Décès de Jean Piat

FILES-FRANCE-THEATRE-PEOPLELe comédien Jean Piat, monstre sacré du théâtre français qui avait marqué les esprits dans le feuilleton télévisé « Les Rois maudits » en 1972, est mort mardi soir à Paris à quelques jours de ses 94 ans, ont annoncé ses filles à l’AFP. Jean Piat s’est éteint huit mois après sa compagne, la romancière et comédienne Françoise Dorin, décédée en janvier. Il aurait eu 94 ans dimanche.

Source : 7sur7

En 1972, à l’occasion d’un « Top à… Mireille Mathieu », Jean Piat et Mireille avaient interprété un sketch de Sacha Guitry : « Une lettre bien tapée ».

 

Publicités

« Mes Classiques » – Mot de l’éditeur

mes-classiques

Après 200 millions de disques vendus dans le monde et 54 ans de carrière, Mireille Mathieu sort le 9 novembre 2018 un nouvel album (le premier en France depuis 13 ans) intitulé «Mes classiques», où elle revisite les plus grands airs classiques composés par Tchaïkovski, Mozart, Brahms, Schubert, Fauré, Haendel… Accompagnée par les 90 musiciens de l’Ensemble Symphonique de Prague, Mireille Mathieu interprète en 7 langues différentes (français, anglais, allemand, espagnol, italien, russe, latin) de magnifiques chansons écrites par des paroliers de renom tels que Claude Lemesle.

abcdL’album contient également Meine Rose (Letzte Rose), chanson adaptée du sublime poème irlandais The Last Rose of Summer, et le cantique mondialement connu Amazing Grace.

Enregistré à Prague en juillet 2017 aux Smecky Studios et mastérisé aux mythiques Abbey Road Studios de Londres, «Mes classiques» est le disque que Mireille Mathieu a secrètement toujours rêvé de faire. Ce rêve devient enfin réalité pour elle avec ce très bel album, écrin parfait pour sa voix unique.

CD en précommande dès à présent (Amazon, FNAC et Shop24Direct).

Une promo réussie

661593119.8Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, que cela plaise ou déplaise, une chose est certaine : la promotion de l’album « Mes Classiques » est réussie. D’une part grâce  aux capitaux investis pour cette promotion dans les médias, d’autre part grâce à la publicité qui lui a été faite sur les sites consacrés à l’artiste où toutes les opinions, tous les espoirs, voire tous les dépits ont été exprimés. Mais la possibilité de télécharger « Le premier regard d’amour » plus d’un mois avant la sortie de l’album y a plus que tout contribué largement.

Rien que sur ce blog, la moyenne du nombre de visites pour les deux derniers jours s’est multiplié par 8 ! Et sur YouTube, la diffusion du « Premiers regard d’amour » enregistre 1674 visites en 3 jours alors qu’en général, la moyenne par vidéo est de 250 à 300 visites par mois.

Tant de réactions indiquent que Mireille ne reste pas indifférente au grand public pour autant qu’elle l’aborde, l’intrigue et le surprenne.

Qui achètera « Mes Classiques » à partir du 9 novembre prochain ? Je distingue trois catégories : tout d’abord les fans inconditionnels de l’artiste, ensuite les admirateurs qui, sans l’aduler pour autant ont été occasionnellement séduits par sa voix et souhaitent l’écouter dans un répertoire différent de celui qu’ils connaissent peu ou prou, enfin les personnes influencées par la publicité, une catégorie qu’il ne faut pas dédaigner car elle pourrait faire gonfler sensiblement les ventes. Si la publicité ne peut faire acheter ce que l’on aime pas, elle peut piquer la curiosité de ceux qui se soucient d’être présents aux grands rendez-vous médiatiques.

Dans quelle catégorie allons-nous nous placer ? Personnellement je me classe dans celle des fans puisque que ce soit cet album ou un autre j’achète tout ce qui concerne l’artiste. Mais aussi par curiosité, car une première impression, qu’elle soit bonne ou mauvaise, n’est toujours qu’une première impression, et que la sortie d’un album en sept langues n’est pas ordinaire et mérite qu’on lui consacre une attention toute particulière.

Je suis assez optimiste pour espérer de la bonne réussite de l’ensemble de l’album que je me réjouis de pouvoir écouter sur un double 33 tours. La nostalgie est toujours présente quand une platine nous entraîne dans les sillons d’une gloire confirmée.

Tchaïkovsky en chanson

tcClaude Lemesle, l’un des paroliers de Mireille Mathieu, a mis en chanson spécialement pour elle l’un des plus célèbres thèmes de Tchaïkovski, le concerto pour piano numéro 1 opus 23 jamais chanté jusqu’ici, a-t-on appris dans l’entourage de la chanteuse.
.
Premier extrait d’un album classique attendu dans les bacs le 9 novembre, le titre intitulé « Le Premier regard d’amour » est disponible depuis lundi sur les plateformes de téléchargement.

