Thérèse Deroy – Portrait

td2Thérèse Deroy est née en 1942 à Sainte-Thérèse-de-Colombier sur la Côte-Nord au Québec. Elle commence très jeune à chanter avec le groupe formé principalement des membres de sa famille. La Famille Deroy se produit dans les salles paroissiales et les cinémas. Avant de débuter sa carrière, Thérèse pratique les métiers de professeure et de secrétaire. En 1965, elle signe un premier contrat avec la maison de disques RCA Victor.

En novembre de la même année, son premier 45 tours parait : « L’amour » et « Prends garde à toi ». Quelques semaines plus tard, le disque est numéro 1. Les séries de spectacles s’enchaînent ainsi qu’un 2e disque qui obtient autant de succès que le premier. Elle enregistre par la suite son premier album. Un super 45 tours sera lancé en France. Les succès au palmarès et les spectacles se multiplient jusqu’au début des années 70.

Elle fera plus tard la rencontre de Martin Peltier, auteur-compositeur et interprète. Elle enregistre en duo 3 disques qui connaîtront de grands succès, soit « Vois comme c’est beau » que Céline Dion a enregistré avec sa soeur Claudette, « Tous les deux » et « La rencontre ».

Elle deviendra chanteuse dans un piano-bar pendant des années à l’instar de son frère Rosaire Deroy puis ralentira ses activités par la suite.

Thérèse Deroy nous a laissé une belle discographie de 10 simples, 4 albums originaux et un album de grands succès ainsi qu CD paru en 1999.

a6(*) Mireille Mathieu a enregistré « L’Amour » en 1966 ou 1967. Chanson composée par Armand Gomez et Raymond Marmoudy – Album »Made in France » (Barclay & Polydor). Elle n’existe pas sur CD.
Une autre chanson intitulée également « L’Amour » figure sur le CD « Rencontres de femmes » enregistré 20 ans plus tard, soit en 1987. Ces deux chansons n’ont que le titre et l’interprète en commun.

Source : QuéBecSixties – RicoSouvenirs.

Publicités

Tchaïkovski revisité

mes-classiques« Le premier regard d’amour » : Mireille Mathieu revisite Tchaïkovski avant son nouvel album.

Bonne nouvelle pour les fans de Mireille Mathieu. L’illustre chanteuse sortira le 9 novembre un nouvel album baptisé « Mes Classiques », sur lequel elle chantera avec un orchestre symphonique sur les airs les plus célèbres de Tchaïkovski, Mozart ou Schubert. Découvrez un premier extrait !

A 72 ans, Mireille Mathieu n’est pas prête à raccrocher le micro. « Je suis toujours heureuse de vivre de ma passion et de voyager partout à travers le monde pour chanter et découvrir d’autres cultures » assurait en 2015 celle qui est sans doute la plus connue des ambassadrices de la langue française. Les chiffres parlent d’eux-même : en 54 ans de carrière, Mireille Mathieu a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde ! Et ça n’est pas fini. Le 9 novembre prochain, l’icône à la voix si reconnaissable sera de retour dans les bacs avec un tout nouvel album. Son premier en 13 ans sur le sol français ! Son nom ? « Mes Classiques ».

Un disque qu’elle a « secrètement toujours rêvé de faire »

Le concept ravira les amateurs de musique classique puisque Mireille Mathieu revisitera à sa manière les plus grands airs d’illustres compositeurs comme Mozart, Brahms, Schubert, Fauré ou Haendel. Pour l’occasion, l’interprète de « Une femme amoureuse » s’est entourée des 90 musiciens de l’Ensemble Symphonique de Prague afin de donner vie à des chansons à mi-chemin entre la reprise et l’inédit. Mireille Mathieu a en effet fait appel à des paroliers de renom comme Claude Lemesle ou Christophe Andreani pour sublimer ces célèbres musiques avec des textes en français, anglais, allemand, espagnol, italien, russe et latin. « « Mes Classiques » est le disque que Mireille Mathieu a secrètement toujours rêvé de faire » assure le communiqué de presse annonçant ce projet enregistré à Prague et masterisé dans les mythiques studios d’Abbey Road à Londres.

