Mireille Mathieu au Liban

2819069354_1_3hg.jpg

Mireille Mathieu a chanté au Liban ce jeudi 30 juillet 2015.

Accompagnée par son orchestre de 11 musiciens et 3 choristes, la diva populaire, aujourd’hui considérée comme l’une des grandes ambassadrices de la chanson française, a repris ses plus grands succès : La Paloma adieu, Une histoire d’amour, Une vie d’amour, mais aussi les magnifiques Hymne à l’amour et Je ne regrette rien d’Édith Piaf. Vingt minutes d’entracte plus tard, elle revient – en robe longue noire piquetée de strass – en entonnant sa chanson fétiche Mon Credo.
Elle a aussi interprété de nouveaux titres dont le plutôt rock Ce n’est rien, que lui a concocté Ycare, (l’auteur-chanteur d’origine libanaise révélé en 2008 par Nouvelle Star).
Evidemment, elle a aussi chanté Santa Maria, Acropolis adieu, Pardonne-moi ce caprice d’enfant (qu’elle fera chanter a cappella par l’auditoire), On ne vit pas sans se dire adieu, Mille colombes

Voyez aussi le site « Aujourd’hui je reviens« 

liban,2015,mireille mathieu

LE CONTENU DU TOUR DE CHANT DE MIMI AU LIBAN
(merci Monika)

 

Intro
 
Quand on revient
Mireille parle au Public
Tous les enfants chantent avec moi
La Paloma adieu
Ce soir ils vont s´aimer
Je t´aime a en mourir
Une histoire d´amour
Una canzone
Je t´aime avec ma peau
Paris en colère
L´hymne a l´amour
Donne ton coeur, donne ta vie
 
ENTRACTE
 
Mon Credo
Santa Maria de la mer
Ce n´est rien
Un dernier mot d´amour
Acropolis adieu
La voix de dieu
L´amour de Paris
Une vie d´amour
 
Medley 
Mireille présente son Orchestre. 
Pardonne-moi ce caprice d´enfant
On ne vit pas sans se dire adieu
Mille Colombe
Non, je ne regrette rien
Prends le temps

Publicités

Johnny versus Johnny

1046041-archives-mireille-mathieu-avec-son-620x0-1.jpg

Dans son autobiographie, intitulée Dans mes yeux, écrite avec la complicité d’Amanda Sthers, Johnny Hallyday revient sur l’ensemble de sa carrière et 50 ans de show-business. Le rockeur entend dire sa vérité avec des mots qui parfois blessent.

Johnny Stark, le manager, un « escroc malin »

Nous en sommes en 1960. Johnny Hallyday vient de jouer à l’Alhambra en première partie de Raymond Devos. Un concert important au cours duquel Bruno Coquatrix, le très respecté directeur de l’Olympia, décidera de le programmer en tête d’affiche. Johnny n’a pas 18 ans et rencontre alors celui qui l’emmènera au sommet, Johnny Stark.

Dans le livre, Johnny écrit : « J’ai rencontré Johnny Stark qui était le manager de Line Renaud et est devenu le mien. Moi aussi j’ai eu ma ‘Memphis Mafia’, mon colonel Parker, c’était Johnny Stark. Pendant quatre ans, il ne m’a donné que la moitié de ce que je gagnais, il gardait l’autre moitié pour les impôts. Quand je me suis aperçu qu’ils les gardait pour lui, j’avais quatre années d’impôts impayés avec majoration. Qu’importe ! Il a sûrement compté dans ma carrière, un escroc malin pour lui et pour moi. »

Dans Paris Match, le rockeur en rajoute un couche : « J’ai mis vingt ans à rembourser cette somme. Ce métier est rempli de gens pas corrects.« 

Ce court passage du livre a beaucoup choqué Vincence Stark, fille de Johnny Stark. Elle connaît très bien la star pour avoir été, de longues années, son attachée de presse. Sa réponse, recueillie par l’AFP, ne fait pas dans la dentelle : « Je trouve bien facile de salir la réputation de Johnny Stark, mort depuis 24 ans, qui par la force des choses ne peut se défendre. Il est aisé de refaire l’histoire, s’emporte-t-elle. Il faut croire que le supposé préjudice n’était pas si important puisque à l’été 1973, près de dix ans après les faits, M. Johnny Hallyday avait fait le pied de grue afin que Johnny Stark s’occupe à nouveau de lui. Peu de temps après mon père a eu un accident cardiaque et pour des raisons médicales il ne lui était plus possible de concrétiser ce rapprochement. Il a préféré s’occuper exclusivement de Mademoiselle Mireille Mathieu. »

Source : Pure People

ligne rouge.jpg

johnny hallyday,johnny stark,pure people,emmanuel boniniQuelques avis:

Stark était un grand bonhomme (Roland Berger). Un grand bonhomme droit, solide, un type formidable. Il était le seul dans son domaine à posséder une pareille trempe. Rien à voir avec les vautours et les ignares qui jalonnent ce métier. Avec lui, Mireille Mathieu qui est une vraie pointure se trouvait dans les meilleures mains qui soient. (Roland Berger, l’homme qui a permis à Dalida de trouver son talent, bien avant Lucien Morisse).

