Comme avant… ma lettre de nouvel an

voeux2010.jpg

la plume légère.jpg

Dan. – Cher Ricochet, en ce début 2011, j’aimerai de manière toute simple et outre mes meilleurs voeux pour toute cette année, vous remercier de votre travail au fil des mois. Tenir et alimenter un blog n’est pas une chose aisée, demande imagination et ténacité. Sachez que je prends toujours un grand plaisir à venir de temps à autre lire les articles, apprécie la liberté de ton, l’intelligence et la bonne tenue des propos. En de rares occasions, j’ai pris moi-même le temps d’apporter ma maigre contribution que vous avez eu la gentillesse de relayer. Lorsque mon emploi du temps le permet, c’est toujours un grand bonheur de venir sur ce blog et je forme le voeux de pouvoir le faire longtemps encore. Bien amicalement.

Reynald. – Monsieur Ricochet , je vous souhaite pour 2011 une année de rêves à n ‘en plus finir et de réaliser vos rêves un à un.

Macédoine. – Hello Ricochet ! Tu retrouves aussi les anciens compliments ? Perso, j’ai juste scanné celui de 1961 Tu vas bien ? Bisous.

Ricochet @ Macédoine – Message sibyllin, non ? Mais chapeau, car je viens de prendre ma « lettre de nouvel an » originale et je m’aperçois qu’elle est effectivement datée du 1er janvier 1960 et signée « votre fils chéri ». Ma chère Macédoine, serais-tu une sibylle ? 
Je rappelle l’adresse de ton blog : http://animusiquesleschansons.skynetblogs.be/

Publicités

Mimi, Carla et nos systèmes nerveux

CBMM.jpgDans le domaine des personnalités culture et spectacle qui agacent le plus, Carla [Bruni] obtient la première place [dans le sondage des personnalités qui agacent le plus français] grâce au vote des jeunes, ils sont sans pitié ces gamins… Elle est pas énervante, navrante je veux bien mais énervante… Elle est toute auréolée de zénitude notre Carla. Pour ma part Mireille Mathieu me tape plus sur le système comme chanteuse, d’ailleurs peut-on classer la première dame [c.-à-d. Carla Bruni] dans cette catégorie ? Elle aurait plus sa place dans les personnalités politiques, ne dit-on pas que derrière chaque grand homme, il y a…Euh…Pardon, je m’égare… Non finalement elle est bien dans cette catégorie ! (Isabelle B.)

Source : site « Mon avis t’intéresse »

SONDFSVSD copie.jpgRicochet. – Quelqu’un peut agacer sans être pour autant privé de qualités et de talent. De Carla Bruni je retiens qu’elle a été fort appréciée en Belgique dès ses débuts dans la chanson. Carla Bruni est d’ailleurs une des quelques chanteuses françaises à passer régulièrement sur nos chaînes flamandes avec Françoise Hardy, Juliette Gréco et Dalida.
Si Carla Bruni est énervante, ce n’est donc pas dans la catégorie « chanteuse » (a-t-elle jamais énervé en tant que telle ceux qui l’ont appréciée d’emblée ?) mais dans la catégorie politique en qualité de première dame de France.

Je trouve le remarque « derrière chaque grand homme… » bien réactionnaire. Si au XXIe siècle les femmes sont encore jaugées selon la profession du mari, on ne peut pas dire que le féminisme a beaucoup évolué dans les esprits.
Carla Bruni est comme elle a toujours été. Disons que sa vraie nature s’est révélée au grand jour plus vite que prévu grâce ou à cause de son « ascension » sociale. Quand à savoir si un grand homme est devant elle, attendons le jugement de l’Histoire.     

Mireille Mathieu taperait sur le système d’Isabelle B. Il n’y a rien d’affligeant à cela. A quelques exceptions près on peut dire que toutes les Céline Dion en herbe me tapent sur le système. Pourtant, le monde entier aime les dions en herbe… Le dernier Chabada dont Sylvie Vartan était l’invitée d’honneur l’a prouvé. Ella a dû bien s’ennuyer ce jour-là, l’amie de Carla Bruni.

Illustration FS & VSD : Site Aujourd’hui je reviens

Ah les beaux jours !

GLBMIP.jpg

RicoEdito.jpgDepuis la moitié des années 60, des nouvelles voix sont entrées dans l’ombre d’Edith Piaf. Ces chanteuses réalistes répondaient à l’attente du public de cette époque et, par conséquent, à celle des maisons de disques parties à la recherche de l’oiseau rare qui prolongerait une tradition qui risquait de s’éteindre depuis 1963. 