Très populaire en Russie, où elle a reçu en début d’année et de « Docteur Honoris Causa » de l’université d’État de Moscou, Mireille Mathieu ne pouvait bien entendu pas faire l’impasse sur le plus grand compositeur russe : Piotr Ilitch Tchaïkovski. Le premier extrait de l’album, « Le premier regard d’amour », est une réinvention du « Concerto pour piano n°1 en si bémol mineur, Op. 23 », créé en 1874 et 1875. « Le premier regard d’amour d’un enfant, c’est le plus clair des discours, le premier jour de ses parents / Le premier regard d’amour d’un enfant, c’est une étoile en plein jour, une étincelle qui vient de loin, du paradis qui tend les mains, qui rend la vie » chante-t-elle avec puissance sur cette mélodie éternelle. A noter qu’une version russe de la même chanson sera incluse sur l’album, riche de 18 pistes.

Source : ChartsInFrance

Tchaïkovsky en chanson

tcClaude Lemesle, l’un des paroliers de Mireille Mathieu, a mis en chanson spécialement pour elle l’un des plus célèbres thèmes de Tchaïkovski, le concerto pour piano numéro 1 opus 23 jamais chanté jusqu’ici, a-t-on appris dans l’entourage de la chanteuse.
.
Premier extrait d’un album classique attendu dans les bacs le 9 novembre, le titre intitulé « Le Premier regard d’amour » est disponible depuis lundi sur les plateformes de téléchargement.

Co-écrite par Claude Lemesle et Christophe Andréani, la chanson évoque la maternité. Le thème musical a été composé par Tchaïkovski entre novembre 1874 et février 1875. Auparavant, aucun parolier n’avait travaillé sur cette oeuvre majeure du compositeur russe.

Claude Lemesle, 72 ans, signe les paroles de quatre autres titres de cet album classique de Mireille Mathieu, abordant des sujets inédits sur d’autres thèmes célèbres de Verdi, Brahms, Mozart et Tárrega, joués par l’Ensemble Philharmonique de Prague.

« Made in France », le précédent album de Mireille Mathieu, regroupant de grandes chansons populaires françaises, est sorti en 2017.

Source : RTL INFO – 17.09.2018

Sarah Vaughan

svLa chanteuse de jazz américaine, Sarah Lois Vaughan, est née le  à Newark dans le New Jersey et morte le 3 avril 1990 à Hidden Hills en Californie.

Née dans une famille aussi religieuse que musicienne, elle apprend le chant et l’harmonium dans un contexte religieux. Elle se consacre au chant lorsqu’elle gagne le concours d’amateurs du Théâtre Apollo à Harlem, dix ans après Ella Fitzgerald qui vient la féliciter. Elle est notamment influencée par Charlie Parker et Dizzy Gillespie, alors membres de l’orchestre de Billy Eckstine qui introduit le bibop dans la musique de big band.

En 1949, elle signe chez le label Columbia et y enregistre abondamment. Dans les années 1960, sa voix perd légèrement en virtuosité mais gagne en profondeur. Elle enregistre au cours de ces années avec des orchestres symphoniques. En 1982 elle enregistre pour Pablo Records un album très personnel, Crazy and Mixed Up, et afin de maitriser toutes les étapes dans la création de cet album, elle endosse le rôle de producteur.  Son rêve, dira-t-elle, c’est « de faire ce qu’elle veut sans interférence de la part de la maison de disques ». À partir de 1982, les enregistrements et concerts se font plus rares.

Source : Wikipédia (résumé RicoSouvenirs)

La chanson « The Man I Love » est extraite du CD/33 tours « Sarah Vaughan sings Georges Gershwin ». A noter que le CD contient plus de titres que le double 33 tours. Ne connaissant pas bien l’artiste, j’ai préféré la découvrir en acquérant le 33 tours de manière à éviter l’overdose qui pourrait dérouter tout néophyte. La chanson plus bas vous donnera une idée du ton de l’album. C’est du nanan pour ceux qui apprécient ce genre de musique et plus particulièrement Gershwin.

ella-fitzgerald-sings-the-george-ira-gershwinElla ou Sarah ? RG-Tommy répond sur Amazon.fr : … On ne peut rêver Gerswhin plus magnifiquement interprété! Certes, on peut préférer les Gershwin d’Ella Fitzgerald, il s’agit là non pas de l’interprétation – les deux Dames sont extraordinaires – mais du timbre de la voix. Entre les deux, mon cœur balance… Chez Sarah, il y a ce velouté de la voix semblant sortir d’un écrin serti de diamants. Graves et aigus sidérants. Avant le CD, j’avais le double album vinyle qui me fascinait, avec le numérique, je suis littéralement envoûté par cette voix qui est l’une des plus belles du monde!

