Doris Day sur Facebook

Doris Day, Facebook, Wikipédia

La voix sensuelle de Doris Day couvrait divers styles et genres musicaux, le blues, jazz, ballade, rock’n’roll, pop, big band, etc. Sa carrière comme chanteuse solo commença en 1947 pour se terminer en 1967. Elle enregistra plus de six cents chansons populaires, qu’elle chanta dans les films auxquels elle participa.

Doris Day fut souvent reconnue comme une crooner dans le genre de Bing Crosby et Frank Sinatra qui chantait d’une façon intime dans le micro, ce qui donne l’impression que Doris Day s’adressait directement au spectateur. Non seulement elle avait un style de jazz avec un mélange de crooner, mais elle avait un contrôle incroyable sur sa voix. Lors d’une entrevue avec le New York Times, Doris Day définit son talent comme chanteuse ; « I like the simplest form of music. I would prefer singing with just a guitar or piano ». En revanche, la plupart des enregistrements qu’elle réalisa présentent une grande variété d’instruments. (Source : Wikipédia.fr)

Retrouvez Doris Day sur Facebook (cliquez sur l’image).
Pour un aperçu de sa carrière, cliquez ici Wikipédia.

Publicités

Mireille Mathieu perd son procès

le petit journal,télévision,presse,pussy riot,diffamatoire,procèsMireille Mathieu a été déboutée ce mercredi de ses poursuites en diffamation contre l’émission « Le Petit Journal »…

Mireille Mathieu a été déboutée mercredi de ses poursuites en diffamation contre l’émission «Le Petit Journal» qui avait diffusé un sujet moquant la chanteuse pour ses déclarations à la télévision russe sur les Pussy Riot.

Le 4 septembre 2012, le présentateur de l’émission Yann Barthès avait ironiquement présenté Mireille Mathieu comme «un soutien de choix» des Pussy Riot, dont trois membres ont été condamnées à deux ans de camp de travail pour avoir chanté une «prière punk» contre le président russe Vladimir Poutine. Il était fait référence aux déclarations de la chanteuse, qui jugeait ces «jeunes filles un peu inconscientes» et qualifiait de «sacrilège» le fait qu’elles aient choisi une église pour protester.

« Des fiestas avec Poutine et Kadhafi »

Le 12 septembre, c’est un Yann Barthès déguisé en Mireille Mathieu qui avait lu un droit de réponse de la chanteuse, qui tenait à faire savoir que la télévision russe avait coupé la fin de l’interview et la phrase dans laquelle elle souhaitait la «clémence» pour les Pussy Riot. Pour les magistrats de la 17e chambre civile, la chanteuse a extrapolé et interprété les passages incriminés. Quand Yann Barthès dit qu’elle a «enfoncé» les Pussy Riot, ajoutant «en même temps, venant d’une ambassadrice française qui, il n’y a pas si longtemps, faisait des fiestas avec Poutine et Kadhafi, il fallait s’y attendre», il ne fait qu’émettre un «jugement de valeur, certes critique et satirique», a estimé le tribunal.

Il conclut que «même si Mireille Mathieu a légitimement pu se sentir blessée et ridiculisée», «les propos et images retenus ne seront pas retenus comme diffamatoires».

La chanteuse, qui demandait 100.000 euros de dommages et intérêts, a ainsi été déboutée de ses demandes. «Le Petit Journal», qui en demandait 10.000 pour procédure abusive, aussi.

Source : 20minutes.fr (JM avec AFP) & Ouest-France, BFMMTV, La Libre, Nord Eclair.

***

Historique (25.09.2012 – Source : Ozap.com)

le petit journal,télévision,presse,pussy riot,diffamatoire,procèsPUSSY RIOT : MIREILLE MATHIEU ATTAQUE EN JUSTICE « LE PETIT JOURNAL » ET « ON N’EST PAS COUCHÉ » 

Mireille Mathieu a décidé d’assigner « Le Petit Journal » et « On n’est pas couché » pour « dénigrement », « diffamation » et « propos mensongers » après la diffusion d’une interview tronquée de la chanteuse. 

