Mireille Mathieu chez Pierre Cardin

mmpcVidéo :  images du concert de Mireille Mathieu aux carrières de Lacoste chez Pierre Cardin

Mireille Mathieu sortira le 4 octobre un nouvel album
regroupant les grandes chansons du 7e art

La demoiselle d’Avignon se fait rare en Provence. Mais pour son ami Pierre Cardin, Mireille Mathieu est venu se produire en concert au festival de Lacoste dans le Vaucluse. Sa seule date en France. Retour en images sur un événement où les sourires étaient de mise tout au long de la soirée. Images : Ange Esposito.

Source : La Provence

Publicités

Mimi-Day 2019 – Mireille authentique

jam.jpg

Affiche MMD2019

mimi-day 2019Nous fêtons ce 22 juillet l’anniversaire de Mireille Mathieu. Comme les années précédentes, je vous propose d’écouter à l’occasion du Mimi-Day une série de succès qu’il serait dommage de voir tomber dans l’oubli.

Il s’agit essentiellement de succès d’hier que j’ai pris grand plaisir à sélectionner et à écouter après avoir arrêté un choix définitif.

Je ne doute pas que ce plaisir sera partagé par tous les admirateurs de Mireille qui n’a, pour ma part, jamais été aussi authentique qu’à travers ces chansons marquées par une pointe d’heureuse nostalgie.

J’aime tout de Mireille quand elle chante. Merci de nous proposer certaines chansons que l’on avait oubliées parce qu’elles n’ont pas (encore ) été éditées en CD.
.
Bravo surtout que le choix a du être dur. Réentendre toutes chansons qui rappellent de bons souvenirs de notre vedette cela fait chaud au coeur.
.
Waooo un joli bon en arrière !! j’avais complètement oublié cette chanson. Merci de la faire revivre. Bon week end Rico Berny
.
Merci pour ce florilège de chansons de Mireille. Mes préférences vont à « je ne sais pas ne sais plus » et à « au bal du grand amour ».
.
Merci Rico! Pour les belles chansons super!
.
.
Jean Marolla
La plus belle voix du monde avec véronique Sanson? Marie Laforêt, Nana Mouscouri, Esther Gallil.

Anne Vanderlove – Hommage

avTriste nouvelle en ce jeudi. La chanteuse Anne Vanderlove, devenue célèbre en 1967 avec « Ballade en novembre », est décédée à l’âge de 75 ans, annonce sa famille.

La chanson française perd Anne Vanderlove. La chanteuse est décédée à l’âge de 75 ans, annonce sa famille dans un communiqué transmis à l’AFP. « Anne est morte dans la nuit de samedi à dimanche chez nous, dans le Finistère, auprès des siens » indiquent sa compagne Sandrine et son fils Charles. Née Anna Van der Leeuw le 11 décembre 1943 à Scheveningen, aux Pays-Bas, mais ayant grandi en Bretagne, l’artiste avait commencé sa carrière musicale en 1965 en se produisant au cabaret « Chez Georges » à Paris avant de connaître un vif succès en 1967 avec « Ballade en novembre », complainte folk amoureuse qui lui valut le surnom de « Joan Baez française ». Elle avait participé en 1970 à l’enregistrement de l’album mythique de Gérard Manset, « La Mort d’Orion », mais la suite de sa carrière fut en dents de scie suite à un conflit avec la maison de disques Pathé-Marconi.

« Pour moi, la chanson est aussi importante qu’un livre. C’est une parole où je prends position pour l’enfance, contre les extrémismes religieux, pour la liberté… Je suis surprise de me rendre compte que certains titres, j’aurais pu les écrire aujourd’hui » confiait-elle à l’occasion de la parution d’une compilation regroupant 23 de ses plus beaux textes.

Source : Chartinfrance

Chanson de novembre & Montréal-Mirabel

Chante avec moi, ça va

La chanson de Virginia

1969 – Eddy Merckx et les autres

8b03f9dc-9bda-11e9-abcc-02b7b76bf47fvrt1Il y aura exactement 50 ans, le 20 juillet 2019, Eddy Merckx remportait son premier Tour de France. Trente ans plus tôt, un autre Belge, Sylvère Maes, avait réalisé le même exploit. Une autre réalisation impressionnante : le 21 juillet 1969 [20 juillet à Houston], l’astronaute américain Neil Armstrong devient le premier homme a avoir posé le pied sur la lune avec Apollo 11.

Mais 1969 fut aussi une année merveilleuse sur le plan sportif et musical. C’était l’année de Woodstock… trois jours de paix et de musique, du Bed-in de John Lennon et Yoko Ono à l’hôtel Hilton d’Amsterdam, du premier vol du Concorde et de la toute dernière apparition publique des Beatles sur le toit de l’Appel Records Studio. Enfin, la TVA fut introduite en Belgique en 1969 et le roi Baudouin inaugura solennellement le tunnel Kennedy à Anvers.