– Voyez l’article consacré à Ella Fitzgerald en cliquant ici.

– Pour plus d’informations sur ce CD « Sarah Vaughan » , cliquez ici : Amazon.fr.

– Pour le CD « Ella Fitzgerald sings Gershwin », cliquez, plus haut, sur la pochette du CD.

Regards critiques

1Dans les critiques du premier extrait de l’album Mes Classiques, Le premier regard d’Amour, beaucoup de fans intéressés font référence à l’âge de Mireille et mettent l’accent sur la voix qui est quelque peu changée par rapport à ses débuts.

Serait-il possible de juger cet extrait sans référence au passé ? Tous les âges permettent de bien chanter, même si c’est d’une façon différence. Ce qui me choquerait, c’est que l’artiste essayât d’imiter sa voix du passé contre toute logique et possibilité naturelle. Il est heureux que Mireille ait renoncé à cette idée. Moyennant de bonnes chansons, Sa voix est susceptible de me plaire autant que celle d’avant. Je l’ai signalé clairement à l’occasion de son dernier concert à Aix-La-Chapelle, en mai 2018. Apprécions donc le travail sur base du résultat – et non par comparaison.

mes-classiquesSi la chanson vous paraît belle et bien interprétée, ne cherchez pas à la comparer avec celle de Mon Credo ou La Paloma. Il n’y a aucun rapport et vous manipulez votre jugement.

Charles Trenet est le seul chanteur, à mon sens, qui ait gardé une voix parfaite jusqu’à sa mort. D’autres artistes ont eu l’intelligence d’adapter leur répertoire en fonction du changement de voix (Nana Mouskouri, Line Renaud, Juliette Gréco). Sincèrement – et malgré ma critique, acerbe paraît-il en ce qui concerne « Le premier regard d’amour » –, le nom de Mireille est en droit de figurer au sein de ce trio. Soyons heureux qu’elle n’en soit pas arrivée aux prestations d’autres artistes célèbres dont la voix est devenue plus proche de la dodécaphonie que de l’harmonie.

La voix de Mireille est redevenue belle après une période où j’aurais pu craindre le pire. Réjouissons-nous en en tant que fans. Et espérons que l’ensemble de l’album nous permettra de juger moins passionnément et plus généreusement ce qu’il faut, quoi qu’on pense, considérer comme un cadeau. On voulait une Mireille différente, on l’a… Attendons le 9 novembre pour le jugement définitif du concept de l’album et du choix des œuvres.baffc-4194811858-25

Mes Classiques… du bon et du beau ?

IMG_0141_jpg-OK-1

Pierre G. – Mireille Mathieu chantant du classique est-ce un tabou ?
Pour ma part je m’attends à savourer un bon cru ! Tout est réuni pour obtenir du bon et du beau. En effet : un superbe orchestre des compositeurs géniaux, un bon parolier et une (encore) bonne interprète…
Avec ce cocktail nous éviterons ainsi les arrangements douteux, ainsi que les mélodies à taper dans les mains, et les la la la à n’en plus finir que, personnellement, je redoute toujours en découvrant un nouveau CD de Mireille.
Concernant l’éventuelle comparaison avec les performances des grandes Divas du répertoire classique, il est bien évident que nous serons dans un autre monde, et c’est tant mieux.
Pour que cet album soit crédible Mireille devra faire du grand Mireille Mathieu.
Pour ma part, j’attends de Mireille une grande sensibilité dans l’interprétation, de belles notes dans les médiums voir dans les graves, et surtout pas la volonté de faire des performances vocales à tout prix…
Cet album lui tient vraiment à cœur et j’ai toujours constaté que lorsque l’enjeu est grand Mireille s’en sort toujours bien : Télé Dimanche bien sûr, mais aussi Le Jeu de la chance, Le grand échiquier, l’album Morricone et celui de Paul Anka, son retour au palais des Congrès 86 après 13 ans d’absence en France, par exemple.
Je trouve Mireille bien moins convaincante dans la routine…. Alors Surprise surprise !!