MM – Je n’ai rien sacrifié pour ma carrière

Mireille-Mathieu-jnpdadlm.jpgDans son nouvel album, Mireille Mathieu s’attaque avec panache aux oeuvres du répertoire classique. Rencontre avec une pasionaria de la chanson.

« J’ai été bercée par les airs d’opéra que chantait mon papa, “Tosca”, “Carmen”. J’avais ce rêve enfoui de les interpréter, et quand ma maman est tombée malade, je me suis dit que c’était le moment de le faire. Je chantais ces mélodies pour elle, j’espère que cela lui a fait du bien sur la fin de sa vie. »

« Je suis française et fière de l’être, mais je ne suis pas une ambassadrice : je chante mon clocher pour faire chanter le monde. Et c’est ce qui plaît. »

« Avant d’entrer en scène, je me dis : “Est-ce que je vais être à la hauteur ?” Je fais le signe de croix, je tremble, je dis merde à mes musiciens. Et j’y vais. Chanter c’est aussi recevoir des applaudissements qui vous portent. »

« Après sa disparition, il n’y a que la musique classique qui m’a aidée. Schubert, Fauré, Haendel ou Tchaïkovski m’ont réconfortée. Je les ai travaillés pendant deux ans quotidiennement pour que ce soit un disque réussi. Maintenant je suis la chef de famille, ce n’est pas une chose facile…»

« Je n’ai pas d’amis dans le métier, je sors extrêmement peu. Le Bristol à Paris est ma seconde maison. Mais je vis à Neuilly le reste du temps. Je suis allée à Saint-Tropez en vacances, mais juste pour rester chez des proches. Et je vais aussi à Avignon dès que je le peux. »

« Je chante en sept langues différentes, c’est un travail énorme et minutieux, où il faut toujours apprendre. Comme un sportif, je m’entraîne tous les jours. »

« J’ai une vie sublime, c’est vrai. Dire que j’ai commencé dans une usine d’enveloppes… Mais je n’ai rien sacrifié pour ma carrière. C’était ma vie telle qu’elle devait être et j’en suis très fière. »

« La jeune génération est propulsée et n’apprend pas son métier.Moi, j’interprétais trois chansons en lever de rideau d’Hugues Aufray, j’ai pu me familiariser avec la scène et avec le public. Johnny Stark, mon manager, était très dur, je pleurais souvent, mais il savait ce qu’il voulait. C’était bien. »

Source : Paris Match |

Publicités

MM et la jeune génération d’artistes

photo_1543491951.pngMireille Mathieu égratigne la jeune génération d’artistes qui « n’apprend pas son métier ».

Pour la promotion de son album « Mes classiques », Mireille Mathieu revient sur sa longue et foisonnante carrière dans « Paris Match ». La chanteuse y fait notamment part de ses impressions sur la jeune génération, qu’elle estime propulsée trop vite sous le feu des projecteurs.

On ne présente plus Mireille Mathieu. En plus de 50 ans de carrière, la demoiselle d’Avignon a enregistré quelques 1.200 chansons et vendu plus de 150 millions de disques, devenant l’une des ambassadrices les plus populaires de la langue française à travers le monde. Mais l’artiste de 72 ans se refuse à endosser ce rôle. « Je suis Française et fière de l’être, mais je ne suis pas une ambassadrice : je chante mon clocher pour faire chanter le monde. Et c’est ce qui me plaît » assure-t-elle dans un portrait que lui consacre Paris Match dans son dernier numéro.

L’occasion pour elle de faire le bilan de son extraordinaire parcours : « J’ai une vie sublime, c’est vrai. Dire que j’ai commencé dans une usine d’enveloppes… Mais je n’ai rien sacrifié pour ma carrière. C’était ma vie telle qu’elle devait être ». Sa passion pour la musique classique, qu’elle revisite dans son nouvel album « Mes classiques », Mireille Mathieu la tient de son père. « J’ai été bercée par les airs d’opéra que chantait mon papa, « Tosca », « Carmen »… J’avais ce rêve enfoui de les interpréter et quand ma maman est tombée malade (ndlr : en 2016), je me suis dit que c’était le moment de le faire. Je chantais ces mélodies pour elle, j’espère que cela lui a fait du bien sur la fin de sa vie ».