Co-écrite par Claude Lemesle et Christophe Andréani, la chanson évoque la maternité. Le thème musical a été composé par Tchaïkovski entre novembre 1874 et février 1875. Auparavant, aucun parolier n’avait travaillé sur cette oeuvre majeure du compositeur russe.

Claude Lemesle, 72 ans, signe les paroles de quatre autres titres de cet album classique de Mireille Mathieu, abordant des sujets inédits sur d’autres thèmes célèbres de Verdi, Brahms, Mozart et Tárrega, joués par l’Ensemble Philharmonique de Prague.

« Made in France », le précédent album de Mireille Mathieu, regroupant de grandes chansons populaires françaises, est sorti en 2017.

Source : RTL INFO – 17.09.2018

Sarah Vaughan

svLa chanteuse de jazz américaine, Sarah Lois Vaughan, est née le  à Newark dans le New Jersey et morte le 3 avril 1990 à Hidden Hills en Californie.

Née dans une famille aussi religieuse que musicienne, elle apprend le chant et l’harmonium dans un contexte religieux. Elle se consacre au chant lorsqu’elle gagne le concours d’amateurs du Théâtre Apollo à Harlem, dix ans après Ella Fitzgerald qui vient la féliciter. Elle est notamment influencée par Charlie Parker et Dizzy Gillespie, alors membres de l’orchestre de Billy Eckstine qui introduit le bibop dans la musique de big band.

En 1949, elle signe chez le label Columbia et y enregistre abondamment. Dans les années 1960, sa voix perd légèrement en virtuosité mais gagne en profondeur. Elle enregistre au cours de ces années avec des orchestres symphoniques. En 1982 elle enregistre pour Pablo Records un album très personnel, Crazy and Mixed Up, et afin de maitriser toutes les étapes dans la création de cet album, elle endosse le rôle de producteur.  Son rêve, dira-t-elle, c’est « de faire ce qu’elle veut sans interférence de la part de la maison de disques ». À partir de 1982, les enregistrements et concerts se font plus rares.

Source : Wikipédia (résumé RicoSouvenirs)

La chanson « The Man I Love » est extraite du CD/33 tours « Sarah Vaughan sings Georges Gershwin ». A noter que le CD contient plus de titres que le double 33 tours. Ne connaissant pas bien l’artiste, j’ai préféré la découvrir en acquérant le 33 tours de manière à éviter l’overdose qui pourrait dérouter tout néophyte. La chanson plus bas vous donnera une idée du ton de l’album. C’est du nanan pour ceux qui apprécient ce genre de musique et plus particulièrement Gershwin.

ella-fitzgerald-sings-the-george-ira-gershwinElla ou Sarah ? RG-Tommy répond sur Amazon.fr : … On ne peut rêver Gerswhin plus magnifiquement interprété! Certes, on peut préférer les Gershwin d’Ella Fitzgerald, il s’agit là non pas de l’interprétation – les deux Dames sont extraordinaires – mais du timbre de la voix. Entre les deux, mon cœur balance… Chez Sarah, il y a ce velouté de la voix semblant sortir d’un écrin serti de diamants. Graves et aigus sidérants. Avant le CD, j’avais le double album vinyle qui me fascinait, avec le numérique, je suis littéralement envoûté par cette voix qui est l’une des plus belles du monde!

– Voyez l’article consacré à Ella Fitzgerald en cliquant ici.

– Pour plus d’informations sur ce CD « Sarah Vaughan » , cliquez ici : Amazon.fr.

– Pour le CD « Ella Fitzgerald sings Gershwin », cliquez, plus haut, sur la pochette du CD.

Regards critiques

1Dans les critiques du premier extrait de l’album Mes Classiques, Le premier regard d’Amour, beaucoup de fans intéressés font référence à l’âge de Mireille et mettent l’accent sur la voix qui est quelque peu changée par rapport à ses débuts.

Serait-il possible de juger cet extrait sans référence au passé ? Tous les âges permettent de bien chanter, même si c’est d’une façon différence. Ce qui me choquerait, c’est que l’artiste essayât d’imiter sa voix du passé contre toute logique et possibilité naturelle. Il est heureux que Mireille ait renoncé à cette idée. Moyennant de bonnes chansons, Sa voix est susceptible de me plaire autant que celle d’avant. Je l’ai signalé clairement à l’occasion de son dernier concert à Aix-La-Chapelle, en mai 2018. Apprécions donc le travail sur base du résultat – et non par comparaison.

mes-classiquesSi la chanson vous paraît belle et bien interprétée, ne cherchez pas à la comparer avec celle de Mon Credo ou La Paloma. Il n’y a aucun rapport et vous manipulez votre jugement.

