Les planches moscovites

MANIMOPE.jpg

En passant.jpg

C’est l’histoire que l’on raconte actuellement à Moscou.
Connaissez-vous la différence entre Napoléon et Mireille Mathieu ?
On a mis, jadis, le feu à la ville pour éviter sa conquête par le premier, tandis que la seconde a conquis les Moscovites en brûlant les planches des théâtres où elle a chanté.

Source : Le Figaro

Publicités

Qu’elle est belle en 1re place ?

!B+5wWP!!mk~$(KGrHqZ,!joE0D)bl7E9BNBLUKDZVw~~_12.jpg

WEETIX

« Vite, à vos clicks encore juste un jour à tenir pour une victoire dans un bilboard de Mireille Mathieu http://www.citeartistes.com/annees65-70.htm. »

James

Dernières heues pour faire passer « QUELLE EST BELLE » en 1re place des chansons des années 65-70.

***

Sylvain B. nous envoie une photo qu’il intitule « Mimi Top 5 France » (vente album 21 novembre 2012). Et c’est une bonne nouvelle…

 

IMG-20121121-WA0004.jpg

L’accent de Mireille

ans1P.jpg

   J’avais très envie de connaître Marcel Pagnol, écrit la Demoiselle d’Avignon dans ses Mémoires. C’était « mon » auteur, le seul que je connaisse par deux ou trois de ces livres, moi qui lisais peu. Il se fait si bien comprendre. Quand il parle d’un arbre, on le voit.
Tino Rosi permet à Mireille d’accéder à l’intimité du célèbre écrivain consacré académicien. Le contact s’établit sans difficultés…
   Devant Môssieur Pagnol, la fille de la Croix-des-Oiseaux met tous ses poumons pour pousser a cappella son J’ai gardé l’accent qui est un peu sa Marseillaise. Sans fausses notes s’entend, nous sommes là entre gens de talent !

Source : E. Bonini, « La véritable MM.

MM et Pagnol.JPG

J'ai gardé l'accent, Pagnol, Tino Rossi

MM Olympia 1969 – 33 tours

 

dyn003_original_314_390_pjpeg_2677228_1e64f1187c9f704a2518cd0c28174852.jpg

discorico,olympia,1969,disque,cdAlbum 33 tours
« Mireille Mathieu Olympia »
Enregistrement studio

Face 1

1.   Toi, moi, nous (J. Renard)
2.   La chanson de mon bonheur (Ch. Level / G. Costa)
3.   Vivre pour toi (P.A. Dousset / C. Gaubert)
4.   Monsieur Lilas (F. Gerald / C. Bolling)
5.   L’Aveugle (S. Saguy / Folklore)
6.   La parade des chapeaux melons (L. Rimels / H. Salvador)

Face 2

7.   La valse bleue (J. Drejac / E. Charden)
8.   L’amour de Paris (H. Ithier / C. Bruhn)
9.   Pour deux coeurs qui s’aiment (P.A. Doussel / N. Kaogera / I. Krajac)
10. Je chante pour toi (« I’ve gotta be me ») [P.A. Dousset / W. Marks]
11. Tommy (P.A. Doussel / A. Hawkshaw)
12. Mon impossible amour (P.A. Doussel / C. Gaubert)

Arrangements et directions musicale :
1. J.C. Vannier
2 et 3 – 5 à7 – 9 à 12 C. Gaubert
4. C. Bolling
8. C. Bruhn
 

discorico,olympia,1969,disque,cd
Les dessins de Aslan illustrent le 33 tours (LP) 

Dallas à Paris

mireille_mathieu_patrick_duffy-together_were_strong_s_1.jpgDans son livre Merci les artistes, Maritie Carpentier raconte :

Très grand, portant chapeau de cow-boy, chemise à carreaux et lacet de cuir pour nouer son col, Patrick Duffy, plus connu en France sous le nom de Bobby Ewing, le frère de J.R. dans Dallas, débarque à Roissy où nous l’atendons avec des photographes. Il tient ostensiblement par le cou une petite femme blonde qu’on n’aurait pas remarquée s’il ne l’avait pas serrée aussi farouchement contre lui, et si elle n’avait pas fait… la tête – pour rester polie. Photos, interviews, champagne dans le salon des VIP, puis Stark emmène en limousine le héros du jour et l’on se retrouve le lendemain au studio.

Patrick Duffy, Carpentier Là, le réalisateur s’aperçoit que le duo Mireille et Bobby n’est pas cadrable : ils doivent bien avoir trente ou trente-cinq centimètres de différence. On apporte donc un cube de cette hauteur, on y juche Mireille, et cela devient un gag assez touchant : le géant et lapetite Française ! Mais Mireille ne rit pas du tout ; elle demande à nous voir et dit :

Je ne peux pas être dans les bras de Patrick Duffy et jouer les amoureuses avec sa femme qui ne me quitte pas des yeux et me foudroie du regard. C’est insupportable.

Nous avons eu le fin mot de l’histoire : les Duffy avaient lu dans l’avion un journal français, bien connu pour aimer les ragots et les potins, lequel annonçait une love story de Mireille avec le héros de Dallas venu la rejoindre à Paris ! Gilbert [Carpentier] a eu la bonne idée : puisque  Mme Duffy avait demandé des adresses de boutiques et de grands magasins, il fallait qu’un assistant lui propose de l’emmener faire ses courses « avant les embouteillages de fin de journée » et qu’ils partent tout de suite. Miracle ! Elle accepte et, à son retour, tout était dans la boîte : chansons et enchaînements.

Quant à l’émission, diffusée le samedi suivant, elle a battu les records d’audience, égalant même l’indétrônable Tino Rossi.    

patrick duffy,carpentier