« Je pleurais souvent »

Pour ce projet cher à son coeur, Mireille Mathieu s’est préparée avec rigueur. « Je chante en sept langues différentes, c’est un travail énorme et minutieux, où il faut toujours apprendre. Comme un sportif, je m’entraîne tous les jours » affirme l’interprète du titre « Le premier regard d’amour »… qui en profite pour glisser quelques piques à la jeune génération. Pour l’icône, les artistes qui émergent aujourd’hui via YouTube ou la télévision ne font pas suffisamment mis en condition pour les feux des projecteurs. « La jeune génération est propulsée et n’apprend pas son métier. Moi, j’interprétais trois chansons en lever de rideau d’Hugues Aufray. J’ai pu me familiariser avec la scène et avec le public » explique Mireille Mathieu, qui a dû travailler avec acharnement pour mériter sa place dans l’industrie : « Johnny Stark, mon manager, était très dur, je pleurais souvent, mais il savait ce qu’il voulait. C’était bien ».

Pour autant, la chanteuse ne se dit pas contre les télé-crochets puisqu’elle y a goûté elle aussi à ses débuts. « Je suis issue du « Jeu de la chance », un radio-crochet. Sauf qu’à l’époque, on était uniquement sauvé par le public qui appelait en direct. Il ne peut pas y avoir meilleur choix » confiait-elle il y a quelques jours, pas vraiment convaincue de l’utilité des coachs dans « The Voice » : « Souvent les candidats sont meilleurs que les jurés ».

Yohann RUELLE

Source : ChartInFrance

N.B. – S’il y a bien une chanteuse qui a été propulsée dans la chanson dès sa 1re télévision c’est Mireille Mathieu. Si elle avait dû attendre d’être modelée à l’image que voulait lui donner Johnny Stark elle ne serait pas montée sur scène à l’Olympia quelques semaines après le « Jeu de la Chance » mais des années plus tard.
Heureusement pour ses fans, ni Mireille ni Johnny Stark n’ont eu cette patience, la poule aux oeufs d’or devant renflouer très vite les caisses vides du manager à la suite du départ de Johnny et Sylvie.
En 1968-1969, Mireille renonçait à passer en seconde partie du spectacle au profit de la formule « récital » qui évoluerait en couleurs et paillettes pour sombrer plus tard dans le noir Cardin.
Le succès mis à part, n’oublions pas que Mireille Mathieu a commencé – du moins pour ma part – à s’épanouir dans les années 75-80… et que son déclin, ou ce qui était injustement qualifié ainsi, a commencé assez bizarrement au moment où son « écolage » était terminé (décès du Butch en 1989).
Mireille Mathieu est (certains diront n’est que) chanteuse. Beaucoup de jeunes de la nouvelles génération sont chanteurs et auteurs compositeurs – et tout ça sans l’appui d’un Johnny Stark qui écrasait les concurrents de notre demoiselle par l’influence qu’il exerçait férocement sur les médias. En 50 ans de temps le monde de la chanson a changé. C’est bien d’avoir gagné le « Jeu de la Chance », chère Mireille, mais insistons un peu plus sur le fait qu’il n’y avait que 5 candidats par compétition et que cette victoire n’était somme toute que résultat d’un ex-aequo qui a poussé une concurrente à s’incliner devant une nouvelle venue. Déjà le pouvoir de Johnny Stark se mettait en place avec la complicité de Nanou Taddéi, sa première épouse.
Si Mireille peut se vanter d’être millionnaire en matière de vente de disques c’est précisément dû à la période où elle était en pleine formation. Enfin, de façon assez contradictoire Mireille lance un pique aux jurés (professionnels) jugés souvent moins  compétents que les débutants… Dieu seul sait qui elle souhaite vexer ainsi car cette déclaration est loin d’être gratuite. Et de façon contradictoire aussi, notre demoiselle qui se vante depuis des années à l’étranger d’être l’ambassadrice de la langue française, renionce à ce titre tout en se félicitant depuis un ans et plus dans les médias d’être officiellement distinguée comme ambassadrice de la langue russe. C’est Mireille, direz-vous… une chanteuse comme on n’en fait plus.

