Wim Van Moerbeke – Pianiste

Wim Van Moerbeke.jpgWim Van Moerbeke interprète sur YouTube la nocturne n° 8 de John Field – cliquez sur la photo ou ici :  
http://www.youtube.com/watch?v=GxJjaUHOFRU.

Le piano Clementi sur lequel cette nocturne est interprétée date de l’année de composition de celle-ci, à savoir 1821. Il s’agit donc d’un instrument historique récemment restauré. 

L’utilisation de la pédale revêt une importance capitale pour l’exécution des nocturnes de Field. L’accompagnement, réservé à la main gauche et généralement dessiné en ondulations d’arpèges ou d’accords brisés, ne nuit jamais à la liberté de la ligne mélodique (cf. Guide de la musique de piano – Fayard).

Issu d’une famille musicale brugeoise, Wim Van Moerbeke a étudié la musique classique depuis son plus jeune âge, notamment à Gand, Bruxelles, Weimar et Salsbourg. Il a également enseigné dans différents conservatoires.
Wim a donné des concerts, entre autres, à l’ambassade du Vénézuela à Londres, au concertgebouw de Bruges, au Museu Oscal Niemeyer de Curitiba (Brésil) et à la Sala Darsena de Lignano (Italie). Il a participé, en 2012, au Festival Lisztomanias de Châteauroux (France). Ses activités sont actuellement concentrées sur l’interprétation de pièces célèbres sur des instruments historiques. C’est ainsi que le public a déjà pu apprécier ses interprétations de Liszt sur un Erard (piano à queue) pareil à celui qu’utilisait Franz Liszt et que Wim van Moerbeke a fait restaurer récemment.  

Voyez aussi la page : CHOPIN – NOUVELLE ETUDE N° 1 (cliquez sur le titre).
 
***

Le prochain concert de piano donné par Wim Van Moerbeke en Belgique est fixé au 29 mars 2014, à 19 heures.

Wim jouera sur un Pleyel de 1839 !

Lieu :
Ryelandtzaal (salle Ryelandt)
Achiel Van Ackerplein 2 (Place Achille Van Acker 2)
8000 Bruges
 
Programme :
 
Frédéric Chopin : Préludes opus 28, n° 1-7
Frédéric Chopin : Sonate n° 2, opus 35 (sonate organisée autour de la Marche funèbre)
John Field : Nocturnes 12 et 14
Clara Schuman : 3 romances
 
Tickets : wimvanm@gmail.com
Prévente : 15 euros – à partir du 1er mars 2014 : 20 euros

Wim Van Moerbeke 2013.jpg

Klik op de foto en luister naar de Sonate nr. 8 van John Field gespeeld door Wim Van Moerbeke
op een Clementi van 1821.
N.B. – Op de foto speelt Wim op een ERARD vleugelpiano.

 

Wim Van Moerbeke, afkomstige uit een Brugse muzikale familie, begint al op jeugdige leeftijd te musiceren en op te treden. Hij studeerde in Gent, Brussel, Weimar, Salzburg en gaf les aan verschillende conservatoria.
Wim concerteerde o.m. in de Venezolaanse ambassade in London, het concertgebouw Brugge, het Museu Oscar Niemeyer in Curitiba (Brazilië), Sala Darsena in Lignano (Italië). In 2012 trad hij op tijdens het Festival Lisztomanias in Châteauroux.
Hij concentreert zich op de uitvoering van muziek op historische instrumenten. Hierdoor laat hij het publiek opnieuw genieten van Liszt uitgevoerd op een piano waar ook Liszt zelf op speelde. Wim’s recent gerestaureerde Erard vleugelpiano is één van deze historische instrumenten.

Bron : Wim Van Moerbeke – Davidsfonds Sint-Michiels & Sint-Andries

 
Op 29 maart 2014 (19.00 u) speelt Wim Van Moerbeke op een historische Pleyel vleugelpiano van 1839.
 
Waar ?
Ryelandtzaal
Achiel Van Ackerplein 2 (in de Ezelstraat)
8000 Brugge

Programma :

Frédéric Chopin : Preludes opus 28, nrs. 1-7
Frédéric Chopin : Sonate nr. 2, opus 35 (met o.a. de marche funèbre)
John Field : Nocturnes 12 en 14
Clara Schumann : 3 romances 
 
Voorverkoop : 15 euro – vanaf 1 maart 2014 : 20 euro

Info : www.wimvanmoerbeke.be

Publicités

Mireille Mathieu – Un CD allemand – Schade, schade ?

1805331717.jpg

Avis de fans… 

Alors qu’elle s’apprête à célébrer ses 50 ans de carrière, Mireille Mathieu, star de renommée internationale, sort un nouvel album destiné à l’Allemagne – et interprété en allemand évidemment. Ce nouveau CD comporte 6 nouveaux titres et 8 reprises (7 anciens succès de l’artiste et un titre plus récent).

