Pierre-André Dousset

padPierre-André Dousset est né en 1938, à Nogaro dans le Gers. Il est auteur-compositeur- interprète. Passionné par l’écriture, il a proposé de nombreux titres à Mireille Mathieu, Claude François, Michelle Torr, et bien d’autres artistes.

Pierre-André Dousset est un auteur compositeur basque qui a composé plus de 800 chansons pour des dizaines d’interprètes comme Michel Etcheverry, Annie Cordy, Nicole Rieu, Enrico Macias, Nicole Croisille, Mireille Mathieu, Rika Zaraï ou David Olaizola…

Son talent est immense, sa modestie inversement proportionnelle, Il est resté dans l’ombre des artistes qu’il a servis et s’est inspiré de sa vie et des plus grands compositeurs classiques ou populaires pour écrire des chansons qui ont le don de s’installer en nous pour ne jamais nous quitter.

Bien entendu, aujourd’hui, son répertoire peut sembler un peu désuet, il n’en est rien.

Prenez le temps d’écouter à peine une dizaine d’oeuvres qu’il a composées, et vous verrez que sa plume est digne des plus grands, que ses chansons sont dignes des crooners les plus connus des années 60 à 70, et que leur orchestration n’a rien à envier à nombre de standards comme ceux de Jean Ferrat, Yves Montand, Gilbert Bécaud, Jacques Brel ou Charles Aznavour.

Bravo Monsieur Dousset pour avoir consacré votre vie et votre talent à d’autres interprètes que vous, en signant beaucoup des plus belles chansons du répertoire français ; votre savoir-faire de parolier et votre humilité d’homme sont des modèles d’inspiration qui font honneur à ce que vous êtes et au Pays où vous êtes né, notre Pays…

© Franck Sallaberry pour l’Institut Pays Basque Excellence.

Compositions pour Mireille Mathieu

mm cpA force de rêver – Au bal du grand amour – Ce soir ils vont s’aimer – Et c’était bien – Et quand tu seras là – Je t’aime, tu m’aimes, on s’aime – Il est tard – Il pleut toujours quand on est triste – Je ne sais pas ne sais plus – L’amour en couleur – Les châteaux de sable – Mille fois bravo – Mon impossible amour – On a tous rendez-vous un jour – On peut encore mourir d’amour – Pour deux cœurs qui s’aiment – Priez pour moi – Quand le lion est blessé – Quand un ami revient – Tous les amoureux – Tu ne m’aimes pas – Une rose au cœur de l’hiver – Vivre pour toi .

Source : RicoSouvenirs

Publicités

Mireille et le Grand Antonio

le grand antonio imageMonstre sacré de l’inconscient collectif québécois, le Grand Antonio n’était plus que le fantôme de lui-même avant sa mort, en 2003. On le voyait dans le métro, dans les parcs, où il vendait des photos de sa gloire passée. «L’homme le plus fort du monde» a pourtant brillé de tous ses feux. Ses démonstrations de puissance lui ont valu une renommée internationale. Signée Sylvain Laquerre, cette première biographie fort honnête aux accents intimistes (l’auteur, photographe de profession, fréquenta le colosse pendant plus de 20 ans) relate en détail l’ascension, la chute et la solitude de cette comète de muscles et d’extravagance. Éd. Amérik Média, 2006, 112 p. (Source : Voir ça

Entre légende et réalité, le Grand Antonio forgea lui-même son mythe. Aux journalistes dont il cherchait l’attention, à la fin de sa vie, il faisait des déclarations contradictoires sur ses origines comme sur son nom. Du livre des records Guinness au Tonight Show en passant par les autobus qu’il tirait, il atteignit une véritable renommée internationale avant de connaître la déchéance.

Dans ses vêtements en lambeaux, il vendait aux passants des collages représentant l’étendue de sa puissance passée. Sa force épuisée, il ne lui restait rien, sinon une légende à propager : celle du Grand Antonio, l’homme le plus fort de tous les temps.

Photographe de profession, Sylvain Laquerre fait la connaissance du Grand Antonio en 1981. Il prend régulièrement des photos du colosse et restera son ami jusqu’à sa mort, survenue en 2003.

Sources : Books.Google.be

lga

Le grand Antonio1

« Le légendaire Johnny Stark, en personne, gérant de Mireille Mathieu, se
présente  et nous invite de le suivre à l’intérieur. »

Le grand Antonio2

« Il remercie Mireille Mathieu, la « meilleure chanteuse au monde, se penche
vers elle 
et lui donne un baiser sur la joue. »

Le grand Antonio3

Emmanuel Bonini – Portrait

45647415_330562054386548_3090378674852069376_nEmmanuel Bonini, auteur de plusieurs biographies : Joséphine Baker, Dalida, Tino Rossi, Sylvie Vartan, Jean-Jacques Goldman, Brigitte Bardot, Edith Piaf, Mireille Mathieu. Son dernier ouvrage : « La véritable Romy Schneider » est sorti en août 2018.