Source : VRT – RicoSouvenirs

1969 et Mireille Mathieu

mlleatPremier disque en allemand. Tournées en Allemagne et nombreux shows télévisés.
janvier : couverture de Mlle Age Tendre.
7 mars : Mireille Mathieu chante à Amsterdam, à l’occasion du Grand Gala du Disque Populaire (RAI-Congrescentrum). Soirée retransmise à la tv sur Nederland 1.
8 au 11 mars  : concert à l’Ancienne Belgique de Bruxelles.
14 mars : Mireille participe au « Galaabend der Schallplatten » (télévision allemande) ; elle y interpète : « Paris en Colère », « Sometimes », « Quand tu t’en iras » et « Hinter den Kusissen von Paris.
1 et 2 avril :
 quatre concerts a Varsovie, Pologne – Salle des Congrès
Harry Saltzman, le producteur de « James Bond » engage Mireille à la tour Eiffel pour le super-gala de « La Bataille d’Angleterre ».
10 novembre : « Royal Performance ». Mireille rencontre la reine Elisabeth d’Angleterre pour la seconde fois.
12 novembre : concert au cinéma Roma, à Anvers (Antwerpen).

Du 17 décembre 1969 au 4 janvier 1970 : 4e Olympia.

mm et em

dyn004_original_600_450_pjpeg_45779_5c3d8604f3e1bd83a1c2c1868ca445e5.pngEddy Merckx et Rudi Altig

Traduction du commentaire vidéo

Mireille Mathieu a donné mercredi dernier un récital au Ciné Roma de Borgerhout [Belgique]. Elle y a été exceptionnelle, c’est pourquoi nous avons tenu à vous rendre compte de l’atmosphère qui régnait ce soir-là dans les coulisses et la salle comble du Ciné Roma. […] Avant que le rideau se lève, Mireille Mathieu reçoit les dernières directives de son manager, Johnny Stark. […] Parmi les 28 chansons interprétées par Mireille, 6 étaient toutes nouvelles. Le public anversois en a eu la primeur. […] Et conformément aux ont-dit, Johnny Stark est bel et bien cet homme maître de toutes les situations qui dirige Mireille Mathieu dans les moindres détails. […] Voir et entendre Mireille Mathieu offre de grands moments de bonheur. Les valeurs quotidiennes qu’elle transmet à son public et la véritable poésie de l’amour qui se dégage de chacune de ses chansons vont droit au cœur. […] Sa prestation tout en finesse durant les deux heures de ce récital a enthousiasmé les milliers de spectateurs qui l’ont fortement applaudie après chaque chanson. Mireille Mathieu nous a convaincus qu’elle était véritablement l’ambassadrice de la chanson française. […] Sans doute serez-vous intéressés d’apprendre que la prochaine fois que vous la verrez dans cette salle, ce sera sur le grand écran en compagnie de John Wayne avec qui elle tournera un grand film américain dès la fin de cette tournée. (Traduction : blog Avignon-RicoSouvenirs)

Quincy Jones

DSC09788

DSC09787Lettre et photo publiées dans le programme « Palais des Congrès » (1990)

qj

Thriller, Billie Jean, Fly Me To The Moon ou encore You don’t own me : c’est lui !  Quincy Jones était en concert le 27 juin à l’AccorHotels Arena à Paris, entouré de prestigieux invités. Il était accompagné tout au long de la soirée d’artistes prestigieux et d’un orchestre symphonique ! [n.d.r. Mireille Mathieu a été aperçue dans la salle].

Quincy Jones enflamme l’AccorHotels Arena pendant plus de deux heures

En plus d’un orchestre symphonique, Quincy Jones était accompagné tout au long de la soirée d’artistes prestigieux : Véronique Sanson, Ibrahim Maalouf, Selah Sue, Richard Bona, Salif Gueye, tous ont répondu présents au compositeur de génie. Pendant plus de deux heures, les spectateurs ont eu le plaisir d’écouter les chansons les plus connues que Quincy Jones a composées ou produites et réarrangées pour l’occasion. Parmi ses oeuvres emblématiques, son premier classique et célébrissime « Soul Bossa-Nova », composé en 1952 en 20 minutes. Et bien sûr, ceux qu’il a produits pour Michael Jackson « Off The Wall », « Bad » et « Thriller », l’album le plus vendu de tous les temps.

Soixante-dix ans de carrière

En soixante-dix ans de carrière, Quincy Jones a arrangé, composé, produit et orchestré pour les plus grands artistes américains: Louis Armstrong, Sarah Vaughan, Ray Charles, Barbra Streisand, Dinah Washington, Stevie Wonder, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Frank Sinatra, Michael Jackson et tant d’autres encore.
Il s’est également illustré dans la composition de musiques de films qui ont marqué leur temps, La couleur Pourpre  (1986), de Steven Spielberg, The Wiz (1978) ou encore Le Prêteur sur Gage (1964) de Sidney Lumet, et de séries au succès international, L’Homme de fer, avec Raymond Burr.
A ce jour, il a remporté 27 Grammy Awards et détient le record de 79 nominations pour cette compétition.