Jean-Marc Thibault et moi avons longtemps collaboré avec Johnny Stark. Une certaine presse bien intentionnée lui a fait une assez mauvaise réputation, et, pourtant, nous serions prêts à retravailler avec lui sans contrat, sans garantie, ce que nous ne ferions pas avec d’autres organisateurs de spectacles. C’est un grand seigneur, assez demesuré dans tout ce qu’il entreprend. Pour tenter de vous faire baisser votre contrat de trois cents frans, il vous invitera à un repas somptueux qui lui coûtera le double. (Roger Pierre, dans « C’est pour rire »)

Pendant de longues années je fus interdite des plateaux de télévision lorsque Mireille se trouvait dans les parages. Stark mettait comme condition à la venue de « son » artiste le fait que je ne fasse surtout pas partie des autres invités. En fait, Stark était vexé que j’aie osé décliner son offre. Du coup, il me snobait. Il faudra attendre mes premiers tubes , en 1973 et 1974, pour qui ce blocage disparaisse enfin. (Michèle Torr – Extrait) 

La 11e chambre correctionne de Paris condamne Johnny Stark à 18 mois de prison avec sursis pour fraude fiscale et douanière. Monsieur Stark devra verser aux douaniers 4 millions  554 000 frans à titre de rétribution, et la même somme à titre d’amende douanière. Le jugement sera publié au Journal Officiel et attaché à a porte de son appartement. (« Le Quotidien de Paris, 12 juillet 1977)

Mireille Mathieu aurait dû enregister chez « La voix de son maître ». Johnny Stark a au moins l’honnêteté de s’occuper en exclusivité de la demoiselle d’Avignon. Il s’en occupe bien. Mireille et lui sont les gérants d’une société à irresponsabilité limitée. Elle est, grâce à lui, l’une des plus grands vedettes françaises internationales. Elle appelle Johnny « Pépé Jo ». On ne sait lequel des deux est le plus gâteux de l’autre. Ils se partagent en tout cas une belle part du gâteux. (Thierry Le Luron)

C’est pour cela qu’on l’aime « Pépé Jo ». Parce qu’il est classe et « régulier », comme disent les gens d’un certain milieu, parce qu’il sait encaisser comme un vrai mec doit être en mesure de le faire. Que nous voilà loin de la mentalité de certaines crapules en Golden Lady, producteurs malhonnêtes, lâches et pervers, toujours en course aujourd’hui, qui, délaissant un temps leurs gigolos, courent pleurer dans les jupons de la Justice au moindre bobo, à la recherche de nouveaux profits bien mal acquis. (Emmanuel Bonini)

Ca me fait sourire les sommes avancées. Tout à l’heure j’ouvre la radio et j’entends sur un poste périphérique parler de milliards. Même anciens, vous vous rendez compte de ces chiffres. Je ne suis pasune industrie, un secteur de l’activité du pays, comme fabricant d’avions, vous voyez ce que je veux dire… Je suis simplement un monsieur qui s’occupe d’une petite artiste. (Johnny Stark – France-Soir)

Stark est un habile homme. Hallyday, depuis qu’il est privé de ses services, a eu plus d’une occasion de s’en repentir. La jeune Mireille sera-t-elle plus avisée ? (Carrefour 21, 21.09.1966)

Enfin, à tout « seigneur » tout honneur… 

Si, dans le temps je parlais très peu aux journalistes, c’est parce que Stark me répétait sans cesse : « Le moins tu en dis, le moins t’as l’air con. Le jour où je l’ai quitté, je me suis débarassé de ce complexe. » (Johnny Hallyday).

