que c’était un défaut de fabrication. Merci Mireille ! Et pas mal vu pour obtenir un disque d’or.

ce soir je t'ai perdu,1990,33 tours,45 tours,mini cd,maxi cd,k7,cassette,palais des congrès,cd,disqueAlthough I do not speak French, I greatly admire the recordings of Mireille Mathieu. She communicates over language barriers with her recordings. Of course, it helps to have an exceptional and well trained singing voice, to choose good songs, to have very good musical arrangers, and to work with top professional musicians and supporting singers. She also tends to sing a variety of different types of songs. This CD is an example of these trends. It was released in about 1990 and includes several of her 1960-70’s French hits (« Amour defendu », »Paris en Colere », and « Celui que j’aime »), a Piaf song (« Mon Dieu »), her French hit « Une femme amourouse » (a reframing of Steisand’s « A Woman in Love ») and five other songs. One of the songs, « Parler d’autre chose » (Speak of Other Things) could be called a rock song. The title song « Ce soir je t’ai perdu » (Last Evening, I Lost You) is a haunting song of lost love, a genre at which Ms. Mathieu excells. It also was one of her French hits. Overall, a very good CD. (P.R. Price – Amazon.UK)

ligne rouge.jpg

la plume légère.jpg

Ulli. – Cher Rico, 1990 war ein Jahr des Desasters für Mireille. Nach dem Tod von Johnny Stark schien kein Stein mehr auf dem anderen zu liegen. Matite, die sich bisher nur für Garderobe und Hairstyling zuständig fühlte, übernahm das Management ohne grundlegende Kenntnisse. Mireille selbst hatte bis dahin unermüdlich gesungen, gearbeitet, Fotosessions gemacht, aber keine Ahnung von der diffizilen Arbeit hinter den Kulissen, für die Johnny zuständig war.
In dieser konfusen Zeit musste der « Palais des Congres » schiefgehen. Es gab zu wenig Werbung für die Konzertserie, die neue Frisur verärgerte selbst die Fans und die LP/CD mit zu wenigen (wenn auch sehr guten) neuen Titeln war eine Fehlplanung. Wozu alte Hits auf einem neuen Album, das keine Compilation ist, wozu ein Remix des nicht verbesserungsfähigen Erfolgs « Une femme amoureuse », in dem lediglich die Bässe verstärkt wurden?
Ich habe es nicht verstanden, vor allem nicht, weshalb man den « Palais des Congres » nicht unter das Motto des 1989 erschienenen wunderbaren Chansons « Je suis nee pour chanter » stellte. Monsieur Stark fehlte überall. Niemand wusste, wohin die Reise gehen soll. Und der « Parisien » schrieb gehässig « Paris ne brûle plus pour Mireille ». Quelle catastrophe!
Für mich als der Fan, für mehrere Konzerte nach Paris gereist, war es ebenso ungewohnt und schrecklich, dass Mimi vor halbleerem Saal stand. An Repertoire und Gesang lag der mangelnde Erfolg nicht. Mireille war in sehr guter Form trotz aller Traurigkeit. Nie vergesse ich die Dramaturgie von « Les trois cloches » oder ihre wunderbaren Interpretationen von « Mon Dieu » (!) oder « La Quête » – höchste Qualität!
Aber: Das Management war zusammengebrochen und viele, die vor der Macht Johnny Stark´s gezittert hatten, begannen, sich auf sehr üble Art an der jetzt auf sich allein gestellten, schutzlosen Mireille Mathieu zu rächen. Eine sehr schlimme Zeit! Amities.

Petit essai de traduction. Merci pour votre compréhension…
Cher Rico. 1990 : une année désastreuse pour Mireille. Le décès des Johnny Stark a tout mis sens dessus dessous. Matite qui n’était jusqu’ici compétente que pour vêtement et les coiffures, s’est chargée de la relève, mais sans les connaissances nécessaires pour mener à bien sa tâche. Mireille chantait jusqu’alors de façon apparemment infatigable, grâce à la compétence professionnelle de Johnny Stark.
Dans ces temps confus, « le Palais du Congres » ne pouvait être un succès. Peu de publicité avait été faite pour cette série de concerts et la nouvelle coiffure adoptée par Mireille avait contrarié ses fans.
La sortie du 33 tours/CD qui contenait peu de nouveaux titres était mal planifiée. Cet album était cependant bon. Pourquoi avoir resservi de vieux hits sur un nouvel album qui n’est pas une compilation ? Pourquoi un REMIX de « Une femme amoureuse » qui ne nécessitait aucune amélioration à peine perceptible ? Je ne l’ai pas compris.
Je n‘ai surtout pas compris pourquoi on n’a pas placé utilisé « Je suis née pour chanter » comme slogan pour le Palais du Congres. Une chanson de 1989.
L’absence de Johnny Stark s’est fait terriblement sentir. Les gens n’y comprenaient plus rien. Le journal « Le Parisien » n’avait-il pas écrit « Paris ne brûle plus pour des Mireille » ? Quelle catastrophe !
Pour moi qui me suis rendu plusieurs fois comme fan à Paris pour assister aux concerts de Mireille, il était surprenant de constater que Mireille chantait dans une salle à moitié remplie. L’absence de succès n’était pa dû à sont répertoire et à ses qualités vocales. Mireille semblait être en très bonne forme malgré la profonde tristesse qui devait l’accabler. Je n’oublierai jamais la dramaturgie des « Trois cloches » et ses merveilleuses interprétations de « Mon Dieu » et de « La Quête » qui atteignait un sommet de qualité !
Hélas, le management était boiteux et beaucoup de ceux qui avaient tremblé devant Johnny Stark se sont soudainement moins souciés de Mireille et se sont même vengés sur elle des contraintes qui leur avaient été imposées. Que cette époque était pénible ! Amitiés.