Deux oiseaux rares se sont indéniablement distingués du lot des imitatrices de la Môme : Georgette Lemaire et Mireille Mathieu. La télévision leur offrait deux avantages notables : celui de passer sur une chaîne unique, l’ORTF, et de se produire dès lors devant un seul et même public : la France entière. Autrement dit, la meilleure pub qui soit. Pour se faire connaîte, les autres artistes devaient compter avant tout sur le bon vouloir des radios et de la presse.

Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi Mireille Mathieu et Georgette Lemaire on « dû » chanter Piaf pour pouvoir faire carrière : la môme Piaf était leur meilleur tremplin. N’est-ce d’ailleurs pas dans son souvenir que la foule a été si fortement émue et enthousiaste dès qu’ont retenti leurs voix ?
 
Betty Mars, qui est venue plus tard dans la chanson, est une interprète dont la voix m’a émerveillé d’emblée, mais que je n’ai plus écouté depuis longtemps. Son répertoire ne me semblait pas être à la mesure de son talent. La sortie de son intégrale me permettra, je l’espère, de corriger ce jugement. Pour connaître son destin, voyez Wikipédia.
    
Le CD « Intime » de Georgette Lemaire est à conseiller à tous ceux qui apprécient ou on appréciées cette artiste, car elle y interprète de façon intime comme l’indique le titre de son album, de nombreuses chansons célèbres comme « Que reste-t-il de nos amours », « Le temps des cerises », « Padam Padam », « Mais c’était hier », « La vie en rose », etc. A noter la nouvelle interprétation de « Vous étiez belle madame ». Tenez cependant compte que cet album a été produit en 1997 et vient d’être remis sur le marché. Nous sommes à mille lieues de son autre surprenant album « Inoubliable » sorti tout récemment.

Que faut-il retenir de nos trois grandes interprètes ? Si elles ont un point commun au départ : Edith Piaf, elles ont chacune une voix bien particulière qui leur a permis d’élargir leur répertoire mieux adapté à leur personnalité bien spécifique. Et que les apprécier toutes trois n’est pas aussi incompatible qu’on le fait entendre.
 
Avec le recul, on se rend compte que s’il y a eu concurrence pendant de nombreuses années entre ces artistes ce ne pouvait pas être sur le plan de la voix car elles étaient quand même bien différentes, mais celui de la route au succès. Le show-biz doit être « Dallas » en pire… Cette concurrence n’a-t-elle pas été tout aussi féroce avec d’autres interpètes (Michèle Torr, Simone Langlois, Martine Baujourd, Nicoletta…) ? L’attention des médias s’est cependant surtout portée sur Mireille Mathieu et Georgette Lemaire car elles sont toutes deux arrivées en même temps et que leur face à face a généré deux camps idéologiques qui faisait les beaux jours de la presse. Il en a résulté que vous passiez pour un être incohérent si vous aviez l’audace d’avouer votre admiration commune pour les deux artistes.

Tous les bons disquaires devraient pouvoir vous fournir les deux CD présentés plus haut. Sur l’illustration vous voyez un bon de commande d’Ici-Paris. Je l’affiche pour vous communiquer les coordonnées d’Edina Music. N’utilisez surtout pas ce bon et, surtout, n’envoyez surtout pas d’argent sans avoir d’abord contacté cette société. 

la plume légère.jpg

Stefane Mathieu. – Bonjour à tous. Mon cher Ricochet, une fois de plus « pan » en plein dans le mille ! Je connaissais Betty Mars pour le succès « Comé Comédie » et aussi pour « Casino », « Monsieur l’étranger » et, en lisant ton billet sur ces si beaux jours, j’ai voulu me documenter un peu plus sur cette artiste au destin « Dalidesque… » Je suis tombé sur cette magnifique chanson « J’ai le mal de toi » que je me passe en boucle depuis une semaine ! Je commande rapidement son intégrale, car j’ai déniché aussi « Les bravos » autre chanson qui me déchire le coeur. Betty Mars, une voix, une interprétation, un superbe visage… ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? »

Ricochet @ Stefane Mathieu – Johnny Stark ? (lol)

La Princesse de San Remo (1997)

lpsrsSR.jpgHISTORICO43.jpgLe magazine des fans « Ensemble » contenait plusieurs rubriques dont l’une était « Une simple lettre ». Une de ces lettres, signée Benjamin, concernait le passage de Mireille au « Roof Garden » du Casino Municipale de San Remo, le vendredi 8 août 1997.

Voici un résumé de cette soirée.