Johnny Stark… avant Mireille

jsamlm.jpg

RicoSaga.jpgNom : Stark
Prénoms : Roger, Oscar, Emile (et non Johnny comme l’affirment certains)
Date de naissance : 29.08.1922, à 5 heures et 15 minutes (*) 
Date de décès : 24.04.1989

Johnny Stark est le plus dynamique des imprésarios, le plus grand des managers dans le show-business.
C’est un colosse aux yeux très vifs, gris, verts ou bleus, très bleus, selon les jours, avec des favoris un peu roux et une tignasse blonde légèrement argentée.
Quand on le verra arriver la première fois à Avignon, chez les Mathieu, les petits le prendront pour le héros de « Bonanza », la série qui passait à la télévision. Johnny Stark est tout simplement Cannois.
Il a vécu en Corse jusqu’à l’âge de11 ans, puis sur la côté d’Azur, entre Cagnes-sur-Mer et Antibes et principalement à Cannes où il fréquentait l’école de La Bocca.
Signe particulier : il a une envie sur la joue gauche, de naissance.

Il tient sa haute taille de son arrière-grand-père paternel, un géant de 1,92 m qui, bien qu’Alsacien, était maquignon au Texas (U.S.A.).
Son père qui, lui aussi dépassait le 1,80 m, était horticulteur. Il avait des propriétés à Cagnes. Il a créé un pois de senteur très long et unique au monde. Il travaillait avec les Américains. C’était un homme très dur qui criait beaucoup après son fils et le menaçait souvent :
« Il le fallait, reconnaît Johnny Stark. J’étais un petit monstre bagarreur, voulant toujours avoir raison. Je voulais toujours commander, sinon c’était la bagarre pour obtenir ce que je voulais. »
Sa mère, également très grande – 1,72 m – était très douce et gentille.
Cette mère qu’il adorait est morte trop tôt à Nice, à l’âge de trente-trois ans. Il ne s’en remettra jamais.
Du coup, il devient un révolté, travaille beaucoup moins bien en classe et se dresse systématiquement contre tout. C’était un très mauvais élève, mais un garçon très débrouillard. Et puis, il était un excellent joueur de football, car, à quatorze ans, il avait déjà sa taille d’adulte et pesait 70 kilos, un poids qu’il a conservé jusqu’à ses trente ans.
Ce « dur » était, en revanche, et est resté un tendre. C’est également un grand timide : c’est pour cela qu’il paraît méchant et terrible.
A quinze ans, pour lui, c’est « jupons volent! » On le met à la porte de l’école. Alors son père déclare : « Vas-y, travaille ».

JS&EP.jpgPendant un an il fera tous les métiers pour se faire de l’argent de poche : livrer des fleurs, presser des jus de fruits au « Pam-Pam » de Juan-les-Pins, s’occuper de l’entretien en jardinage de certaines propriétés, etc.

En 1941, il a 17 ans et s’engage comme volontaire en Afrique du Nord, dans les armées de la France libre. Il apprendra ce qui est devenu son métier au contact des troupes américaines et de leurs spectacles aux armées. Il apprendra du même coup à voir très grand… à l’américaine.
La paix revenue, il traîne entre 1944 et 1946 à Hong-Kong. Il y ramasse un peu de pécule et revient à Cannes en mai 1946. Johnny Stark a 22 ans. Il prépare cette année-là son premier gala intitulé : « La nuit des vedettes » au stade des Hespérides, à Cannes (15 août 1946). Il réunit le plus beau plateau du monde : Edith Piaf, Yves Montand, Lily Fayol, Reda Caire, Marie Bizet, Johnny Hess et l’orchestre d’Aimé Barelli, plus une partie sportive avec Marcel Cerdan, Laurent Dauthuille, Robert Charron, etc. Il n’a pas réfléchi au budget et l’addition se révèle très lourde. Il perd un million de l’époque. « On apprend ainsi le métier », conclut-il avec philosophie.

Il ne tardera pas à devenir le Bruno Coquatrix de l’époque. Il organise des tournées avec Tino Rossi, Luis Mariano, Roger Pierre et Jean-Marc Thibaut, Gloria Lasso, Dalida et Marino Marini. Il crée le Théâtre de Verdure de Cannes en séduisant François andré, le célèbre roi des casinos.

En 1947, il engage au Théâtre de Verdure de Juan-les-Pins et pour la Corse tout un programme avec Edith Piaf, encore en vedette, et Jil et Jean en vedette américaine. Marcel Cerdan, l’ami d’Etith Piaf, suivait la troupe partout.

Johnny Stark s’occupait aussi d’Yves Montant. Il s’était acheté un triporteur Peugeot et faisait son affichage lui-même avec l’aide de deux copains, un boxeur et un camarade de régiment. C’est ainsi que Loulou Gasté le découvre et lui demande de collaborer avec lui pour s’occuper de Line Renaud en 1949. (Line Renaud et Loulou Gasté se sont mariés le 19 décembre 1950. La première femme de Johnny Stark, Nanou Taddéi était témoin.)

