Voeux 2015

voeux,2015

Je souhaite de tout coeur aux visiteurs du blog de fêter le Nouvel An en toute sérénité.
Que Dieu vous garde en bonne santé et vous comble de bonheur !

L’année 2015 sera l’année de la chèvre.
Si les signes chinois ne mentent pas, l’année sera favorable
aux artistes en général et aux comédiens en particulier.
Mireille peut donc dormir tranquille ; les gestionnaires de sites et blogs aussi.

Pour terminer l’année en beauté, voici quelques grands succès de Mireille Mathieu

dans un ordre différent de celui de Noël.

P.S. – Merci à Wolfgang et François pour leur jolie carte d’Essen et de Fribourg.
Merci aussi aux autres amis internautes qui m’ont envoyé leurs voeux par
voie d’e-mail enguirlandé (à vous de choisir le sens) ou de carte virtuelle.

***
Prévision pour le signe du lapin (qui est le mien) :  

Les petits déboires de l’année de la chèvre ne menaçant pas sa quiétude, il sera heureux.
Si vous connaissez votre signe, voyez votre prévision en cliquant ici, revenez ensuite
sur ce blog pour écouter le beau répertoire de Mireille Mathieu.

Publicités

Gigliola Cinquetti

GIGLIIOLA CINQUETTI 2a.jpg

Gigliola CINQUETTI se rappelle avec ten-dresse ses débuts en France :

Je crois que mes titres qui ont le plus marqués les français sont « L’orage », « No ho l’étà ». J’avais le même producteur que Joe DASSIN, Jacques PLAIT, chez CBS. Il y avait aussi Guy LUX et les CARPENTIER à la télévision …/… La France m’a beaucoup manquée. Une fois, à la fin des années 70, je suis venue en promotion à Paris. Il y avait alors une grève des artistes qui se battaient pour le droit des interprètes. Les grévistes sont venus dans ma loge pour me demander de ne pas chanter. Robert TOUTAN, qui faisait ma promotion, était là. Il s’est énervé contre moi : « Mais tu es italienne ! Pourquoi est-ce que tu veux soutenir cette grève française ?! Tu dois chanter absolument ! Comment je fais moi si tu ne chantes pas ? ». Et je lui ai répondu que j’avais le devoir d’être solidaire des artistes français ! Que si, un jour, je voyais un artiste français chanter à ma place en Italie pendant une grève des artistes italiens, je penserais : « E un stronzo (C’est une merde) ». Robert s’est énervé encore plus fort : « Ta carrière en France est finie ! Tu ne reviendras plus ! ». Et ça a été vrai : ils ne m’ont plus jamais appelé.

Source : blog.melody.tv (extrait)

Décès de Jacques Chancel

 7775993957_jacques-chancel-a-paris-le-12-octobre-2011-archives.jpg

Jacques Chancel, animateur vedette qui a marqué l’histoire de la radio et de la télévision avec des émissions culturelles comme « Radioscopie » et « Le Grand échiquier », est mort dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 86 ans, a annoncé le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, sur Twitter.

« J’apprends à l’instant par sa famille que mon ami Jacques Chancel s’en est allé cette nuit. Grande tristesse et émotion pour Radio France », a écrit le responsable de Radio France sur les réseaux sociaux.

Source : rtl.fr

jacques chancel,2014

En 2006, Brice Depasse de RADIO NOSTALGIE et gestionnaire du blog Lire est un plaisir (http://lireestunplaisir.skynetblogs.be) interviewait Jacques Chancel. « MM-Avignon » lui avait demandé de poser une question relative au Grand Echiquier de 1987 consacré à Mireille Mathieu. Voici la réponse de Jacques Chancel. (N’ayant plus le « postcast » contenant cette interview, j’écris la réponse.) 

m_c672183f93778924fc4173d90f9300ab.jpgBrice Depasse : Monsieur Chancel, vous avez surpris le public français en consacrant un « Grand Echiquier » à Mireille Mathieu dans les années 80. A l’issue de l’émission, qui a duré près de trois heures, vous avez déclaré que Mireille était un phénomène incontournable dans le contexte culturel français et que cela vous intriguait (je cite de mémoire). Ne doit-on pas à votre talent journalistique le fait d’avoir révélé au grand public la personnalité de Mireille Mathieu ? Vous avez su créer le climat de confiance propice aux confidences et sans lequel rien n’est possible avec Mireille. Etait-il déjà possible de pressentir l’éclipse qui frapperait malgré tout Mireille Mathieu en France peu après la diffusion de votre « Grand Echiquier » ?

Jacques Chancel : Alors, je ne me souviens pas du tout avoir dit que Mireille Mathieu était un événement culturel. En revanche, Mireille Mathieu était un personnage populaire. On aurait pu dire – dans son temps – la même chose d’Edith Piaf, alors que maintenant Piaf est devenue emblématique.
 Mais je me souviens très bien de cette émission parce que le nombre de ceux qui souhaitaient y participer était énorme. Parmi eux, les plus grands. Par exemple : Placido Domingo, qui est quand même une des plus grands voix de ces temps. Il a dit : « Je veux participer, je veux chanter avec elle. » Il y avait aussi Ruggiero Raimundi… Tous ces gens-là… Il y avait un grand orchestre pour l’accompagner…
 Et puis il y a eu ce qui est tout à fait normal dans une vie… Bon, il y a eu cette éclipse : elle a perdu son mentor [Johnny Stark] à un certain moment. Elle s’est éclatée sur d’autres planètes. Elle a été oubliée par la France.
Là elle est en train de faire un petit come back ; elle voudrait revenir…
Mais elle a eu son époque.
Et puis, vous savez… l’époque d’aujourd’hui, comme il y a eu l’époque des yé-yé, – elle est troublée par les rappeurs… et tout ça va à une vitesse extrême !
Peut-être que demain on reprendra les chansons de Mireille Mathieu. Mais aujourd’hui c’est vrai que ça fait un peu ringard de l’écouter. Mais le personnage existe.
A ce moment-là [à l’époque du Grand Echiquier], Mireille Mathieu était sûrement la chanteuse la plus reconnue dans le monde. Et c’était amusant de faire ça. Et puis il y avait eu de ma part provocation… Je sortais de Jessy Norman, grande voix devant l’Eternel ; tout de suite après je fais Mireille Mathieu, ensuite Karajan avec le Philharmonique de Berlin. Moi ça m’amusait.
Ce que j’aime, ce sont les contrastes et tout ce qui peut agacer beaucoup.
 

Sources : blog « Lire est un plaisir » ; blog « Avignon » (2006). 

ligne rouge.jpg

 

Michel Legrand a composé « Tous mes rêves » sur un texte de Jean Dréjac pour le Grand Echiquier consacré Placido Domingo en novembre 1983.
Placido Domingo et Mireille Mathieu ont ainsi créé ensemble ce soir là cette aria restée inédite. Michel Legrand dirige l’Orchestre National de France.