Source : Nostalgie

Adieu Dick Rivers

drLe cheveu à jamais noir de jais, la voix tannée par le tabac, le vibrato en embuscade, Dick Rivers, décédé mercredi le jour de son 74e anniversaire, s’était composé de toutes pièces un personnage de rocker-crooner à la française d’une longévité record.

Dans la trinité de ceux qui ont introduit le rock en France au début des années 1960, c’était le provincial, le petit dernier après Eddy Mitchell et Johnny Hallyday. Malgré ses 35 albums, il a vendu moins de disques qu’eux mais il incarnait une certaine authenticité musicale.

Né le 24 avril 1945 à Nice, fils unique d’un boucher, Hervé Forneri fonde Les Chats Sauvages à quinze ans et devient Dick Rivers en s’inspirant de Deke Rivers, personnage joué par Elvis Presley dans le film de Hal Kanter « Loving You » (1957). Il adopte banane gominée et bottes de cow-boy.

« Cela fait cinquante ans que je chante, que je vis ma vie, la vie que j’invente (…), les années 1960 c’est hier, je respire encore leur poussière », chantera en 2011 l’ex-blouson noir qui a pris avec l’âge des allures de vieil Indien, en gardant les bottes.

Le rêve américain fait tourner la tête du jeune Hervé, enfant sage au visage pointu. Il écoute Elvis chanter, c’est le choc: « j’ai trouvé Dieu! ». Il décide de chanter.

Avec Les Chats Sauvages, il publie en avril 1961 son premier 45 tours, « Ma p’tite amie est vache », monte à Paris : « je suis passé brutalement de la Mobylette à la Cadillac », dit-il. Deux ans plus tard, après « Twist à Saint-Tropez » et autres succès adaptés de tubes anglo-saxons, il se lance en solo.

Il se cantonne au rôle d’interprète, reste fidèle à ses choix malgré les traversées du désert: « je n’ai jamais enregistré de soupe pour être à la mode ». Il rencontre Elvis à Las Vegas en 1969 – une photo l’atteste dans son salon – mais le mouvement hippy de la fin des années 1960 lui est presque fatal.

Boudé par la télé 

Le public boude « L’interrogation » (1969), concocté par Gérard Manset avec 72 musiciens. Vingt ans plus tard, « Linda Lu Baker », autre album-concept avec le Golden Gate Quartet et … Frédéric Mitterrand, ne se vendra guère plus.

Au début des années 1970, il travaille avec Alain Bashung, directeur artistique de trois de ses albums, dont il retrouvera en 2011 le parolier Jean Fauque pour « Mister D ». Suivent des succès comme « Maman n’aime pas ma musique » (1974) ou « Faire un pont » (1976), adapté du « Country Roads » de John Denver, dans l’album « Mississipi River’s » à la pochette dessinée par Morris.

En 1984, c’est « Nice Baie des Anges » et deux ans après, un livre de souvenirs, « Hamburger, pan-bagnat, rock’n’roll », réédité en 1996 sous le titre « Very Dick ». Il écrira aussi deux romans, « Complot à Memphis » (1989) et « Texas Blue » (2001).

Les années 1990 marquent un tournant. Il retrouve la scène en 1995 après 19 ans d’absence, la popularité de sa caricature télévisée « Didier l’Embrouille » lui profite.

Au cinéma, il débute en 1999 dans « La candide Madame Duff » de Jean-Pierre Mocky qu’il retrouvera pour « Le Furet » (2003). Il est invité au Festival de Cannes 2005 par George Lucas, alors compagnon de sa fille adoptive.

Il joue aussi au Théâtre National de Chaillot dans « Les Paravents » de Jean Genet (2004). Ses disques deviennent de plus en plus personnels, il fait appel à de jeunes talents : Benjamin Biolay ou Mickey 3D, puis Joseph d’Anvers pour « L’homme sans âge » (2008) ou Oli le Baron pour « Mister D », sorti pour ses cinquante ans de carrière.

Dans un livre d’entretiens avec Sam Bernett publié parallèlement, il dit sa frustration d’être la « troisième roue de la charrette » du rock français et se plaint du « manque de reconnaissance » d’animateurs de télévision comme Michel Drucker qui ne l’a jamais invité.

En 2018, bien que n’appréciant pas trop la nostalgie, il a participé à la tournée « Age tendre » dans toute la France avec plusieurs autres stars des années 60 et 70. « Il ne faut jamais se prendre au sérieux, et toujours remettre le couvert. Chaque fois que je fais un nouveau disque, j’ai l’impression que c’est le premier », assurait-il.

Source : La Libre

Dick Rivers était pour moi surtout l’interprète de deux chansons : « Je l’ai aimée bien avant toi » et « Va-t’en, va-t’en ». C’était le temps des copains et dans les années 60, Dick Rivers faisait partie des miens. (Rico)