81e11-2332323243-15Georges Henry. – Je crois que certains medias transforment les propos de Mireille avec des titres accrocheurs. Vous êtes beaucoup plus nuancé.
Ce qui m’amuse c’est que ces medias relèvent ces propos maintenant alors que cela fait très longtemps qu’elle les répète ! Contrairement à ce qu’ils affirment, Mireille ne « dénigre » pas les jeunes chanteurs actuels ; je ne l’ai d’ailleurs jamais entendu dire du mal d’un artiste, quel qu’il soit. Elle a bien retenu la leçon de Stark qui l’avait remise à sa place un jour où elle avait dit : « Je n’aime pas Trini Lopez »…
Franchement, ce que dit Mireille dans ses interviews est rarement intéressant et original : ce sont des formules apprises par coeur et ressassées. On peut remarquer que même si le journaliste lui pose une question précise et pertinente, elle la contourne toujours pour retourner sur son texte : « tout a commencé pour moi…je suis l’aînée de 14 enfants…etc… ».
Je ne crois pas que les jeunes talents « propulsés trop rapidement » ou pas l’intéressent vraiment : ces propos sont un moyen de parler d’elle et de rappeler sa propre histoire.
Je ne suis pas du tout d’accord avec vous quand vous écrivez qu’elle se serait épanouie dans les années 75/80. Les premiers albums étaient magnifiques et aucune chanson n’était médiocre. En 72, il y a l’excellent album consacré à Francis Lai, par exemple. Dans les années que vous évoquez, il y a eu des titres réussis et des albums disques d’or mais aussi des flops, comme l’album « chante Paul Anka » qui ne s’est pas beaucoup vendu…

@ George Henry. – Je parle d’épanouissement en ce qui concerne sa personnalité, non ses succès. Le grand succès elle l’a précisément connu alors qu’elle était en plein écolage… Preuve qu’un talent en formation peut tout aussi bien remporter du succès qu’un vrai professionnel, tout étant question de bon management et de talent – de chance et de santé aussi. Je me souviens qu’à la suite de son concert à Bruxelles en 2002 j’avais fait part au gestionnaire du site français que je l’avais trouvée – enfin – libérée. Comme toute impression celle-ci était subjective. Et puis comme me l’indiquait souvent jadis mon professeur, n’hésitez pas à titiller vos lecteurs de manière à susciter des réactions. Cela dit, ne croyez pas que je manque pour autant de sincérité dans mes propos que je n’hésite pas à modifier dix fois si nécessaire tant qu’il ne représentent pas exactement le message que je souhaite transmettre. Bonne journée.

Stephane Bern dit non à Cyril Hanouna

sbLe défenseur du patrimoine français ne mettra définitivement plus les pieds sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste

Comme nous vous le disions sur 7sur7, Stéphane Bern a signifié à Cyril Hanouna qu’il ne viendrait pas dans son émission à cause des propos négatifs prononcés par le chroniquer Gilles Verdez. Si l’animateur à succès espérait arranger les choses, il risque fortement de changer d’avis.

Pour le magazine Télépro, le présentateur de Secrets d’Histoire a souligné qu’il n’avait rien contre Gilles Verdez en particulier. « C’est lui donner beaucoup d’importance. Je ne demande jamais la tête des gens. Je ne suis pas prêt à aller dans Touche Pas à Mon Poste pour autant. Est-ce que vous avez envie d’aller dans une émission où le but est de vous insulter quand vous n’êtes pas là et quand vous êtes là, on vous brosse dans le sens du poil? Moi, ça ne m’intéresse pas! »

Coup de grâce pour Cyril Hanouna, Stéphane Bern a ajouté: « Je préfère aller dans les émissions où on me pose de vraies questions. C’est le cas de Quotidien, que j’aime beaucoup avec Yann Barthès, ou de C à vous avec Anne-Elisabeth Lemoine. Ce sont des émissions que je fais avec plaisir ». Ces déclarations raviront sûrement l’ex-animateur du Petit Journal, l’ennemi juré de Baba.