Les six nouvelles chansons ne sont pas désagréables mais relèvent d’une variété allemande qui passe parfois mal auprès du public français (qui n’est pas le public visé, certes).  Le titre le plus réussi est sans doute ‘Etwas Licht’, dont la mélodie est signée Mireille Mathieu elle-même, et le moins bon ‘Was mein Verstand nicht sagen will’ au refrain horripilant. Si dans l’ensemble les nouvelles chansons sont de bonne facture, il faut cependant reconnaître qu’elles n’apportent pas grand chose au répertoire de l’artiste.

Le reste de l’album est composé de reprises de ses succès, et là les choses se corsent un peu. Si l’interprétation est impeccable, et s’il est intéressant d’entendre les succès des débuts avec la voix plus mature de l’artiste, je déplore le choix des orchestrations et des arrangements. C’est clinquant, sans subtilité, sans finesse, avec des ambiances de fête foraine (‘Hinter den Kulissen’), de carnaval (‘Taratating Taratatong’), de dessin animé pour enfants en bas âge (l’introduction de ‘Es geht mir gut’), etc… Même pour les orchestrations plus réussies (‘Waltzer der Liebe’, ‘Gott im Himmel’) on est finalement déçu car il était possible de faire nettement mieux.

Les reprises d’anciens tubes fonctionnent si les nouvelles versions apportent quelque chose de neuf, d’innovant, une relecture, une recréation. Dans le cas présent, on se dit juste que c’est moins bien que les originales. Comment Mireille Mathieu, qui a travaillé avec les plus grands compositeurs et chefs d’orchestre, peut-elle se satisfaire d’orchestrations aussi médiocres? Qu’on réécoute ‘MM Chante Piaf’ et on comprendra de suite mon propos.

On l’aura compris, ce nouvel album me cause une certaine déception. C’est dommage car la voix de l’artiste me séduit toujours autant et elle reste une interprète d’exception, mais son talent est ici mal utilisé. On attend mieux d’une star internationale et d’une interprète de légende, à commencer par de grandes chansons.

Il reste à espérer que l’album français pour ses 50 ans de carrière soit le fruit d’un vrai projet artistique et qu’elle saura s’entourer d’une équipe compétente et de compositeurs et d’auteurs inspirés – sinon qu’elle aille piocher chez d’autres: Brel, Bécaud, Barbara, Trénet, Ferrat, … où elle pourra trouver chaussure à son pied!

Signé : Phil-Don

Serge Lama à l’Olympia en 2015

!cid_862F568C5CAFCFF0E66D52F34D45CB18@bureau.jpgSERGE LAMA A L’OLYMPIA
DU 26 AU 29 MARS 2015

Après avoir fêté ses 70 ans et ses 50 ans de carrière pendant 9 soirées à l’Olympia en février 2013, Serge Lama sera de retour dans cette salle mythique du 26 au 29 mars 2015. L’envie, l’énergie et l’authenticité restent les marques de fabrique de cet auteur-interprète unique et indémodable.
 
Serge Lama partagera avec son public les plus belles chansons de sa vie : Je suis Malade, D’Aventure en Aventure, Une Île,… Son dernier album « La balade du poète » est disponible en édition collector (double cd 39 titres + DVD live inédit).
 
Artiste présenté par Gilbert Coullier Productions.

Source : site l’Olympia.

A noter : Serge Lama chantera…
– ce 15 février 2014 à Colfontaine (Belgique) – cliquez ici
– ce 16 février 2014 à Bruxelles (Cirque royal – plus de place disponible)

ligne rouge.jpg

 Réservation des places : cliquez ici 

!cid_D1FA1D7DF1EDF6EC113082044C5FC135@TEL6.gif

 

4%20serge%20lama%20(c)%20luc%20valigny%20%20-%20figure%20hd.jpg

Ils font briller la France

CaptureLeFigaro (2).JPG

Pour lire l’article du Figaro :
« De Daft Punk à Mireille Mathieu, ils font briller la France »,
cliquez sur l’image ou ici.

PHO67fe1094-9309-11e3-b3f6-0715e32c56b9-805x453.jpg

Crédit photo : David Black

Invités d’honneur à la cérémonie des Victoires de la musique ce soir, les Daft Punk ne s’y rendront pas. Leurs cinq Grammy Awards les ont placés sur une autre orbite: ils sont les nouveaux ambassadeurs de la France. Le sondage sur lefigaro.fr le montre. Ils seraient les meilleurs représentants de la France à l’étranger avec 28 % des suffrages, devant les légendes françaises que sont Catherine Deneuve (15 %), Alain Delon, Charles Aznavour.  Source : Le Figaro