Charles Trenet est le seul chanteur, à mon sens, qui ait gardé une voix parfaite jusqu’à sa mort. D’autres artistes ont eu l’intelligence d’adapter leur répertoire en fonction du changement de voix (Nana Mouskouri, Line Renaud, Juliette Gréco). Sincèrement – et malgré ma critique, acerbe paraît-il en ce qui concerne « Le premier regard d’amour » –, le nom de Mireille est en droit de figurer au sein de ce trio. Soyons heureux qu’elle n’en soit pas arrivée aux prestations d’autres artistes célèbres dont la voix est devenue plus proche de la dodécaphonie que de l’harmonie.

La voix de Mireille est redevenue belle après une période où j’aurais pu craindre le pire. Réjouissons-nous en en tant que fans. Et espérons que l’ensemble de l’album nous permettra de juger moins passionnément et plus généreusement ce qu’il faut, quoi qu’on pense, considérer comme un cadeau. On voulait une Mireille différente, on l’a… Attendons le 9 novembre pour le jugement définitif du concept de l’album et du choix des œuvres.

Pour lire les premiers regards critiques, cliquez ici.

baffc-4194811858-25

Fred Farrugia – Tant de souvenirs à partager

a9d2b458-8df4-4c54-bd96-5342f0167d4b_1024

Il y a de ces musiciens de très grand talent qui travaillent dans l’ombre des vedettes de la chanson. Leur modestie fait en sorte qu’ils restent longtemps méconnus, malgré leurs nombreuses années d’expérience. C’est le cas de Fred Farrugia, qui vit à Sherbrooke pratiquement retiré, mais qui devrait figurer au grand Panthéon mondial de la musique.

« Je suis venu à Sherbrooke par amour d’une Sherbrookoise, France Bégin. Mes amis m’ont traité de fou de laisser un emploi lucratif pour cette aventure… » raconte-t-il.

Il a eu trois fils, dont aucun n’est musicien.

« Un métier difficile. Je ne les ai pas poussés vers ça! » avoue-t-il.

Sa feuille de route en tant que pianiste est plus qu’impressionnante. Il a travaillé avec tellement d’étoiles de la chanson… Qu’il suffise de nommer, entre autres, Nana Mouskouri, Petula Clark, Mireille Mathieu, Jean Ferrat, Michel Delpech, Alain Barrière, Joe Dassin, Sacha Distel, Serge Reggiani, Enrico Macias… Le parolier Eddy Marnay a été un ami intime, tout comme Frida Boccara. Tous deux sont déjà venus chez lui, à Sherbrooke! Il a même fait de la musique de film avec Paul Mauriat.

Ne croyez pas que les étoiles québécoises soient en reste. Fred Farrugia a été un habitué des Ginette Reno, Jean-Pierre Ferland, Nicole Martin, qu’il a accompagnés à la Place des Arts ou en tournées… Il a joué avec une kyrielle d’autres artistes, lors des émissions de Radio-Canada Les anges du matinLes démons du midi et Star d’un soir, cette dernière animée par Pierre Lalonde, entre autres.

« J’ai eu de la chance de travailler avec des gens très gentils! Avec Gilles Latulippe et Suzanne Lapointe, ce fut pour moi six ans de bonheur! »

Des anecdotes, il pourrait en raconter plusieurs centaines… « À la télé, Nana Mouskouri a déjà avoué : « Accompagnée par Fred, je chante mieux! » Et puis je me souviens que Petula Clark, invitée à venir à Star d’un soir, voulait amener son chef d’orchestre et ses 14 musiciens. Radio-Canada avait refusé parce que cela aurait coûté trop cher, argumentant que l’orchestre prévu pour l’émission était de calibre, avec Fred Farrugia. Quand elle a su que c’était moi, elle a accepté immédiatement sans rien ajouter! »

Le pianiste se dit très fier d’avoir enregistré des albums en direct lors de spectacles notoires. « Celui qui m’a apporté le plus de satisfaction, c’est un album double — deux heures sans accrocs, un fait d’armes — avec Ginette Reno et 30 musiciens. Live, c’est plus risqué, mais la réalisation a été parfaite, tous ont été extraordinaires! » raconte-t-il.

« Il y en a eu d’autres avec Frida Boccara, en Australie, une personne agréable et magnifique, puis avec Mireille Mathieu au stade de foot d’Athènes, devant 80 000 personnes! »

En tapant Fred Farrugia dans l’internet apparaissent plusieurs inscriptions des Maquillages Fred Farrugia. « C’est mon neveu Éric Farrugia qui m’a demandé ma permission d’utiliser mon nom. C’est un maquilleur professionnel qui a travaillé pour Lancôme! » dit-il en riant.

Source : La Tribune – Ronald Martel

baffc-4194811858-25

Autres articles consacrés à Fred Farrugia :

Concert à Ottawa (1971) – cliquez ici
Mireille Mathieu au Canada (1971) – cliquez ici
Concert au Canada (1971) – cliquez ici
Théâtre de la région parisienne (1971) : cliquez ici