Source : 7 sur 7

Mireille Mathieu : Une terrible disparition !

fdDepuis deux ans, la chanteuse Mireille Mathieu était en proie à de terribles démons…

Il y a deux ans, le monde de l’interprète de « La dernière valse » s’est effondré. Le jeudi 24 mars 2016, la mère de la chanteuse, Marcelle-Sophie Mathieu, poussait son dernier soupir à l’âge de 94 ans. Le jour des obsèques de celle avec qui elle partageait « une relation très forte », Mireille n’a pas pu retenir ses larmes malgré la présence de ses treize frères et sœurs. Les deux ans qui ont suivi son départ, elle peinait toujours à les retenir.

Interrogée par le magazine « Nous deux » pour la sortie de son album « Mes classiques » dédié à sa mère, Mireille Mathieu s’est confié sur cette terrible tragédie :  « Je ne peux pas parler de maman sans pleurer, a-t-elle révélé. Je suis incapable de faire mon deuil, et je sais que je ne le ferai jamais ».

Elle ajoute : « C’est une douleur sans fin, une plaie qui en se refermera jamais. Ma relation avec maman était si forte… C’était une sainte femme, infatigable et toujours souriante, tellement fière de chacun de ses quatorze enfants. Elle était ouverte et très tolérante. »

Très pieuse tout au long de sa vie, le départ de sa mère a même réussi à faire voler en éclats ses certitudes : « Je l’ai veillée à l’hôpital pendant des jours, j’ai prié Dieu à genoux sans répit, pourtant, on me l’a enlevée. Du coup, j’ai même douté de ma foi. », confie-t-elle.

Au fond du gouffre, l’artiste a tenté de s’en échapper par ce qui l’a toujours portée, la musique. Pendant deux ans, Mireille a « travaillé sans répit, chaque jour, avec rigueur et passion pour approcher ce répertoire » d’airs d’opéras tout à fait inédit dans sa carrière. « C’était très enrichissant », confie-t-elle. «  Maman serait fière que ce disque existe ».

Peut-être par crainte de se livrer à nouveau toute entière à son deuil, la chanteuse de 72 ans n’envisage pas, à l’heure actuelle, de raccrocher son micro : « C’est une pensée bien trop triste… Si c’était à refaire, je ne changerais pas une ligne de mon histoire ».

Source : France-Dimanche

21 novembre 1965 – Une seconde naissance

dyn006_original_336_514_pjpeg_2586430_008289a45679288c83d61f562729012e.jpgEn juillet 1965, presque un an après son succès au concours d’Avignon, Mireille passe en lever de rideau dans un gala de variété dont Enrico Macias est la vedette. Elle chante « Jézabel». Johnny Stark demande ses coordonnées et puis… l’oublie !

A la mairie d’Avignon décide de payer les frais permettant à Mireille de se rendre à Paris pour tenter sa chance à « Télé-Dimanche ». Un rendez-vous est pris pour une audition, le 18 mars 1965. Arrivée dans la capitale, Mireille logera chez la fille du professeur de chant de la première lauréate d’Avignon, Michèle Torr.

Mireille arrive donc en taxi au studio 102 de la  » Maison de la Radio ». Il y a Raymond Marcillac, Nanou Taddei la première femme de Johnny Stark) et Roger Lanzac, le présentateur du « Jeu de la chance ».
Après l’audition, Mireille rentre à Avignon pour attendre la réponse.

Elle attendra ainsi huit mois avant de recevoir la convocation pour participer à « Télé-Dimanche », le 21 novembre 1965.

Cette année-là, le général De Gaulle prépare son élection présidentielle et Johnny Hallyday, qui revient du service militaire, sa rentrée à l’Olympia. Le 20 novembre, la veille donc du passage de Mireille au « Jeu de la chance « , Johnny qui préparait le « Palmarès de la chanson » de Guy Lux entend Mireille Mathieu pour la première fois et déclare : « Elle a une belle voix, mais Piaf est encore trop proche. »

La vraie date de naissance de « Mireille Mathieu grande vedette », c’est donc à Paris, sur un écran de télévision, deux ans, un mois et dix jours exactement après la mort de Piaf. Dix millions d’inconnus devant leurs postes de télévision vont croire la grande Edith Piaf ressuscitée dans cette petite gamine d’Avignon âgée de 18 ans qui chante « Jézabel ».