Mireille Mathieu et « Le Petit Journal », ce n’est pas fini. Me André Schmidt, l’avocat de la chanteuse, annonce que sa cliente va assigner l’émission de Canal+ ainsi qu' »On n’est pas couché » pour « dénigrement« , « diffamation » et « propos mensongers« , suite à la diffusion d’une interview tronquéeoù Mireille Mathieu jugeait les filles du groupe russe Pussy Riot « inconscientes« .

Au début du mois, « Le Petit Journal » de Yann Barthès sur Canal+ relayait une interview de Mireille Mathieu accordée à la télévision russe. La chanteuse revenait notamment sur l’affaire des trois membres des Pussy Riot, condamnées à deux ans de camp pour avoir chanté une prière anti-Poutine dans une église. Et alors que plusieurs stars – dont Madonna – avaient apporté leur soutien au groupe, Mireille Mathieu tenait un discours opposé.

« Je pense que ces jeunes filles sont un petit peu inconscientes. Choisir une église, c’est pas un lieu pour pouvoir manifester. On peut manifester autrement. Une église est un lieu de recueillement. C’est un sacrilège ! » expliquait la chanteuse dans une interview en réalité… tronquée ! L’entourage de Mireille Mathieu assurait en effet que l’artiste avait ajouté « Mais en tant que femme, artiste et chrétienne, je demande l’indulgence pour ces trois jeunes filles« .

Après avoir démenti dans un premier temps, la chaîne russe a reconnu son erreur. « Les rushs avaient disparu. Nous avons débuté des recherches et avons finalement trouvé l’original qui avait disparu du serveur ainsi que d’une clé USB, et identifié la fameuse phrase » avait expliqué le directeur des programmes de la chaîne, précisant que la journaliste serait « punie pour falsification« .

Source : Ozap.com 48BtbFvGmSm8SkdciknA

1987 – « Oui, je crois » aux éditions Laffont

ojc.jpg

HISTORICO43.jpg10 décembre 1987, « Oui, je crois » est achevé d’imprimer pour le compte des Editions Robert Laffont. Ce livre a été écrit en collaboration avec Jacqueline Cartier.

 

Voici ce qu’écrit la 4e de couverture :

La plus pauvre des petites filles d’Avignon a conquis le monde.
Par sa voix, sa gentillesse, son courage, la foi qui l’anime.
Elle est aimée parce qu’elle aime. Paris, New York, Moscou, Pékin l’ont portée en triomphe. Sa vie n’est pas un « conte de fées », mais une conquête…
Ici, elle dit tout sans tricherie, mais avec la pudeur qu’on lui connaît et qui nous la rend plus chère encore.

Le livre retrace de façon attachante le parcours de Mireille jusqu’en 1986.

Cette biographie officielle, écrite par Jacqueline Cartier – Mireille ne l’a jamais caché – est bien documentée et nous fait voyager confortablement, tantôt avec émotion, tantôt avec humour, dans le petit monde de Mireille Mathieu. Petit monde qui s’étend, nous le savons tous à présent, aux quatre coins de l’horizon.
Les admirateurs de Mireille liront ce livre croyant bien souvent entendre Mireille raconter, en confidente, de mémorables tranches de vie.

C’est là un des grands mérites d’écriture de Jaqueline Cartier, journaliste professionnelle, qui a su conjuger brillamment la narration rigoureuse et le bonheur de lecture.
Une biographie qui est aussi un beau roman.

(Ricochet)

Titre : « Mireille Mathieu – Oui, je crois »
Editions : Robert Laffont (« Le Club des Stars » – Collection « Vécu »)
Dépôt légal : décembre 1987

Ce livre est également paru en « Livre de poche » (édition épuisée) et dans différents clubs de livre, dont « France (Belgique) Loisirs » et ‘Le Grand Livre du mois ».