La particule… élémentaire ?

dyn009_original_214_350_gif_58330_35be061b36601d672b8eaab437c70c0d.gif

Les visiteurs les plus assidus parmi vous auront jadis remarqué la petite phrase qui figurait sous le titre du blog et extraite de l’ouvrage de Douglas Kennedy, « Quitter le monde » : On ne connaît vraiment quelqu’un que si on connaît son histoire

La vie de Mireille Mathieu nous semble, à nous ses admirateurs, linéaires et logique. Cependant, l’introduction du roman de Kennedy énonce une thérorie qui donne à réfléchir : « La vie d’un individu n’a rien de linéaire, et pourtant son histoire est plus facile à raconter dans une apparente linéarité, dans un enchaînement qui se veut logique ». Qu’ils sont nombreux les instants où je fais mienne la réflexion que la mère de la narratrice : « Si une particule [un acte, une parole, un événement] n’avait pas été mise en mouvement à un moment particulier de notre existence, le résultat aurait pu être différent, et le cours de notre existence aurait été autre. »

Les articles qui construisent ce blog présentent des moments précis ou plus généraux de la vie de Mireille Mathieu. Les informations ne proviennent pas directement l’intéressée, mais par voie de presse, de livres, de commentaires de fans, etc. et nous plongent dès lors dans un univers fait de réalité, d’imagination et de conjectures.

quitter le monde,douglas kennedy,livre,ricoéditoPlutôt que quitter le monde, refaisons-le en imaginant que le radio-crochet « On chante dans mon quartier » n’ait pas existé, que Mireille Torr ait accepté les offres de Johnny Stark, que le « Jeu de la Chance » ait été interrompu faute d’intérêt, qu’Edith Piaf nous ait quittés bien après 1963, que les Mathieu aient décidé de ne pas avoir d’enfant, que Mireille Mathieu ait été moins volontaire… Quel impact la non-existence de Mireille Mathieu en tant qu’artiste aurait-elle exercée sur notre vie ? Aucun peut-être pour les fans assez récents, – mais pour le public qui l’a suivie de près depuis qu’il l’a découverte et dont la vie est remplie de sa présence ?   

Point de départ : « Quitter le monde » de Douglas Kennedy. Voyez « Lire est un plaisir » en cliquant sur le lien plus bas. Ce livre est édité en livre de poche chez Pocket. 

http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/archive/2010/07/04/les-poches-de-l-ete-2010-1-douglas-kennedy.html

Publicités