mireille mathieu,daft punk,le figaro

[…] Mireille Mathieu continue d’être la chanteuse française la plus célèbre en Chine. Hélène Rollès et Audrey Tautou y sont devenues des stars pour leur rôle respectif dans Hélène et les garçons et Amélie Poulain. […]
La Russie invite Luc Besson ou Catherine Deneuve au jury du Festival de cinéma de Moscou. Gérard Depardieu est une autre idole, mais son passeport russe n’a pas joué en sa faveur. On retient les noms de Leos Carax ou encore Vincent Cassel. La francophilie s’invite aussi au théâtre: James Thierrée, Victoria Thierrée-Chaplin, Josef Nadj. En danse, Sylvie Guillem est la coqueluche, mais on ne se souvient pas qu’elle est française. Idem pour Daft Punk. Mieux identifiés, Mireille Mathieu, Charles Aznavour, Vanessa Paradis, Mylène Farmer, Patricia Kaas et Zaz qui rappelle Édith Piaf. En art, Christian Boltanski, Daniel Buren, Sophie Calle, Adel Abdessemed comptent parmi les plus connus des méconnus. Source : Le Figaro

Aslan – Décès du sculpteur à l’âge de 83 ans

619525-photo20140212e63049f1-db90-4a37-b46f-b3e35449425e.jpg

Le dessinateur spécialiste de nus féminins avait également sculpté les bustes, destinés aux mairies, de Brigitte Bardot et Mireille Mathieu en Marianne. Il s’est éteint à 83 ans.
 
Le dessinateur Aslan, de son vrai nom Alain Gourdon, célèbre pour ses pin-up aux courbes sensuelles et généreuses, publiées notamment par le magazine Lui, est décédé à l’âge de 83 ans d’un arrêt cardiaque, mardi soir au Canada où il résidait depuis une vingtaine d’années, a annoncé son agent François Meyniel.
Aslan était aussi sculpteur : en 1968 et 1978, il avait réalisé les bustes de Brigitte Bardot et Mireille Mathieu en Marianne pour l’Association des Maires de France et diffusées à 20 000 exemplaires dans les hôtels de ville et salles de mariage. Dix ans plus tard, il a signé deux statues de Dalida pour la tombe de la chanteuse et une place qui porte son nom à Montmartre. Aslan a également réalisé de nombreuses publicités et affiches de spectacles pour les Folies Bergère, le Crazy Horse et le Casino de Paris.
«Je peins et sculpte la femme, le plus beau sujet donné aux artistes, car il est inépuisable et éternel. Pour me situer, je me définirais comme peintre et sculpteur intimiste hyperfiguratif. Je suis amoureux de la nature et de ses lois», disait l’artiste.
«L’apologie de la beauté des femmes»
Né à Bordeaux en 1930, Aslan a été l’un des plus jeunes élèves de l’école régionale des beaux-arts, qu’il a intégrée dès ses 14 ans. Protégé du peintre Jean-Gabriel Domergue et ami du sculpteur César, Aslan entame une carrière de sculpteur à coup de multiples commandes officielles. A 22 ans, il obtient le titre de peintre et sculpteur officiel de l’armée dès 1952 après avoir réalisé le buste du maréchal de Lattre de Tassigny. Dès 1953, il commence à dessiner des créatures de rêve, déjà en vogue aux Etats-Unis, pour des publicités. Le magazine Lui adopte à partir de 1969 ses pin-up à la gouache, au style reconnaissable entre tous.
Très recherchées aujourd’hui dans les salles de ventes, les pin-up d’Aslan ont langoureusement étalé leurs courbes dans les pages de Lui jusqu’en 1981, tout en décorant des salles de garde, des cabines de chauffeur-routier ou plus discrètement des tiroirs bourgeois.
Ayant su alterner glamour et sculpture représentative, voire officielle, Aslan est considéré comme un dessinateur au trait acéré et audacieux, mais délicat.
Pour le commissaire-priseur Pierre Cornette de Saint Cyr, l’un des spécialistes de son œuvre, «Aslan était un immense artiste qui a fait l’apologie de la beauté des femmes».«Aslan a créé un langage pictural et ses œuvres sont dans l’inconscient planétaire», a ajouté Cornette de Saint Cyr. «Quand on pense pin-up, on pense Aslan, un peintre d’une qualité extraordinaire qui peut être comparé aux plus grands maîtres.»

Source : AFP 

11aa_1_b (2).jpg

Mireille, les larmes et l’allemand

Z4.jpg

L’actualité de ces dernières semaines pourrait nous faire oublier que Mireille Mathieu
chante également en allemand, et ce serait bien dommage.  
Pour le rappeler à votre bon souvenir, voici une chanson que j’apprécie
tout particulièrement : « Zu spät für Tränen ».
Si dans la chanson il est trop tard pour que l’aimé laisse couler ses larmes,
il n’est pas interdit d’en verser quelques-unes pendant cette interprétation.