Mes Tops – 34 : Mon enfance

Mon enfance.jpg

Oh ma très chérie, oh ma mère, 
ou êtes-vous donc aujourd’hui ? 
Vous dormez au chaud de la terre 
et moi je suis venue ici 
pour y retrouver votre rire, 
vos colères et votre jeunesse, 
et je reste seule avec ma détresse… 
hélas. 

En 1968, dans « Mon enfance », Barbara nostalgique dévoile en quelques mots d’une noirceur émouvante des souvenirs très intimes.

« Mon enfance » résume bien le style Barbara – le style Barbara à son apogée. Le chant limpide et lyrique. Une ballade simple que dessine son piano instinctif. L’écrin que lui offre le grand orchestre de Michel Colombier. L’accordéon de Roland Romanelli, reconnaissable entre mille. Et ce texte d’une noirceur émouvante, pour dévoiler en quelques mots une partie de son enfance.

Quand la famille Serf, poursuivie par la Gestapo, se cachait dans le village de Saint-Marcellin, dans l’Isère. Quand les parents et leurs quatre enfants (Jean, Régine, Monique et le petit Claude), tremblaient et partaient se cacher quand on frappait à leur porte. Quand, sur le chemin de l’école, Esther, lui intimait l’ordre de ne jamais dire à personne qu’elle était juive. « Nous vivions comme hors-la-loi et j’aimais cela quand j’y pense », chante-t-elle.

Des années après, Barbara rebrousse chemin, elle retourne à Saint-Marcellin tout en se demandant si elle fait bien. Les lieux et leurs odeurs familières accélèrent les battements de son cœur. Elle conclut :

« Il ne faut jamais revenir, au temps caché des souvenirs, du temps béni de son enfance. Car parmi tous les souvenirs, ceux de l’enfance sont les pires, ceux de l’enfance nous déchire. »

Elle a cherché à retrouver son enfance, en vain. C’est un décor de théâtre qu’elle arpente, déserté des figures qui le peuplaient jadis. Barbara est plusieurs fois revenue en chanson sur ces années noires de l’Occupation. « Göttingen » y faisait référence, a fortiori « Mon enfance ».

Repères : « Ma plus belle hisoire d’amour », « L’aigle noir », « Göttingen », « Sables mouvants », « Les amours incestueuses », « Joyeux Noël », « L’enfant laboureur », « Nantes ».

Source : nouvelobs.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s