44458-resizeandfill-416x331-238x300.jpgMireille est effrayée par tous ces gens de la télévision qui s’agitent autour des caméras. Et puis, elle est impressionnée par Georgette Lemaire « parce qu’elle est de Paris et qu’elle n’a pas d’accent », dira Mireille. Car Georgette Lemaire est là et depuis quatre semaines elle est la première, l’idole, la vedette de ce « Jeu de la chance ». Elle chante Piaf, elle aussi !

Dès les premières notes, quand elle apparaît sous les projecteurs, Mireille fait frémir ces dix millions de téléspectateurs anonymes qui enregistrent son nom comme on s’accroche à une étoile. Elle a peine fini de chanter « Jézabel » que c’est l’explosion. Le coup de foudre pour tous ceux qui ont la nostalgie de la voix de la grande disparue qu’est Edith Piaf. En trois minutes, de toute la France, les coups de téléphones affluent. Pour les un ce seras un cas, pour d’autres, un miracle, voire même une réincarnation. Pour les sceptiques – il y en a aussi – ce n’est qu’un feu de paille. Mais personne ne reste indifférent à cette apparition, à cette voix.

Roger Lanzac, le présentateur et annonce Mireille Mathieu et Georgette Lemaire à égalité… Voyez à ce sujet l’article d’Avignon : « Jeu de la chance – Quand le cœur de la France balance » (cliquez ici).

Le lendemain, le lundi 22 novembre 1965, Mireille trouve sa photo en première page de « France -Soir » accrochée aux kiosques à journaux ; la semaine suivante, Mireille Mathieu revient d’Avignon, cette fois avec Raoul Colombe.

A « Télé-Dimanche, Georgette Lemaire, parle d’abandonner. Roger Lanzac lui conseille de chanter, puis de se désister en faveur de Mireille Mathieu avant qu’il annonce les résultats. Il en sera ainsi. Mireille passera cinq semaines de suite à « Télé-Dimanche » et il lui suffira de quelques chansons de Piaf avec sa robe noire pour mettre la France à genoux devant elle. Ce sera sa marche triomphale vers la consécration.

guy lux,johnny stark,maurice chevalier,georgette lemaire,le jeu de la chance,raoul colombe,roger lanzac,raymond marcillac,21 novembre 1965,1965Ce dimanche de novembre 1965, Johnny Stark est devant son poste de télévision comme tout le monde. Il regarde « Télé-Dimanche ». Lorsqu’il voit apparaître sur l’écran un visage avec une frange, il s’écrie : « C’est ma petite d’Avignon ! ». Il veut en faire une vedette et, sans plus réfléchir, saute dans un taxi et débarque à la la « Maison de la Radio » pour rencontrer Mireille. Avec lui, Mireille va rapidement devenir la plus grande de toutes !

Trois jours plus tard il l’accompagne chez ses parents à Avignon. Johnny Stark et Raoul Colombe se rencontrent et c’est ainsi que l’homme qui a découvert Mireille (Raoul Colombe) passera la main en la confiant à celui qui va, dorénavant, la façonner.

L’accord de Roger Mathieu, le père de Mireille, est également obtenu (Mireille est mineure). Johnny Stark se met aussitôt à l’œuvre et ne va pas hésiter à engager d’énormes sommes avant de gagner réellement de l’argent avec elle.

Comme ballon d’essai, Johnny Stark emmène Mireille pour une tournée de quatre jours avec Hugues Aufray et France Gall (du 6 au 9 décembre 1965). Le test est bon, mais Johnny Stark n‘est pas entièrement satisfait.