Né le 5 mars 1965 en Corse (Rosazia), Emmanuel Bonini est un auteur français d’origines corses et guyanaises qui cultive le goût des voyages et de rencontres qui serviront à la construction de son oeuvre. Une oeuvre constituée de biographies rédigées sur base de nombreux témoignages et dont « La véritable Joséphine Baker » (2000) reste un ouvrage de référence.
En 2011 paraît « Brigitte Bardot, par amour… et c’est tout », qui rassemble des propos recueillis par l’auteur sur base de ses rencontres et de la correspondance échangée avec la star. Emmanuel Bonini vit à Paris.

Voyez son site : https://emmanuelbonini.wordpress.com

Source : Emmanuel Bonini

vive les livres

Interview – « Romy Schneider, une femme au Cinéma »

717-VRqSaQLInterview d’Emmanuel Bonini réalisée dans le cadre de l’exposition « Romy Schneider, une femme au Cinéma », le 23 septembre 2018, à La Queue Les Yvelines, près de Boissy sans Avoir.
Imaginez un tournage de campagne avec une vieille caméra d’époque et un ventilateur qui tourne au-dessus de vos têtes…
A la fin de l’interview, juste avant la « chanson d’Hélène », on entend le bruit de la machine à écrire sur laquelle Romy tape au tout début des Choses de la vie, on l’entend même croquer une pomme... Bon visionnage!

Romy Schneider

rst2aRomy Schneider, née à Vienne, le 23 septembre 1938, aurait eu 80 ans ce dimanche. 

717-VRqSaQLLa comédienne française d’origine allemande au visage lumineux et au talent acclamé, devenue célèbre à 17 ans avec « Sissi », a marqué le cinéma par une carrière jalonnée de plus de 60 films avec des metteurs en scène tels que Claude Sautet, Luchino Visconti ou Andrzej Zulawski. Parmi eux, « La Piscine », « Le Vieux Fusil », « César et Rosalie » ou encore « L’Important c’est d’aimer » et « Une histoire simple » – qui lui vaudront tous deux un César, récompenses décernées par le monde du cinéma français.

Mais le destin tragique de cette femme passionnée, née Rosemarie Magdalena Albach, sa mort à 43 ans à Paris dans la nuit du 29 mai 1982 des suites d’abus de somnifères et d’alcool, dix mois après la mort accidentelle de son fils David, à l’âge de 14 ans, restent aussi dans les mémoires. (AFP)

Voyez aussi le site de Emmanuel Bonini (cliquez ici

Romy Schneider

1968scan2002102303

Romy Schneider, née Rosemarie Magdalena Albach le  à Vienne et morte le  à Paris, est une actrice allemande naturalisée française.

Au début des années 1950, vers l’âge de quinze ans, elle commence sa carrière d’actrice dans le genre Heimatfilmallemand. De 1955 à 1957, elle interprète l’impératrice Élisabeth d’Autriche, surnommée « Sissi », dans trois films — Sissi (1955), Sissi impératrice (1956) et Sissi face à son destin (1957) — qui lui valent succès et reconnaissance internationale.

En 1958, elle rencontre l’acteur Alain Delon avec lequel elle se fiance en 1959 ; elle s’installe alors en France où elle joue dans des films à succès, acclamée par la critique et dirigée par des réalisateurs parmi les plus remarquables de l’époque. Sa relation avec Alain Delon prend fin en 1963, tandis qu’elle entame une carrière aux États-Unis ; par la suite, elle se marie deux fois. Le fils de son premier mariage meurt dans un accident en 1981 à l’âge de quatorze ans. En mai 1982, âgée de 43 ans, Romy Schneider est retrouvée morte dans son appartement parisien rue Barbet-de-Jouy.

Romy Schneider obtient par deux fois le César de la meilleure actrice pour ses rôles dans L’important c’est d’aimer (1975) et Une histoire simple (1978).

Source : Wikipédia

3187144096

**************

La fille de Romy Schneider « scandalisée » par un film sur sa mère

Article « 7 sur 7.be » du 23 juillet 2018

La fille de l’actrice Romy Schneider, Sarah Biasini, s’est déclarée « scandalisée » par un film consacré à sa mère, « Trois jours à Quiberon », qui selon elle contient des « sous-entendus totalement mensongers ».

(Photo : Romy Schneider en 1975 © afp.) 

« J’ai été très choquée surtout parce que je pense que les gens qui vont aller voir ce film ne verront pas un film sur ma mère. Ils ne verront pas un film sur Romy Schneider. C’est totalement faux. Le film contient de multiples insinuations et sous-entendus qui sont totalement mensongers », a affirmé Sarah Biasini.

Une Romy malheureuse
« Trois jours à Quiberon », en compétition au dernier Festival de Berlin et déjà sorti en avril en Allemagne, raconte un épisode qui s’est déroulé à la fin de la vie de Romy Schneider: une interview accordée en 1981 par l’actrice à un journaliste du magazine allemand Stern, accompagné d’un photographe, alors qu’elle était en cure à Quiberon.

Cette fiction inspirée de faits réels dépeint une Romy Schneider malheureuse et excessive, à un moment difficile de sa vie, alors qu’elle vient de se séparer de son mari Daniel Biasini, père de sa fille.