Les affiches collées aux quatre coins de la ville de San Remo annoncent depuis quelques temps le concert que  Mireille donneé ce 8 août au Casino Municipale. Voilà dix ans que Bejamin attendait ce moment. Une hôtesse lui indique la terrasse à ciel ouvert du Jardin de la Maison de jeu où sera servi le repas et où se déroulera également le tour de chant de notre Avignonnaise. C’est au moment du café que Benjamin, qui attendait fébrilement de voir son idole sur scène, entend quelques vocalises derrière la scène. La lumière s’éteint, les musiciens prennent leur place et Mireille  entonne Jezebel dans sa petite robe de dentelle noire, avec la conviction qu’on lui connaît.

Mireille interprétera en tout 18 chansons devant un public enthousiaste. Après la traditionnelle « fausse sortie », Mireille revient pour le bouquet final avec trois grands titres : « Caruso », chanté en français et en italien, « Ne me quitte pas » et « La Quête ». C’est un véribable triomphe auquel on assiste alors.

Après le concert, Mireille a accueilli gentiment Benjamin qui rentrera chez lui, dans la nuit chaude, une photo dédicacée de Mireille à la main, preuve évidente qu’il est entré pour un soir au pays des Merveilles dont Mireille est la princesse.

Source : « Ensemble » n° 48.
Image : « MM-Avignon » – Reconstitution en partie de l’affiche du concert. 

mmsr1997.jpg

N.B. – Benjamin est sur la photo du centre.
Photo prise à la Madeleine, un jour de décembre, 
à l’occasion d’une récolte des jouets de Noël.

ligne rouge.jpg

ajrmmsr1997.jpg

Un autre fan se souvient de cette soirée mémorable

Juste avant le dessert, j’ai voulu récupérer la grande affiche qui était dans le hall [mise en illustration sur le blog]. Donc je m’éclipse pour récupére l’affiche que la réception m’avait réservée.
Au moment de prendre l’ascenseur pour revenir à l’étage, juste avant qu’il se ferme, des bruits de pas arrivent à mon oreille. Je retiens l’ascenseur pour laisser monter les personnes qui arrivaient.
Quelle ne fut pas ma surprise de voir Mireille et Matite ! 
Mireille était tellement concentrée par son tour de chant qu’elle baissait la tête et n’a vu personne.
En arrivant sur la terrasse, je les ai laissées sortir de l’ascenseur et je suis retourné à ma place pour prendre mon dessert et attendre sa prestation.

Après le  spectacle, Mimi a offert une séance de dédicaces ; j’ai eu la joie d’avoir eu la grande affiche dédicacée ce soir là par Mimi. 

Noël en Provence

MMCRNAL.jpgMireille Mathieu a fêté la Noël en famille à Avignon et selon la tradition provençale écrit le site Vaucluse Matin.com (Dauphiné Libéré) [cliquez ici]

Malgré un agenda bien chargé en 2010 (Allemagne, Russie, Lettonie, Lituanie, Pologne), Mireille perpétue la tradition familiale en passant Noël avec les siens, lorsque son emploi du temps le lui permet.

“Toute petite, je chantais déjà pour mes frères et sœurs. Je me souviens quand mon papa réunissait toute la famille. Il préparait la crèche, selon la tradition provençale, et aujourd’hui, c’est mon frère qui a pris la suite. Je suis très croyante et j’allais à la messe de minuit. Je n’ai pas de souvenir de cadeau en particulier. Ce que je garde surtout de mon enfance, ce sont ces moments où on était tous ensemble. Comme tous les enfants, j’attendais avec impatience cette fête, la plus belle de toutes. J’étais émerveillée quand mon papa me disait au matin du 25 décembre, « viens voir le père Noël »”.

N.B. – Pas de souvenir particulier ? Notre Mimi aurait-elle oublié le joli cantique provençal que lui a appris son papa pour la messe de Noël où elle chanta devant son premier public ? C’est dommage de ne pas l’avoir évoqué, nous aurions eu une réponse à l’article « Un légende de Noel » d’il y a quelques jours.

« Stille Nacht » devant la crèche

DSC08556.JPG

Cette crèche de Noël s’ouvre dans l’album
 « Le Merveilleux petit monde de Mireille Mathieu chante Noël »
(33 tours – 1968)

Mireille et son petit monde y sont accompagnés par
le grand orchestre de Paul Mauriat.
Les orchestrations sont de 
Christian Chevallier – Christian Gaubert – François Rauber

Dessin : Tealdi 

ligne rouge.jpg

De cet album 33 tours, vous avez déjà pu écouter « Douce Nuit ».
L’année 2010 était surtout allemande pour Mireille.
Passons donc veillée de Noël avec « Stille Nacht ».
L’orchestre et les choeurs sont brillamment dirigés par
Christian Bruhn.
(Chant extrait du CD : Und wieder wird es Weihnachtszeit)