Maintenant tout ira très vite. Mireille passe à l’Olympia dans le spectacle du jour de l’an de Sacha Distel, avec les trois chansons d’un répertoire qu’elle n’a même pas : « Je sais comment », « Le Noël de la Rue » et « L’Hymne à l’amour. »

Elle enregistre ensuite son premier disque avant de partir pour les Etats-Unis. Johnny Stark lui apprend à respirer, à parler, à chanter, à se tenir sur scène, à table et dans la société. Il lui enseigne comme s’habiller et faire vibrer les foules. Il y aura beaucoup de larmes, de crises de rage et de désespoir des deux côtés. C’est de là qu’est partie la légende de tyran et d’exploiteur de Johnny Stark. Bref, la crise de croissance sera terrible. Maurice Chevalier adopte Mireille sans hésiter et lui prédit : « Quand vous serez dégagée du fantôme de Piaf, vous deviendrez la reine du music-hall. »

Note. – « Le Jeu de la Chance » du 21 novembre 1965 est entré dans la légende de la télévision et de la chanson française. Comme toute légende, une autre vérité a supplanté au fil des ans la vérité historique. Qu’importe les détails contradictoires s’ils ajoutent quelque éclat à une belle et triste histoire à la fois.  

ligne rouge.jpg

Sources : les biographie « Oui, je crois  » (J. Cartier) , « Mireille Mathieu » (Vick Vance), « Mireille Mathieu » (Christian Page), « La véritable Mireille Mathieu » (E. Bonini).
Adaptation : Ricochet « Avignon »

Mireille Mathieu et « The Voice »

photo_1542381419.jpgMireille Mathieu dans « The Voice » ? A l’occasion de la sortie de son album « Mes classiques », la chanteuse a expliqué pourquoi elle a toujours refusé de devenir coach dans le télé-crochet à l’étranger, avant de tacler ceux qui occupent les fauteuils rouges.

Mireille Mathieu est de retour avec « Mes classiques », son premier album inédit depuis 13 ans. Accompagnée de l’Ensemble symphonique de Prague, la chanteuse française a eu envie de chanter ses propres paroles sur des airs très connus de Brahms, Schubert, Offenbach, Mozart, Verdi ou Tchaïkovski. « J’ai été bercée par l’opéra. (…) J’ai toujours rêvé de faire un CD double vinyle de musique classique. (…) Je l’ai dédié à ma maman. Cette musique a été quelque chose de libérateur lorsque ma maman est décédée » a-t-elle confié sur RTL. Interrogée également par Le Parisien, Mireille Mathieu a bien voulu donner son avis sur la télévision française. Fan de « C à vous », elle n’a pas hésité à également encenser Cyril Hanouna avant de se dire « fâchée à vie avec Yann Barthès et Laurent Ruquier ».

« Souvent les candidats sont meilleurs que les jurés »

Au passage, Mireille Mathieu a regretté « qu’il n’y ait presque plus d’émissions de variétés » à la télévision française, tout comme le renvoi de Patrick Sébastien de France Télévisions. Celle qui chante « Le premier regard d’amour » a également répondu à une éventuelle participation à l’émission musicale phare de TF1, « The Voice ». « On me l’a déjà demandé à l’étranger, mais j’ai toujours refusé » a-t-elle déclaré, avant d’expliquer les raisons de ce rejet catégorique. « Ça me gêne de juger quelqu’un. J’en suis incapable. Et souvent les candidats sont meilleurs que les jurés » a poursuivi la chanteuse, envoyant ainsi un petit tacle aux coachs de « The Voice ». Une surprise puisque Mireille Mathieu a, elle aussi, été découverte par ce biais en 1965 : « Pourtant, je suis issue du « Jeu de la chance », un radio-crochet. Sauf qu’à l’époque, on était uniquement sauvé par le public qui appelait en direct. Il ne peut pas y avoir meilleur choix ». Le message est passé.

Source : PureBreak – Julien GONCALVES

 

La fortune de Mireille Mathieu

Mireille Mathieu – 2002

CONNAISSEZ-VOUS LA FORTUNE DE MIREILLE MATHIEU : UN PATRIMOINE TRÈS SECRET ?