« C’était juste une thalasso pas une cure de désintox »
L’actrice de « Sissi » et « Les Choses de la vie », décédée en 1982, y est aussi montrée comme souffrant d’une dépendance aux médicaments et à l’alcool, dont elle essaie de se défaire lors de ce séjour à Quiberon, une vision de sa mère que Sarah Biasini conteste. « Elle allait tous les ans à Quiberon, mais pour faire une thalassothérapie, pour perdre des kilos superflus, comme beaucoup d’actrices. C’était une habitude. C’était juste une thalasso, ce n’était pas un centre de désintoxication », soutient Sarah Biasini, qui se dit « scandalisée » d’avoir vu dans le film « des références à l’alcool constantes, dès la première scène ».

« On veut la dégrader »
« C’est la chose la plus grave selon moi, c’est qu’on la fait passer pour une alcoolique. Alors que si vous reprenez tous les réalisateurs ou tous les acteurs avec qui elle a travaillé, personne n’a jamais dit qu’elle avait un problème avec la boisson », dit-elle. « C’est complètement mal intentionné. On veut la dégrader », estime Sarah Biasini, née en 1977 et elle-même actrice.

« Je réclame surtout que des gens arrêtent de se faire de l’argent en colportant des mensonges ». Dans le dossier de presse, la réalisatrice, la Franco-iranienne Emily Atef, indique notamment avoir « gardé certains passages de l’interview » à Stern pour son film, mais en avoir « aussi écrit d’autres ». « J’avais besoin de cette liberté-là par rapport aux événements réels pour atteindre la vérité du personnage », dit-elle.

Source : 7 sur 7.be

Mireille ambassadrice, coup double ?

xhVS_yDPsN0Bizarre, vous avez dit bizarre… Mireille aurait été sacrée deux fois ambassadrice de la langue russe : la première fois en 2016, la seconde en 2018. En effet, « Le Figaro.fr » publiait le 23 mars 2018 l’information suivante :

Mireille Mathieu sacrée ambassadrice de la langue russe après un concert au Kremlin

La chanteuse française a été remerciée pour sa contribution à la diffusion de la langue de Dostoïevski et Tolstoï à travers le monde. Cette médaille lui a été remise par l’Institut Pouchkine au lendemain d’un concert que l’interprète d’Une Femme amoureuse donnait à Moscou devant plus de 6000 spectateurs [n.d.r. concert du 14 mars 2018 – Théâtre du Kremlin].
L’amour des Russes pour la France ne se résume pas à l’affection qu’ils portent à Gérard Depardieu. Le comédien a été naturalisé en 2013 avec la bénédiction de Vladimir Poutine et a voté dimanche à la présidentielle russe, au bureau de vote de l’ambassade à Paris. Mais la semaine dernière, c’est une autre gloire française qui a eu les honneurs des Moscovites. Mireille Mathieu a reçu le titre d’ambassadrice de la langue russe, remis par l’Institut Pouchkine. La décoration lui a été remise pour la remercier de sa contribution dans la diffusion de la langue et de la culture russe à travers le monde.
«C’est un immense honneur et une grande fierté d’être une des représentantes de la langue russe dans le monde, s’est-elle enthousiasmée auprès de l’AFP. J’ai reçu ce titre d’ambassadrice jeudi dernier à Moscou lors d’une cérémonie organisée par l’Institut Pouchkine devant trois cents élèves étrangers de tous les pays du monde qui apprennent le russe là-bas. Je suis la première artiste à recevoir ce titre d’ambassadeur.» (Le Figaro

Or, le 16 mars 2017, un article affiché sur ce blog indiquait : 

Mireille Mathieu ambassadrice russe dans le monde

849604.900x900p.jpg

TF1 nous l’a rappelé ce mercredi…
Mireille Mathieu est devenue ambassadrice de la langue russe dans le monde. Elle s’est vu remettre un diplôme d’honneur le dimanche 4 décembre 2016 lors d’une cérémonie solennelle à Paris.
« Il n’existe pas en Russie de famille qui ne connaîtrait pas votre œuvre », a déclaré la professeure Margarita Roussetskaïa, directrice de l’Institut de langue russe Pouchkine. Elle a également exprimé sa reconnaissance à la chanteuse pour avoir fait découvrir aux Français de nombreuses chansons russes ainsi que de nouvelles pages de la culture russe.
Igor Chpynov, directeur du Centre russe de science et de culture à Paris, a rappelé pour sa part que de nombreux Russes « avaient commencé à étudier le français après avoir entendu chanter Mireille Mathieu ».
La chanteuse française a déclaré qu’elle était très fière de cette récompense et que le russe l’avait depuis longtemps séduite par sa beauté. Selon elle, c’est la langue de l’amour, de l’art et de la poésie. Mireille Mathieu a ajouté qu’écouter des chansons russes était pour elle « un vrai plaisir ». Elle a chanté en russe pour les participants à la soirée Mon Moscou, l’hymne de la capitale russe.

Source : Russia Behond The Headlines