Le succès de cette collaboration lui donne des ailes.  L’été 1950, Johnny Stark présente, à l’occasion de la grande tournée de Line Renaud avec l’orchestre de Loulou Gasté, une dizaine d’artistes parmi lesquels nous retrouvons Henry Salvador et Philippe Clay. De nombreuses villes de l’ouest et du sud de la France seront parcourues durant près de deux mois. Peu après, Johnny Stark décidera de voler seul.

En 1960 il rencontre Johnny Hallyday à l’Alhambra. Johnny Stark le prend en main et le catapulte vers le succès. Plus tard, c’est au tour de Sylvie Vartan et Hugues Aufray. Puis vient le divorce avec le couple Hallyday parce que Stark refuse de partager « avec les copains » la barre du navire (1965). Dans le show-business, on murmure que Stark est fini. Pour se prouver à lui-même et aux autres qu’il est toujours le plus grand et le meilleur, il cherche à faire quelque chose d’exceptionnel. Et c’est la rencontre avec Mireille Mathieu qui va signifier un nouveau départ et une nouvelle vie pour tous les deux, un conte de fées qui est loin d’être terminé…

Sources :
Vick Vance « Vedette à la une » – Librairie Saint-Germain-des-Prés. Revu et corrigé sur base de « Mireille Mathieu » (Christian Page), « Oui, je crois » (Jacqueline Cartier) et « La véritable MM » (Emmanuel Bonini).
(*) Emmanuel Bonini « La véritable MM » (p. 75).

Adaptation et vérification : Ricochet « Avignon – RicoSouvenirs »

Mimi-Day 2015 – 22 juillet !

MMmmd2015mmd.jpg

Bon Mimi-Day à vous tous et surtout à
Mireille Mathieu,

à qui nous souhaitons un très heureux anniversaire.

mimi-day,2015

mimi-day,2015

Le Mimi-Day de cette année sera consacré aux plus belles
chansons françaises et allemandes de Mireille Mathieu.
Cela n’aurait pas été possible sans

mimi-day,2015

Lancez plus bas la lecture YouTube,
chaque vidéo constient une
série de 12 chansons. 

A ce jour la chaîne RicoSouvenirs compte plus de 2.077.000 visites et 1553 abonnés… si pour certains c’est peu, c’est beaucoup pour d’autres, mais elle participe à l’effort des autres chaînes qui font une magistrale publicité non lucrative pour Mireille depuis de très nombreuses années.

N’oubliez-pas de vous rendre aussi sur le 1er site français consacré à
Mireille Mathieu et créé en 2002 !
AUJOURD’HUI JE REVIENS

mimi-day,2015

Série 1 : Les Années Barclay – 12 chansons françaises

mimi-day,2015

Série 2 : 12 chansons allemandes

mimi-day,2015

Série 3 : Les années Philips – 12 chansons françaises

mimi-day,2015

Série 4 : 12 chansons allemandes

mimi-day,2015

mimi-day,2015

Fidèle au rendez-vous, Marie-Christine Urbach
interprète « La dernière valse »

mimi-day,2015

Pour entrer dans le site de Marie-Christine Urbach, cliquez sur l’image.

 

mimi-day,2015

« Geboren voor Elkaar » version néerlandaise de « Ensemble » / « Sometimes »
Le plus élégant de nos chanteurs flamands est sur Facebook

mimi-day,2015

mimi-day,2015

Nicole Josy interprète « Luister niet meer », version néerlandaise de « Toi et moi (petits amis d’enfance) ».
Nicole et Hugo arrêteront de chanter cette année, c’est bien dommage ; j’ai suivi de près
leur longue carrière belge et j’irai bien sûr les applaudir au Zandloper, à Wemmel, le 3 décembre,
à l’occasion de leur concert d’adieu à la scène.
Ils sont sur Facebook.

Bonus de manière à entendre Hugo aussi.

« Time Alone Will Tell », version anglaise de « Quand tu t’en iras » 

Autres paroles pour « Nos Souvenirs ». Richard interprète « Minuit »

 

mimi-day,2015

Photos de fan – Merci Jean-Luc R.

Souvenirs de l’Olympia 2104 

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

mimi-day,2015

Mireille Mathieu et Johnny Stark (imprésario de l’artiste de 1965 à 1989)
Article Wikipédia créé par le blog « Avignon » (Ricochet) en mai 2008.
Cliquez ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Johnny_Stark

mimi-day,2015