Elle vient de sortir son dernier album, Mes classiques. Mireille Mathieu, l’un des visages de Marianne, est mondialement connue pour sa musique. Et pourtant, elle a su demeurer très discrète sur sa vie privée et son patrimoine…

Elle a récemment fêté ses 72 ans et elle est aujourd’hui en pleine promotion de son dernier album, intitulé « Mes classiques ». Mireille Mathieu, qui a servi de modèle pour le visage de Marianne, fait un carton dans le monde entier depuis des décennies. En 50 ans de carrière, elle a vendu pas moins de 122 millions d’albums, 55 millions de singles et enregistré près de 1 200 chansons. Le succès, elle connait.

Pourtant, il est difficile de dire combien possède Mireille Mathieu. D’après Libération, qui publiait un imposant portrait de la chanteuse en 2005, elle s’habillerait chez Christian Lacroix et vivrait à Neuilly-sur-Seine depuis plus de quarante ans. Elle y habiterait un hôtel privé, avec sa sœur Monique. Pour rappel, le prix moyen du m² à Neuilly est de 10 162 euros pour un appartement (fourchette comprise entre 7 383 euros et 14 566 euros). Pour une maison le prix moyen grimpe jusqu’à 12 061 euros du mètre, oscillant entre 7 513 euros et 25 185 euros, indique le site spécialisé Meilleurs Agents. En outre, la demoiselle d’Avignon, qui aurait sa table à l’hôtel le Bristol selon Le Parisien, serait devenue « méfiante » concernant ses finances et c’est pourquoi elle multiplierait d’ailleurs les conseils juridiques. Après le décès de Johnny Stark, son imprésario, elle aurait réalisé que certains de ses proches « faisaient la noce avec son argent », écrit Libération.

Connaissez-vous la fortune de Mireille Mathieu : des problèmes d’argent avec la justice ?

Un temps au moins, Mireille Mathieu aurait fait partie des stars fâchées avec le fisc, estime Le Parisien. En effet, selon le journal, elle aurait fait parti des mauvais payeurs poursuivis par Bercy. Elle n’aurait pas, en revanche, cherché à s’exiler comme cela a pu être le cas de Charles Aznavour, David Hallyday ou Alain Delon. Une information confirmée par Libération, qui pointe du doigt le rôle de son agent, Johnny Stark aussi appelé « Pépé Jo ». « Pépé Jo avait laissé les comptes dans un foutu bazar et Mireille a du coup eu à faire avec le fisc », soulignent les journalistes du quotidien marqué à gauche. Plus récemment, Mireille Mathieu s’est attaqué à deux poids lourds de l’audiovisuel public français, rappelle Gala. En 2014, elle a obtenu gain de cause contre France 2, suite à des déclarations mensongères survenues sur le plateau d’On n’est pas couché (ONPC), en 2012. La chaîne publique a été condamnée à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à la chanteuse. En revanche, elle n’a pas gagné contre l’émission de Yann Barthès rappelle le site Programme-TV.

Connaissez-vous la fortune de Mireille Mathieu : une enfance difficile ?

Mireille Mathieu ne cuisinerait pas, poursuit le quotidien marqué à gauche. Elle ne ferait pas non plus ses courses : c’est sa sœur Monique qui a repris ce flambeau après la mort de leur tante Irène. D’après RFI c’est elle aussi qui gère toute l’équipe qui gravite autour de la chanteuse : « assistant(e)s, prévenants et dévoués », précise la radio. Sans compter les passions exotiques qu’elle entretient, rappelle Le Parisien. L’artiste, grande fan de formule 1, a rencontré Michael Schumacher, par exemple. Elle collectionne aussi les tortues. La demoiselle d’Avignon n’a pourtant pas toujours baigné dans le luxe. Elle a largement profité de l’ascenseur social puisqu’elle est issue d’un milieu modeste, de marbrier funéraire. Son père, Roger, était tailleur de pierre à Avignon et a eu 14 enfants avec sa femme Marcelle. Enfant, elle épaulera sa mère dans la plupart des tâches ménagères. Elle apprend également très jeunes à s’occuper de ses frères et sœurs indique Gala. Puis, adolescente, elle pointe à l’usine pour rapporter un peu d’argent à sa famille. Libération la décrit même comme une « petite ouvrière dans une usine de cartonnage » qui monte « à la capitale en chemin de fer chaperonnée par un colonel à la retraite ».

Source : Planet.fr