Philippe (Don). – Je dois dire que je ne trouve pas l’album aussi satisfaisant que vous : seulement 9 titres, qui se résument à 6 si on laisse de côté les 3 succès – d’ailleurs, quelle est la logique artistique de les placer là ? Ceci dit, les 6 nouveaux titres me plaisent bien. « Ce Soir je t’Ai Perdu » est magnifique, la reprise de « Celui que j’Aime » est réussie bien que différente, « Mon Dieu » se révélera magistral sur scène, et le reste se laisse écouter. C’est l’album en tant que tel qui n’est pas satisfaisant. J’ai l’impression qu’elle avait un titre fort dans « Ce Soir… », quelques titres sur le côté, et qu’il a fallu remplir tant bien que mal l’album. De là à dire qu’on est dans le « vite fait, bien fait » … En tout cas, cet album ne témoignera pas du perfectionnisme revendiqué de l’artiste dans sa conception. »

James. – Le mini CD de « Ce soir je t’ai perdu » offre l’originalité de présenter une version normale de la chanson puis une version longue avec un long pont musical et un bon morceau de batterie (sans doute visant les discothèques) et une version purement musicale. J’ai beaucoup aimé. Je crois aussi me rappeler que la photo est de Dominique Isserman.

Une chanson pour Dalida

dalida,dix-huit ans,18 ans,pascal sevran

Il venait d’avoir 18 ans n’était pas destinée au départ à Dalida. Elle lui a été proposée en dernier recours par ses auteurs devant son refus pour les chansons qui lui étaient soumises.

Les auteurs de ce titre ont pris la musique de Comme ils disent de Charles Aznavour pour écrire les paroles. On peut s’en rendre compte en chantant les paroles de l’une sur la musique de l’autre. Ce cas n’est pas unique : Serge Lama a composé « Une Ile » sur la musique de La Quête, de Jacques Brel.

Jacques Brel… et il pleut aujourd’hui sur Bruxelles.

Monsieur Guillaume BIRO, le père adoptif de Pascal Auriat, raconte dans son hommage à Pascal Sevran dans quelles conditions la chanson « Il venait d’avoir 18 ans » a été présentée à Dalida. Témoignage du 11 mai 2008.

Un ami depuis plus de 45 ans… (extrait)
Mon Pascal, j’espère que tu as vraiment rejoint Stéphane, mais aussi, mon fils, Pascal Auriat qui s’est envolé, lui, en janvier 89 à peine agé de 40 ans, grâce auquel je t’ai connu il y a plus de 45 ans.
Je suis fier d’avoir pu donner un coup de pouce au démarrage de votre carrière de façon si inattendue : rappelle-toi, [la chanteuse] Jacqueline Danno m’avait demandé en 1972 que « mes petits protégés » lui fassent « une chanson pour une femme de 40 ans, car, m’a-t-elle précisé, personne ne voulait travailler pour elle ».
En se faisant prier un peu car il ne croyait pas à ce projet, 6 mois plus tard, Pascal [Auriat] me dit: ta chanson pour Danno est finie. C’est Pascal Sevran et Serge Lebrail qui ont écrit les paroles. Après m’avoir fait entendre leur oeuvre à la maison chantée par Auriat assis au piano, je leur ai dit enflammé: ce chef d’oeuvre n’est pas une chanson pour Danno, mais pour Dalida !
Impossible ! Dites-vous, c’est Orlando qui décide du choix de tous ses titres… Sur le champ et devant eux, j’appelle Dali qui me dit qu’elle fera une exception pour mes protégés et leur donne un rendez vous chez elle, rue d’Orchamp, à Montmartre.
48 heures plus tard en l’absence d’Orlando. T’en souviens-tu? Vous sautiez de joie tous les deux comme des enfants auxquels l’avenir apparaît soudainement sans nuage ! Votre pressentiment n’a pas été démenti et on se réjouissais à chacune de vos victoires…

Source : Hommage à Pascal Sevran (cliquez ici)

La chanson révèle un secret tragique…

Après le suicide de son compagnon Luigi Tenco, la chanteuse d’origine égyptienne a vécu une passion avec un jeune étudiant italien, Lucio, alors âgé de 18 ans. Durant leur relation, Dalida a connu une grossesse non désirée et a avorté clandestinement, la rendant stérile.
La chanteuse décide de passer sous silence cet épisode dramatique de sa vie. Jusqu’à la proposition de Pascal Sevran et l’enregistrement du titre, Il venait d’avoir 18 ans, en 1974. La chanson est devenue l’un de ses plus grands succès et est devenue la chanson numéro 1 dans 9 pays, avant de remporter le prix de l’Académie du Disque français en 1975. À propos du titre, André Manoukian, le présentateur de l’émission La vie secrète des chansons, a déclaré au Parisien: «Cette chanson a été un baume qui a transformé la cicatrice en tatouage».

Source : Le Figaro